Des livres et des arbres…

Il y a un lien certain entre les livres et les arbres, ne serait-ce que parce-que les premiers sont imprimés sur du papier, qui est issu des seconds. Alors je sais, les liseuses existent, et ne demandent pas de couper des arbres, mais faisons abstraction de cela pour le moment si vous le voulez bien, car je suis quand-même assez fière de mon intro !

View this post on Instagram

#countryside #HauteSaône

A post shared by Ana (@chiarastory) on

J’aimerais vous parler aujourd’hui des livres qui abordent un sujet commun : les arbres !

Le Journal Intime d’un Arbre est le premier a me venir en tête, car il a été écrit par mon auteur favori, Didier Van Cauwelaert. C’est un roman paru en 2011, qui comme son nom l’indique, est présenté comme un journal intime, dont l’auteur serait un poirier tricentenaire.
Tristan, c’est son nom (et vous noterez le jeu de mot « tri-stan » –> tri-centenaire ») nous raconte la vie des humains qui l’ont côtoyé. C’est un beau livre, qui nous fait traverser les époques, découvrir de jolies tranches de vie, mais également des drames, et quelques informations surprenantes sur les arbres et leur façon de communiquer entre eux et avec leur environnement.

Je dois être honnête et reconnaître que ce n’est pas le roman de Didier Van Cauwelaert que j’ai préféré, car il comporte à mon sens, quelques longueurs. Mais ce livre m’a malgré tout bien plu. Plusieurs années après l’avoir lu, il me laisse encore un joli souvenir.

9782253166542-001-T.jpeg

***

L’homme qui plantait des Arbres est un roman très court, voire même une nouvelle, de Jean Giono. Cette histoire, c’est celle un berger redonne vie à sa région, en plantant des arbres… A force de patience, et de persévérance, il parvient à agir profondément sur son environnement, et à le bouleverser positivement.
Cette nouvelle m’a énormément plu, pour son message positif… Il y a un vrai message à retirer de sa lecture, et plusieurs petites leçons de vie. C’est un livre qui se lit très rapidement, et conviendra même aux lecteurs les plus novices !

product_9782070794027_195x320.jpg

***

Le Baron Perché est également un joli roman, que l’on doit à l’auteur italien Italo Calvino. Il nous envoie au XVIIIème siècle, aux côté d’un jeune aristocrate prénommé Côme.

Ce personnage principal, lassé de ses congénères, décide à l’âge de douze ans, de monter vivre dans les arbres.

C’est une fable pour adultes, pleine de fantaisie comme Italo Calvino savait si bien les écrire. Elle nous fait réfléchir sur la société, et le poids qu’elle fait peser sur l’individu ; notamment par le biais de la famille.

Le-baron-perche.jpg

***

Enfin, je souhaiterais vous parler d’un dernier roman sur le thème des arbres. Il s’agit d’un Arbre, un Jour, né de la plume de Karine Lambert. Ce livre est tout récent, car il est paru le 2 mai 2018 chez Calmann Levy.

Cette auteure belge ne m’était pas inconnue, car je m’étais délectée de la lecture de l’Immeuble des Femmes qui ont renoncé aux hommes, son premier roman.

Dans Un Arbre un Jour, elle donne la parole à un platane de trente-deux mètres, qui trône au centre d’un village du sud de la France. L’arbre a cent trois ans, mais il ne nous conte les histoires que des habitants actuels, qui partagent son quotidien… Parmi eux, il y a Clément, un petit bonhomme de sept ans, qui se  découvre un côté meneur d’hommes (et de femmes) quand un agent municipal placarde un avis d’abattage sur le tronc du platane.

Autour de lui, gravitent également la jolie Fanny, une gérante de PMU engagée, un vendeur d’artichauts libre comme l’air, un homme amoureux… Chacun semble avoir un lien particulier avec le platane…

Ce roman m’a bien plu, pour son côté feel-good, qui donne le sourire, et met du baume au cœur. L’histoire n’est pas vraiment ultra-originale, mais on a plaisir à retrouver les différents personnages, et à suivre leur évolution tout au long du roman…

9782702163245-001-T.jpeg

 

Voici pour le thème des arbres… La liste n’est absolument exhaustive. D’ailleurs je suis certaine que vous avez d’autres titres en tête, qui parlent d’arbres… Laissez-les en commentaires ! 🙂

Publicités

Le Prime Luci del Mattino – Fabio Volo

Avant de partir pour les vacances en Italie, je voulais me replonger dans la langue. Pour cela, j’ai ressorti mes romans en VO, et constaté que je n’en avais plus tant que cela. J’ai donc entamé Le Prime Luci del Mattino un peu par dépit… faute de mieux !

View this post on Instagram

#lecture #danstoutesleslangues #italia #Roman

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Les livres de Fabio Volo sont un peu l’équivalent italien des Musso. C’est à dire que ce sont des romans populaires, faciles d’accès, mais assez similaires. On en lit un et on les a pour ainsi dire un peu tous lus. Ce sont souvent des romans d’amour, des rencontres classiques, des matins qui chantent, quelques complications, et une happy end.

*

Ce roman sort un peu des sentiers battus dans la biblio de Volo, puisqu’il ne nous présente pas vraiment une romance classique.

On suit Elena, une jeune femme qui s’ennuie dans son couple. Son époux Paolo n’a jamais été du genre dynamique, mais là cela commence à vraiment lui peser. Elena se sent négligée. Elle s’embourbe dans un mariage qui ne lui apporte plus rien.

Ce qui devait arriver, et que vous avez probablement entendu venir avec ses gros sabots, arrive. Elena cède aux avances d’un autre homme.

Très vite, elle noue une relation purement sensuelle avec lui et se redécouvre elle-même.

 

Ce roman partait avec un handicap. Je m’attendais à le trouver longuet et cousu de fil blanc. Finalement, il m’a bien plu. Certes l’histoire n’est pas super originale. Mais elle est malgré tout servie par une écriture simple et limpide. D’habitude, Volo part dans des digressions aussi nombreuses que longues, et finit par me lasser, tant il s’écarte du fil rouge de l’histoire. Là, on reste au contraire dans l’histoire principale, et c’est vraiment appréciable.

L’auteur ne nous sert pas non-plus de longs passages introspectifs, mais préfère nous donner des faits.

Honnêtement, j’ai apprécié ce bouquin, idéal pour se changer les idées, sans risquer les courbatures au cerveau. A ce jour, il n’a pas été traduit en français, mais si vous lisez l’italien, je vous le conseille !

Où est Cora ?

cover121731-medium.png

Un petit thriller de temps en temps, ça fait du bien. Vous n’êtes pas de mon avis ?

J’aime me blottir sous la couette pendant une heure ou plus, et plonger dans une intrigue riche en suspens. Mais je ne suis pas prête à lire n’importe quoi. Dès que cela devient trop violent, trop sanglant, je fronce les sourcils ! Ce que j’aime ce sont les histoires qui mettent l’accent sur la psychologie des personnages, nous entraînent sur de fausses pistes et nous servent de nombreux rebondissements, jusqu’à déboucher sur un dénouement que je n’ai pas vu arriver.

Shari Lapena fut avocate, puis professeur d’anglais. Aujourd’hui, elle se consacre exclusivement à l’écriture.

Le Couple d’à Côté est son premier thriller.

L’intrigue est assez simple. Il s’agit de la disparition d’un nourrisson.

Marco et Anne devaient aller manger chez des voisins, mais au dernier moment, la baby-sitter leur a fait faux-bond. Les voisins avaient dit « pas d’enfants ! » alors ils n’ont pas osé venir avec Cora, et l’ont laissée dormir dans sa chambre, passant toutes les demi-heures pour vérifier que tout allait bien. Mais en revenant chez eux après le dîner, ils ont trouvé le petit lit vide… 

L’histoire  de base n’est pas ultra originale. Les intrigues qui débutent par une disparition d’enfant sont légion. Mais le traitement l’est un peu plus. L’auteure ouvre rapidement des tiroirs dans l’histoire du couple Anne – Marco, qui sont autant de pistes qui vont nous amener à suspecter différents protagonistes.

Anne est en plein baby blue et voit une psy. Marco est lui, redevable envers ses riches beaux-parents qui lui ont prêté une grosse somme d’argent pour sa société. Les voisins chez qui ils dînaient semblent aussi avoir quelques squelettes dans les placards… mais lequel d’entre eux aurait pu avoir suffisamment de raisons pour enlever un bébé ?

Qui aurait pu avoir les tripes d’emmener la petite Cora, où ? Et pourquoi ?

*

Shari Lapena nous balade tout au long de son roman, et distille les éléments de réponse à dose homéopathique pendant toute la première partie. Puis, elle ouvre les valves et nous donne un sac entier d’éléments vers la moitié du récit. Mais… l’histoire est encore loin d’être terminée, car les rebondissements sont encore nombreux croyez-moi… et ils s’enchaînent à un bon rythme, jusqu’à une conclusion absolument inattendue, en feu d’artifice !

Ce livre est bon. Certes il n’est pas aussi addictif qu’un thriller de Linwood Barclay (mon auteur favoris dans le genre), mais il s’en approche par moment.

A découvrir… vraiment !

L’Homme qui plantait des Arbres – Jean Giono

L’Homme qui plantait des Arbres est une nouvelle écrite en 1953 par Jean Giono. Le narrateur nous présente un berger qu’il aurait rencontré pendant une randonnée, Elzéart Bouffier. Ce Berger vit seul, dans un endroit relativement désert de la Provence. Il accueille le narrateur chez lui, pour lui permettre de se reposer. C’est ainsi que nous entrons dans la demeure bien tenue d’Elzéart Bouffier, et faisons connaissance avec cet homme, dont la passion est de planter des arbres. A partir de glands soigneusement sélectionnés, le Berger plante des chênes, puis des hêtres, des bouleaux… toujours avec beaucoup d’attention et de patience.

Il explique au narrateur que seule une petite partie des arbres plantés pousse, et que certains sont mangés par les rongeurs. Mais qu’importe. Il ne se décourage pas, et continue de planter…

IMG_1895

L’histoire se déroule, toute en poésie et en finesse, et nous découvrons peu à peu que les arbres grandissent, et qu’avec eux, Elzéart Bouffier n’a pas seulement créé une forêt, mais aussi redonné vie à tout un éco-système ! Petit à petit, le village quasi déserté reprend vie, et de nouveaux habitants s’y installent, ramenant la joie après les deux guerres…

IMG_1498

Ce livre m’a énormément plu. Il est très rapide à lire (10-15 minutes environ) mais laisse une empreinte. En effet, on peut longtemps réfléchir à tous les sens cachés de ce récit, qui prend des allures de conte pour adulte.

Le thème est étonnamment actuel, puisque l’on peut trouver des notions de développement durable, d’écologie, mais aussi y voir une métaphore du bonheur. Le Berger travaille à son propre bonheur, comme s’il suivant la maxime de Candide « il faut cultiver son jardin »… et avant tout, en planter les graines !

Le personnage du berger, solitaire et travailleur, nous fait nous interroger sur les valeurs du travail et de la patience. On réalise que ce n’est pas la reconnaissance qu’il pourrait tirer de son travail qui le rend heureux. Pour arriver à faire pousser une forêt, il a dû faire face à la perte de nombreux arbres. Mais ça, rares sont ceux qui en ont conscience, à l’exception du narrateur…

Certaines graines n’ont d’ailleurs jamais poussé, et ce malgré le soin apporté à leur sélection et à leur plantation…

Vraiment, je vous conseille vivement de découvrir cette nouvelle si vous ne l’avez pas encore fait. C’est un coup de cœur, un vrai !

Ajout a posteriori… Voici une histoire vraie qui m’a rappelé ce livre : http://www.lepoint.fr/environnement/forest-man-l-homme-qui-a-plante-une-foret-a-mains-nues-31-07-2014-1850485_1927.php

 

Une Brève Histoire du Tracteur en Ukraine

C’est la couverture particulièrement jolie aux éditions France Loisir, qui a attiré ma curiosité. J’ai acheté ce livre chez Emmaüs pour 50 centimes. Le prix a aidé aussi au moment du choix !

De quoi cela parle ?

Nikolaï est un octogénaire, veuf depuis peu. Il vit seul, mais reste relativement proche de sa fille cadette, Nadezhda. 

Un jour, il lui annonce qu’il compte se remarier, avec Valentina, une ukrainienne de trente-six ans, qui doit le rejoindre en Grande-Bretagne.

L’ennui, à part l’écart d’âge assez marqué… c’est que Valentina est une blonde à la poitrine opulente, qui semble plus intéressée par le compte en banque de Nikolaï, que par sa conversation…

Nadezhda va donc se rapprocher de sa sœur Vera, avec laquelle elle était en froid depuis la disparition de leur mère, pour tenter d’éloigner l’intruse…

téléchargement

*

Le roman avait l’air prometteur. Son résumé, son titre, cette histoire d’ukrainienne blonde, il y avait du potentiel… Et en effet, dès les premières lignes j’ai bien accroché au récit fait par Nadezhda.

Nous suivons l’évolution de l’histoire entre Valentina et le père, et en parallèle, nous faisons des petits retours en arrière, pour découvrir l’histoire de la famille de Nadezhda et de ses parents. Le tout est intéressant, et nous en profitons pour apprendre au passage, des éléments de l’histoire et de la culture ukrainiennes.

Mais très vite, mon enthousiasme a commencé à retomber.

En effet, l’auteure semble ne pas vouloir se mouiller, et navigue entre deux eaux. Ses personnages n’arrêtent pas de changer d’avis, et ne s’engagent jamais vraiment totalement.

Le tracteur avance, recule, cale, repart… On ne sait pas bien où l’on va et si l’on va quelque part au final…

On a toute une moitié de roman qui ne sert pas à grand chose, à part nous détailler les petites crises entre le père et sa nouvelle femme. C’est franchement lassant.

*

Les secrets de famille exhumés peu à peu laissent penser que l’on va aller vers quelque chose de plus consistant, de plus intéressant, mais non. L’auteur se contente d’évoquer le passé en pointillé, sans vraiment sortir de grosse révélation. Quel dommage !

Et le tracteur dans tout cela ? Un prétexte… il s’agit d’un sujet qui passionne le père, et vient parfois dans le récit, puisque celui-ci rédige un livre sur l’histoire du tracteur dans son pays d’origine. Cela arrive un peu comme un cheveu sur la soupe…

*

 

Je m’attendais à m’amuser un peu plus que cela. Je pensais me lancer dans un roman à la Maudit Karma (de David Safier) et enchaîner les gags. En réalité, l’histoire aurait pu être marrante, mais on finit rapidement par trouver les personnages agaçants, et pas uniquement celui de Valentina…

Ce père qui se laisse ruiner sans bouger le petit doigt, passe encore, mais les filles ne se montrent guère plus vindicatives… Bof. Un roman ni mauvais, ni exceptionnel, vite lu et vite oublié… Je dirais… dispensable. Si vraiment vous n’avez rien d’autre à lire, allez-y, mais sinon vous pourrez trouver mieux !

Orgueil et Préjugés – Pride and Prejudice

Pride and Prejudice est un classique de la littérature anglaise.

Publié pour la première fois en 1813, il a connu de multiples adaptations, au cinéma, au théâtre, en BD, en manga,… Imaginez, il existe même un Orgueil et Préjugés Zombies !

*

Jane Austen, l’auteure de ce roman, connait encore un succès retentissant des années après sa disparition, probablement pour son style tout à fait délicieux. Elle arrive à nous plonger dans un univers à part, celui de la Gentry anglaise de son époque, et à nous conter la vie de tous les jours, dans un style limpide et intemporel, sans jamais lasser.

En effet, si l’on veut être objectif, il faut reconnaître qu’il ne se passe pas grand chose dans les romans de Jane Austen. Et pourtant, on tourne les pages avec délice… sans jamais s’ennuyer !

L’auteure anglaise nous fait découvrir des personnages en très peu de mots, mais avec beaucoup de précision. Elle les rend vivants, et nous fait entrer dans l’histoire comme si nous y étions.

View this post on Instagram

#rose

A post shared by Ana (@chiarastory) on

*

Pride and Prejudice nous présente la famille Bennet : le père Mr Bennet, sa femme, Mrs Bennet et leurs cinq filles, toutes en âge de se marier.

Les Bennet sont issus de la gentry, c’est à dire la bonne société anglaise. Ils n’ont aucun titre de noblesse.

Mrs Bennet est totalement obsédée par l’idée de trouver des époux pour ses filles, car à l’époque, le mariage est la seule option possible pour une jeune femme, et qu’un mari riche est difficile à trouver, même avec une bonne dot… alors imaginez un peu la tâche que peut représenter le fait de trouver cinq époux riches, sans dot !

Ajoutez par dessus le marché, que les cinq filles ne sont pas forcément très collaboratives, et font parfois fuir les possibles prétendants… L’obsession de Mrs Bennet la rend souvent bien ridicule, et la fait se confronter à son mari, beaucoup plus posé !

*

View this post on Instagram

#Pride&Prejudice #book #lecture 🌸

A post shared by Ana (@chiarastory) on

*

*Jane Bennet, aussi appelée Miss Bennet, est l’aînée. Elle est la plus belle des cinq sœurs, et a été parfaitement éduquée. Elle est modérée, et se refuse à juger les autres de façon hâtive. Elle va rencontre Mr Bingley, fraîchement arrivé dans le voisinage…

Monsieur Binglet a un ami, Monsieur Darcy, qui est célibataire tout comme lui, et tout aussi « handsome » (beau garçon)… mais beaucoup plus taciturne. Darcy passe pour hautain, mais pourrait finalement être un timide maladif. Chacun se fera son opinion à ce sujet…

*Elizabeth Bennet (Miss Eliza, Lizzie) est le personnage central du roman. Sa mère ne l’apprécie pas, malgré sa gaieté et son intelligence (à moins que ce ne soit même à cause de tout cela). Elizabeth est la favorite de son père. Elle a également une grande amie, en la personne de Charlotte Lucas, la fille des voisins, et est très proche de sa sœur Jane, dont elle est la confidente.

Les trois autres sœurs sont secondaires. Elles sont moins jolies et Jane Austen les dépeint comme des jeunes personnes insouciantes et peu instruites. Elles passent leur temps à courir après les officiels, et à parler de choses superficielles.

Tout le roman s’articule autour d’Elizabeth, et de sa vie faite de bals, de jeux de cartes, et de balades. Elizabeth sait ce qu’elle veut et n’hésite pas à le dire, quitte à déplaire.

View this post on Instagram

Vous reconnaissez ce classique ? #roman

A post shared by Ana (@chiarastory) on

*

Pourquoi j’ai adoré ?

Ce roman est un classique parmi les classiques, et pourtant il m’a surprise par sa facilité d’accès. Certes, on aurait du mal à dire que l’histoire est intemporelle, car en 2017, les préoccupations des jeunes femmes ne sont plus (uniquement) de trouver un époux le plus rapidement possible. Les mœurs ont évoluées. On ne donne plus de bals, et même les codes sociaux pour faire la conversation par exemple, ne sont plus les mêmes. Mais justement, c’est ce qui m’a plu, la facilité que l’on a à découvrir les habitudes de l’époque, grâce à ce roman qui se lit sans avoir à fournir d’effort pour comprendre le vocabulaire, ou suivre le récit. On se retrouve dans une autre époque, et l’on observe la vie d’une partie de la société, comme par un petit trou de serrure. C’est vraiment plaisant… et cela m’a donné envie de découvrir d’autres romans de Jane Austen

*

Pour aller plus loin, voici un podcast fort intéressant sur Jane Austen : https://www.franceculture.fr/emissions/une-vie-une-oeuvre/jane-austen-1775-1817

Il faut sauver John Lennon, Mo Daviau

Voir cette publication sur Instagram

Et toi, tu lis quoi ? #roman #JohnLennon #lecture

Une publication partagée par Ana (@chiarastory) le

Peut-être est-ce parce-que la biographie de Lennon par David Foenkinos a été l’un de mes plus gros coups de cœur de 2016 (le livre est paru en 2010, mais moi je l’ai lu en 2016), lorsque j’ai vu ce titre dans les nouveautés parues aux Presses de la Cité, mon œil a été comme accroché.

La couverture originale et annonce un roman a priori amusant, avec un visage représenté à partir de la bobine d’une cassette audio… Cela fleurait bon le retour dans le passé, et moi j’aime assez…

Il Faut Sauver John Lennon est le premier roman de l’auteure californienne Mo Daviau.

*

Résumé

Karl est un ancien musicos, devenu propriétaire d’un bar un peu crade. Il partage son quotidien avec son vieux pote Wayne, quand un jour, en fouillant dans un placard, il découvre une sorte de faille spatio-temporelle, qui lui permet de retourner dans le passé.

En grands amateurs de musique, Karl et Wayne décident d’utiliser la faille pour assister à des concerts légendaires… ils proposent également à des connaissances de profiter de ce très bon plan, moyennement finances. Pas question d’utiliser le retour dans le passé pour modifier les choses. Ils s’y rendent comme simple spectateurs…

Et puis, un jour pas comme les autres, alors qu’ils se disputent car Wayne veut utiliser le retour dans le passé pour modifier les évènements (en l’occurrence, pour sauver Lennon), Karl s’emmêle les pinceaux et expédie Wayne en 980…

*

Voir cette publication sur Instagram

#lecture

Une publication partagée par Ana (@chiarastory) le

Ce roman a un délicieux goût de feel-good, et m’a fait penser à d’autres livres qui évoquaient le retour dans passé et la nostalgie. J’avais en tête Collector d’Olivier Bonnard par exemple.

Ce livre est vraiment sympathique, car les personnages sont attachants. L’auteure n’est pas tombé dans le travers de nous dépeindre des quarantenaires ados attardés, comme c’est souvent le cas pour les romans qui font appel à la nostalgie.

Elle réussit en quelques mots, à brosser des portraits de gens comme vous et moi, crédibles car faits de forces mais aussi de faiblesses, de blessures, qui les rendent humains.

Karl a des regrets, comme tout le monde. Avec le recul, il y a des choses qu’il aurait aimé faire différemment, des opportunités qu’il aurait dû saisir. Sa vie ne lui apparait pas forcément réussie et plus d’une fois il a rêvé de revenir en arrière et de changer les choses. Mais maintenant qu’il en a la possibilité, le fera t-il ?! Et s’il le fait, quelles seront les incidences sur le présent ? N’a t-il pas plus à perdre qu’à gagner sur ce coup là ?

Ce livre aborde l’amour au sens large, celui du couple, mais aussi l’amour entre deux amis. Il a aussi un côté écolo, car il nous fait réfléchir à notre planète et à ce qu’elle pourrait devenir à moyen terme. Bref, il est plus profond qu’il n’y parait… et pourrait bien vous surprendre !

Dans Il faut Sauver John Lennon, nous avons tous les ingrédients requis pour faire un bon bouquin : des sentiments, de l’humour, de la réflexion, et une bonne pointe de suspens. Bien mélangés, et cuits juste ce qu’il faut, ils forment un joli roman, que l’on savoure le sourire aux lèvres…