Un Amore di Zitella – Andrea Vitali

C’est à Mantova, pendant mes vacances, que j’ai trouvé ce roman d’occasion dans la librairie Libraccio. A 4,95 € j’ai craqué, car le résumé me tentait pas mal…

Ce roman paru en 1996, est relativement court, puisqu’il ne compte que 116 pages. Il nous dépeint l’existence paisible de Iole Vergara.

Iole travaille comme dactylo pour la commune de Bellano. Elle est ce que l’on appelle à l’époque, une « vieille fille ». 

Son quotidien est fait d’habitudes, qui forment une douce routine. Elle discute avec sa collègue Iride, qui n’a pas son pareil pour faire des histoires et trouver toujours à redire, dîne invariablement d’un café au lait, et s’accommode plutôt bien de sa solitude.

Et puis un jour, sur un malentendu, Dante débarque dans la vie de Iole…

Et là je ne vous en dirai pas plus, car c’est la clef du roman… un roman paisible, comme le village de Bellano, au bord du lac de Côme.

Il m’a beaucoup plu car même s’il ne se passe finalement pas grand chose, l’auteur arrive à dresser un joli portrait des gens qui font ce village. On a plaisir à les découvrir et à prendre part à leurs petites histoires.

L’écriture est fine, très accessible. Il faut juste lire l’italien ! J’ai beaucoup aimé cette découverte, et pense me mettre à la recherche des autres livres de cet auteur…

Mantova 2017

Le Musée du Bois – Riva1920

Cette année, nous sommes partis en vacances en Italie. Comme tous les ans en fait, mais avec des étapes différentes. En allant de notre première ville (Milan) à la seconde (Bergame), nous avons fait un crochet par Cantù, à proximité de Côme, en Lombardie.

Cantù en soi, pouvait mériter une visite, mais je ne saurais vous le confirmer de façon catégorique, car il ne nous a pas été vraiment possible de le faire, faute de temps.

Si nous sommes passés par Cantù, c’était pour visiter le Museo del Legno, et le showroom de l’entreprise Riva1920.

 

Museo del Legno #Riva1920 #Cantù

Banc en bois pigmenté noir

Connaissez-vous la Riva ? C’est une entreprise de mobilier italienne, qui appartient à une fratrie : Maurizio, Davide et Anna Riva. Maurizio est d’ailleurs venu en personne nous ouvrir les portes du musée, qui était normalement fermé en août !

J’avais écrit sur la page Facebook officielle pour me renseigner et on m’avait répondu de téléphoner la vieille pour confirmer ma visite.

Riva produit des meubles d’exception. L’essence la plus représentative utilisée par l’entreprise, est le kauri, un arbre néozélandais millénaire, dont le bois massif est parfois combiné à de la résine pour former des meubles absolument uniques.

RIVA1920 (8)

Museo del Legno #Riva1920 #Cantù

Table Earth (kauri et résine)

Au départ, la Riva était une entreprise assez classique fondée par Nino Romano. Elle proposait des meubles traditionnels. L’arrivée de Mario Riva, son beau-fils, ne changea pas l’orientation de l’entreprise, qui continua à produire du mobilier traditionnel, en bois massif.

Ce sont les frères Riva, fils de Mario Riva, qui ont progressivement introduit une dimension de design et d’Art (avec un grand A) qui a permis de différencier leurs meubles et de les faire connaître dans toute l’Italie et bien au delà.

Imaginez, ce n’est qu’en 1992 que Riva a participé pour la première fois au salon du meuble de Milan !

 

 

Museo del Legno #Riva1920 #Cantù

Les bois utilisés sont choisis rigoureusement, en respectant la nature. Ainsi, l’entreprise utilise du Chêne, du Noyer, du Cèdre du Liban, du Peuplier, mais aussi du bois de récupération, comme le Kauri précédemment évoqué ou encore le chêne des « briccole« . Ce sont les poteaux utilisés à Venise ! Et cela donne des meubles absolument uniques !

Comme vous le voyez, ces poteaux en chêne sont très originaux. Ils ont passé entre dix et vingt ans dans la lagune, pour signaler les voies d’eau, et indiquer le niveau de la marée, avant d’être remplacés pour cause d’usure. Ces morceaux de bois sont marqués par des petits mollusques, qui les creusent en formant des ronds absolument parfaits, qui leurs donnent tout leur caractère.

Museo del Legno #Riva1920 #Cantù

Table en briccole

Le kauri est un arbre très ancien, qui se trouve uniquement en Nouvelle-Zélande. Il s’agit d’un conifère, qui peut atteindre 70 mètres de haut, et dont le tronc mesure parfois jusqu’à 9 mètres de diamètre. De nos jours, sa coupe est strictement interdite. Mais il y a des millénaires, une série de cataclysme a abattu de nombreux arbres kauri, qui se sont retrouvés ensevelis.

Sous terre, sans oxygène, les troncs se sont particulièrement bien conservés. Ils n’ont ni pourri ni finis pétrifiés. La Riva les travaille aujourd’hui, pour en faire des meubles uniques.

Museo del Legno #Riva1920 #Cantù

Table en kauri et résine (12 mètres de long)

Museo del Legno #Riva1920 #Cantù

Table en racine de kauri et verre

A Cantù, l’on peut visiter gratuitement le showroom Riva, et le musée du bois. Le Showroom permet de découvrir quelques pièces de l’entreprise, comme des tables en kauri, des articles en briccole vénitiennes, ou encore des plateaux en peuplier, des articles en bois de chêne ou de noyer, des dressings en cèdre du Liban.

Les articles exposés changent selon les collections. En effet, il s’agit d’un showroom, dont il a pour vocation première de servir de vitrine, pour les clients de l’entreprise.

Nous avons pu y voir la collection créée spécialement pour Lamborghini, à partir de bois et de cuir.

RIVA1920 (7)

Ensuite, nous avons visité le musée en lui-même. C’est une vaste pièce toute en longueurs, où sont exposés différents outils, collectionnées par Maurizio Riva. On peut ainsi voir un chariot à marbre, en bois bien-sûr. Ce sont des chariots de ce type qui ont servi à déplacer les blocs de marbre toscans, qui servirent à la construction de la cathédrale de Milan !

RIVA1920 (13)

Au fond, à droite sur l’image, vous voyez le char à marbre…

 

RIVA1920 (11)

RIVA1920 (14)

RIVA1920 (15)

Nous n’avons pas voulu abuser de la gentillesse de Monica, qui nous a fait visiter le musée en période estivale, alors qu’il aurait dû être fermé. Donc nous n’avons pas posé des dizaines de questions. Mais il aurait été possible de le faire, car le musée regorgeait de pièces vraiment intéressantes.

 

J’ai particulièrement été marquée par le bois pétrifié, qui est finalement une sorte de fossil de bois, devenu tellement dur qu’il se travaille comme une pierre (photo ci-dessous).

RIVA1920 (17)

Cette visite nous a enchantés. Nous avons vraiment été impressionnés par l’originalité des meubles Riva, et ravis par l’accueil qui nous a été réservé. Précisons que nous étions venus vraiment en touristes, sans même annoncer que nous parlerions de notre visite sur ce blog, ou quoi que ce soit.

Si vous aimez comme moi, tout ce qui touche au bois, ou si vous êtes amateurs de design, alors je pense que cette visite peut vous plaire… L’entrée au showroom et au musée est gratuite.

RIVA1920 (22)

RIVA1920 (23)

RIVA1920 (24)

Une guitare en kauri

 

RIVA1920 (18)

Encore une utilisation intéressante du bois des briccole

 

RIVA1920 (2)

Nous nous quittons sur une dernière image du bâtiment de Cantù, bien reconnaissable à son bardage en sapin… La visite vous a plu ?

Milan fait peau neuve

Lors de notre dernière visite milanaise, nous avons voulu découvrir le Bosco Verticale, un duo de gratte-ciels, qui a la particularité d’abriter plus de 90 espèces de plantes.

Milano (23)

Nous avons vu les immeubles en question, qui ont gagné le prix du plus beau gratte ciel du monde, en 2015. Puis nous avons continué notre petit tour, un peu au hasard… Ce fut une bonne idée, car nous avons découvert qu’un nouveau quartier était en train de voir le jour, à la place de trois anciens quartiers (Garibaldi, Varesine et Isola).

Le complexe a vu sa construction débuter en 2005, mais bien que nous allions à Milan tous les étés, nous n’en avions encore JAMAIS entendu parler. D’ailleurs, en regardant à nouveau nos photos des années passées, nous avons constaté que sur certaines l’on pouvait voir au loin, les immeubles du bosco verticale !

Porta Nuova, c’est le nom du quartier en construction, intégrera à terme des logements, dont le Bosco Verticale, mais aussi des bureaux et espaces commerciaux (magasins, restaurants) et de nombreux espaces verts et chemins piétonniers.

Les différentes constructions s’organisent autour d’un jardin publique, I Giardini di Porta Nuova, véritable « bibliothèque botanique ».

C’est dans ce quartier en pleine mutation, que l’on trouve la tour Unicredit. Si l’on compte sa flèche, elle culmine à 231 mètres… et devient ainsi la plus haute tour d’Italie.

Certains considèrent que la tour Allianz est plus haute, car son toit arrive à 209 mètres, et que si l’on prend en compte le toit de la tour Unicredit, il n’est « qu’à » 152 mètres. Comme toujours, on joue à qui a la plus longue. Pardonnez-moi la blague douteuse !

Comme son nom le laisse deviner, la tour conçue par César Pelli, abrite le siège social de la banque Unicredit. Sa construction s’est achevée en 2012.

Milano (40)

A gauche, la tour Unicredit

 

La Tour Diamante (aussi appelée diamantone, littéralement « gros diamant ») accueille elle le siège de la BNP.

 

Milano (41)

A gauche, la tour Diamante

Dans le quartier Porta Nuova, se trouve aussi le siège de la région Lombardie, avec sa tour d’environ 161 mètres de haut, et quatre autres bâtiments, plus bas.

Les bâtiments s’articulent autour d’espaces de vie (magasins, restos, salles d’expo, salle de sport, verdure).

Milano (7)

Milano (8)

Milano (11)

Milano (12)

Milano (13)

Milano (14)

Il y a un côté très futuriste dans ce nouveau quartier. Nous avons été vraiment impressionnés par l’organisation des différents espaces, et par la place laissée à la verdure.

Milano (37)

Milano (38)

Milano (42)

Mon copain m’a dit qu’il avait déjà vu cela plusieurs fois ailleurs, mais moi jamais… il s’agit d’un escalier pensé pour les vélos. Il inclut une sorte de petite rigole lisse, au niveau de la rampe, pour pouvoir passer avec le vélo à la main, sans le soulever !

 

J’espère que la visite de Porta Nuova vous aura plu… n’hésitez pas à me le dire en commentaires ! A presto !

 

Let’s go to… Milano!

Milan est une ville que j’aime beaucoup. Ce n’est pas la plus belle d’Italie, loin de là. Mais elle a quelque chose de spécial, qui la distingue de toutes les autres.

Milan est énorme et toute petite à la fois. Elle se visite facilement à pied, et l’on peut sans trop de difficultés la traverser, aller d’un bout à l’autre, en prenant si besoin le tram ou le métro, si les jambes commencent à fatiguer.

Milano (44)

Milano (155)

L’on n’a pas la sensation de ne jamais pouvoir en faire le tour, comme c’est le cas à Paris par exemple. En revanche, si l’on commence à visiter les musées, le château, la scala, les églises, alors là en effet il faudra beaucoup beaucoup beaucoup de temps !

Car la vie culturelle de Milan est tourbillonnante. Vous trouverez toujours un musée, une expo, à aller voir. Et si ce n’est pas votre dada, alors vous pourrez vous rabattre sur l’admiration des vieilles pierres, lever le nez pour regarder les bâtiments, ou découvrir l’impressionnant cimetière monumental.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Si vous avez vraiment envie de loger à Milan-même, prévoyez un budget assez conséquent, car même en août, la nuit d’hôtel n’est pas donnée… Nous n’avons jamais sauté le pas, car nous avons un peu des oursins dans les poches… Notre solution est de loger à quelques kilomètres de là, et de prendre le train, puisque celui-ci n’est pas cher en Italie ! Depuis notre point de chute à Domodossola, il faut une heure de train environ, et 20 € par personne pour un aller-retour. Cela solutionne aussi la question du stationnement.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Petit aperçu de la gare Milano Centrale

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Sephora, Milano Centrale

 

Milan est grande. Milan est haute.
Ses bâtiments sont hauts et nous font sentir tous piccoli, tous minuscules. Le meilleur exemple est la Cathédrale (le fameux Duomo) qui se dresse, immense et toute fine à la fois, avec ses flèches de pierre qui paraissent percer les nuages.

Milano (153)

Le duomo est la troisième plus grande église du monde, après Saint-Pierre et Notre Dame du Siège, à Séville.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

***

Avant de nous rendre au Duomo, nous voulions découvrir le Bosco Verticale, un duo de bâtiments d’habitation sur lequel poussent presque une centaine d’espèces végétales différentes, créant à elles seules un véritable écosystème.

C’est une forêt qui grimpe depuis les balcons des appartements ; une forêt d’un hectare, sur 80 et 112 mètres de haut ! Les arbres, arbustes et plantes ont été cultivés au sol, dans des pépinières, puis hissés sur les balcons, avec leur bloc de terre, une fois le bâtiment construit.

On trouve des chênes, frênes, hêtres, des oliviers, des pruniers, des cerisiers, tous sélectionnés selon différents critères, notamment celui de ne pas être allergènes… logique !

Milano (19)

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Milano (23)

Milano (31)

Les deux tours en elles-mêmes sont impressionnantes, mais nous nous attendions à être plus impressionnés encore. Il faut dire qu’il y a de nombreux bâtiments milanais qui sont très verts, avec des arbres sur les toits et balcons. Du coup ces immeubles ne nous ont pas totalement coupé le souffle.

Je pense qu’il serait intéressant de le voir au printemps, quand les fruitiers sont en fleurs… Et j’aimerais aussi découvrir comment il va évoluer, et si les ménages qui y sont installés sauront cohabiter avec les autres occupants, les petits animaux et insectes qui font partie de cet écosystème…

Le nouveau quartier auquel appartiennent ces drôles de tours est superbe. Il s’agit de la Porta Nuova et il est en pleine mutation. Je vous en parlerai plus en détails…

Si vous avez l’occasion de le visiter, je pense qu’il vaut le détour !

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Milano #Lombardia #Italia #Milano

***

Revenons-en au Duomo à présent…

Depuis le parvi, on se brise la nuque à le contempler. Mais ce n’est à mon sens qu’en montant sur la terrasse, que l’on peut réellement goûter toute la beauté de l’édifice.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Construit sur les vestiges de deux édifices ravagés par un incendie (la cathédrale Santa Maria Maggiore et de la basilique Santa Tecla), la Cathédrale est sortie de terre en 1386. Sa construction s’est étalée sur plusieurs siècles, et a été rendue compliquée notamment par les difficultés à acheminer d’énormes blocs de marbre rose depuis la Toscane.

Des chars en bois tirés par des bœufs étaient utilisés pour cette tâche particulièrement ardue.

Au sommet de l’édifice, une statue en cuivre doré de la Vierge culmine. Les milanais la surnomment affectueusement « La Madonnina » (la petite Madonne).

Milano (55)

***

Milano (63)

Visiter les terrasses…

L’entrée dans le Duomo est gratuite. Mais il y a des sections payantes, notamment l’accès aux terrasses. Comptez 7 € par personne à pied, 12 € en ascenseur.

En août, nous n’avons pas patienté longtemps pour pouvoir accéder à l’escalier. Pendant que nous faisions la queue pour passer les contrôles; nous pouvions visionner des pubs sur l’écran géant qui recouvre une partie de la façade… J’ai beau avoir vu ces écrans publicitaires une bonne dizaine de fois, à chaque fois je me dis que c’est tout de même surprenant sur un édifice religieux.

Bon, ne crachons pas dans la soupe. Dans un pays aussi riche en monuments que l’Italie, recevoir l’aide des grandes marques pour entretenir le patrimoine n’est pas forcément une mauvaise chose…

Pour en revenir au Duomo, si vous avez de bonnes jambes, préférez la montée par les escaliers. Elle n’est pas compliquée car les marches sont régulières.

Milano (68)

Milano (90)

Milano (111)

Milano (119)

Certes il faut parfois se serrer un peu car l’on croise les gens qui redescendent, mais il n’y a rien d’infaisable.

Et puis on profite vraiment de l’expérience, bien plus qu’en montant par l’ascenseur !

Seul point un peu dommage, l’on ne rejoint pas l’intérieur de la cathédrale ensuite. Si on desire visiter l’intérieur (gratuit), il faut refaire la queue depuis le parvis, et cela peut être long… En août les milanais ont massivement quitté la ville, et les touristes sont moins nombreux qu’en juillet. Ne vous attendez pas à une file d’attente comme pour voir le David de Florence. Mais ne pensez pas entrer dans le Duomo comme à la Foir’ Fouille !

Milano (117)

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Une cathédrale en dentelle de pierre…

***

Juste à côté du Duomo, les galeries Vittorio Emmanuele II sont un incontournable de Milan. Prada, Vuitton, Versace, Borsalino, Tod’s, ce n’est pas là que vous ferez vos menues emplettes (a priori). Mais vous pourrez en revanche admirer le sol en marbre coloré ainsi que le superbe plafond en verre.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Giuseppe Mengoni fut chargé de la construction, qui dura onze ans (de 867 à 1878) et s’acheva par l’arc de triomphe, qui donne sur la place du Duomo.

Certains trouvent incroyablement chic de boire un espresso chez Gucci. Mais honnêtement, je doute qu’il soit meilleur que dans les autres cafés milanais, où bien sûr on boit de délicieux cafés dignes de ce nom.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

 

Petite astuce culturelle, évitez le cappuccino l’aprem… Celui-ci se boit au petit-dèj uniquement… allez, jusqu’à 10-11 heures admettons. Mais pas plus tard. Ensuite mieux vaut passer à l’espresso, au café d’orge (orzo), ou au café froid préparé au shaker (shakerato) s’il fait chaud !

Le shakerato peut être sucré d’office. Si vous le préférez sans sucre précisez-le bien à la commande, en demandant un « shakerato amaro » !

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Nous avons apprécié un bon café servi avec le sourire et un mot gentil du serveur, à quelques rues du Duomo, chez J&B (1,50 € le café, avec recommandations de Tripadvisor et autres guides). L’endroit propose aussi des sandwichs (5 €), et plus globalement de la petite restauration.

Une fois le café avalé, on peut continuer et se lancer dans une activité parfaitement recommandée à Milan : le shopping !

Pour le shopping des classes moyennes, le Corso Buenos Aires est tout indiqué. Là, on trouve les boutiques des chaines : OVS (fringues, make up), Kiko, … Je vous recommande Kasanova pour les petits objets de la maison pratiques, sympas et peu coûteux !

Milano #Lombardia #Italia #Milano

J’espère que la visite vous aura plu. Il y a énormément de choses à écrire sur Milan. J’aurais pu vous parler des quartiers divers et variés, et notamment du quartier chinois. J’aurais pu vous présenter le cimetière monumental, les trams en bois, le châteaux de Sforza. J’aurais pu aussi vous dire que Milan est une ville étonnamment verte, qui compte de nombreux parcs. Mais cela aurait été très très long. Alors je vais m’arrêter ici, et vous proposer d’autres billets par la suite… Merci à tous pour vos lectures et votre fidélité !

Malpaga, et le Moyen-Âge est là !

J’avais découvert le château de Malpaga sur internet, en préparant nos vacances.

En effet, ce château médiéval se situait tout près de notre point de chute, dans la région de Bergame, en Italie

Coup de bol, j’avais vu qu’un événement serait organisé le weekend même de notre visite.

Nous nous y sommes donc rendus en voiture depuis notre hôtel de Stezzano. Cela nous a pris un quart d’heure.

MALPAGA1 (2)

En arrivant à Malpaga le matin, nous avons pu nous garer sans difficulté et gratuitement, puis marcher quelques centaines de mètres pour accéder au château.

Nous avons tout de suite été séduits par l’édifice et par toute la mise en scène. Des tissus avaient été installés, avec des stands en bois, une grande table… On se serait crus revenus au Moyen-Âge !

Malpaga

Sur un stand, des gens vendaient des couronnes de fleurs, que l’on retrouvait ensuite sur les têtes de toutes les gamines !

MALPAGA1 (3)

L’entrée du château

MALPAGA1 (5)

MALPAGA1 (56)

Selon les horaires, il est possible de visiter le château, soit avec un guide en costume, soit avec un audioguide. La visite avec un guide en chair et en os coûte 9 € par adulte. Elle est proposée en italien uniquement.

C’est cette option que nous avons choisie, car une visite commençait juste au moment où nous arrivions.

A savoir, le château peut aussi se visiter en groupe, avec des écoles, ou être privatisé pour des événements particuliers, comme des mariages.

MALPAGA1 (7)

MALPAGA1 (8)

MALPAGA1 (11)

Le Château de Malpaga date du XIIIème siècle. Initialement, il était en fait une rocca, c’est à dire une forteresse, avec pont levi et fossé, qui servait essentiellement à assumer un rôle défensif contre les allemands.

Puis, avec l’arrivée du condottiere Colleoni, il fut agrandi, à compter de 1456. En effet, le militaire choisit cet imposant édifice, comme centre de son domaine, et y fit construire des maisons pour loger ses soldats.

La forteresse initiale était décorée de motifs géométriques, qui furent recouverts par de nouvelles fresques, figuratives cette fois. Mais par endroits, les fresques d’origine sont encore visibles.

MALPAGA1 (31)

Ci-dessus, on visualise bien les différentes fresques ; les anciennes, et les nouvelles, apparues par dessus. Notre guide nous montre des exemples de tenues de l’époque. Les femmes portaient des robes lacées sur le devant. Le lacet permettait d’ajuster le vêtement, en cas de grossesse.

MALPAGA1 (9)
On commence par entrer dans la salle de banquet (photo ci-dessus), richement décorée sous Colleoni. La guide explique rapidement les fresques, nous détaille les principaux protagonistes.

Elle partage avec nous quelques anecdotes intéressantes. Par exemple, j’ai appris que Colleoni interdisait l’utilisation de couverts dans les gros banquets, pour éviter qu’ils soient utilisés comme des armes. Il ne se séparait pas de son épée, même dans son château !

Les emblèmes des Colleoni sont nombreux. Le plus marquant est sans aucun doute cet ensemble de trois paires de couilles… Oui vous avez bien lu, trois paires de testicules, dont l’utilisation sur les blasons est antérieure à la naissance du fameux Condottiere.

MALPAGA1 (17)

Vous pouvez voir l’emblème sus-mentionné sur la photo ci-dessus, à différents endroits : sous la voûte, en plein milieu de la photo, à peine au dessus entre les deux bougies, et à gauche sur le mur.

Pourquoi cet emblème ? Par rapport au nom « Colleoni » proche de « coglioni » ? Pour représenter la vigueur ? La masculinité ? Pourquoi trois ? Certaines mauvaises langues avancent le fait que les mâles Colleoni auraient étés dotés d’une troisième boule. Des siècles après, le mystère reste entier !

MALPAGA1 (18)

MALPAGA1 (20)

MALPAGA1 (21)

Sur la photo juste au dessus, vous pouvez voir les créneaux, le terme technique pour ces créneaux bien spécifiques est « Merlatura ghibellina« . Les créneaux se terminent en queue d’hirondelle, au lieu d’être droits, comme les créneaux guelfi.

Les Guelfi et les Ghibellini étaient les deux factions ennemies du XIIème siècle, jusqu’au XIVème. D’un côté, les Ghibellini étaient en faveur de l’Empereur, tandis que de l’autre, les Guelfi appuyaient la papauté.

Sur la photo un peu plus haut, remarquez qu’il y a des espaces pleins, bien plus larges qu’ailleurs (dans l’angle à droite). En fait, ceci était destiné à faire croire au loin, qu’il s’agissait d’une tour… En gros, c’était une tour en 2D, qui pouvait laisser craindre à l’ennemi, que le château était encore plus difficile à prendre qu’il ne l’était réellement. Futé non ?

MALPAGA1 (27)

 

La visite était réellement passionnante. La guide expliquait les choses très clairement, sans nous perdre dans des détails compliqués. Elle rappelait bien le contexte, les us et coutumes de l’époque. Même si la visite était en italien et que mon homme n’a jamais appris cette langue, il a réussi à suivre sans trop de difficultés.

En plus, il y a de nombreux objets qui ont été ajoutés pour réaliser des petites mises en scènes. Par exemple, un lit d’époque a été reconstitué dans la chambre du condottiere. Il permet de bien se rendre compte de l’aspect que la chambre pouvait avoir au Moyen-Âge.

La guide nous a expliqué que le condottiere dormait dans un minuscule lit. Nous pensions que cela s’expliquait par sa petite taille. Et bien pas du tout ! Colleoni mesurait 1,80 m ! Un géant pour l’époque ! Mais il dormait assis car c’était l’usage de l’époque, et était sensé faciliter la digestion. En prime, cela lui permettait de se lever plus rapidement en cas de danger ! On en revient toujours au contexte de l’époque, extrêmement violent (comme pour l’anecdote des couverts interdits !).

MALPAGA1 (25)

La château a été restauré pour la dernière fois en 2008. Rien n’a été ajouté, comme le veut la législation italienne. Mais les éléments encore visibles ont été remis en état. Et honnêtement, même si par endroit les fresques sont incomplètes, il reste beaucoup d’éléments à admirer, et à déchiffrer !

MALPAGA1 (48)

Dernière petite anecdote : l’eau de pluie était collectée dans un grand réservoir situé dans la cour. On l’utilisait notamment pour remplir un baquet qui servait de baignoire. Tous les membres de la famille se baignaient dans la même eau ; d’abord les hommes, puis les femmes, et enfin les enfants ! Ils utilisaient du savon fabriqué à base d’huile et de cendre.

Avant de quitter le château, nous avons fait un petit tour par l’exposition temporaire, qui présentait les différents symboles, dont les fameuses trois paires de testicules. Puis nous nous sommes baladés à l’extérieur…

MALPAGA1 (83)

MALPAGA1 (79)

MALPAGA1 (71)

Comme tout n’était pas encore installé, nous avons décidé d’aller voir les communes voisines, et de revenir ensuite, pour assister à la fête de Malpaga…

MALPAGA2 (9)

MALPAGA2 (16)

MALPAGA2 (26)

L’après-midi nous avons pu assister à des spectacles de bouffons, écouter des musiciens avec leurs instruments médiévaux, approcher des chouettes, et voir tout un assortiment de produits d’artisanat, comme des bijoux faits à la main en métaux, des objets en cuir, etc…

L’homme serait bien resté pour regarder la joute, mais je me lassais un petit peu de rester debout en plein soleil, donc nous sommes repartis. En tout cas, tout était vraiment impeccablement organisé, et les acteurs qui incarnaient les personnages médiévaux étaient vraiment doués.

A noter, les animations de l’après-midi se déroulaient dans la cour et à l’extérieur du château, et étaient donc accessibles à tous, sans avoir à s’acquitter d’un billet d’entrée.

Malpaga

Malpaga

Malpaga

Cette visite nous a totalement enchantés. Nous avons fait un bond dans le passé. J’avais déjà visité de nombreux châteaux, mais jamais je n’avais été aussi immergée dans la visite. Le fait que la guide (en costume d’époque) nous explique des choses sur la vie quotidienne dans le château, et appuie son récit sur des objets qui reconstituaient les scènes d’époque, a contribué à rendre la visite réellement passionnante.

La fête qui a suivi la visite, a été un chouette bonus…

Nous garderons un excellent souvenir de notre découverte du château de Malpaga.

Si à votre tour vous souhaitez le découvrir, alors je vous laisse le lien vers le site officiel !

Se loger à proximité de Bergamo [Italie]

En Italie, outre les hôtels et les bed and breakfast, on peut trouver des affitacamere, littéralement « loue-chambres ». Ce sont des équivalents de nos maisons d’hôtes, mais avec plus d’indépendance, selon ce que nous avons pu constater. Il est possible d’y prendre le petit-déjeuner, mais ce n’est nullement obligatoire.

Généralement on nous remet les clefs de la chambre et de l’entrée, car il n’y a pas de réception.

Pour notre dernière étape piémontaise (en août 2016), nous avons trouvé l’affitacamere Carlo Cacciami à Grignasco (province de Novara). La nuit pour deux était à 48 € sans petit-dèj.

View this post on Instagram

#chambre

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Grignasco se trouve à :

-1 h 20 de Côme

-1 h 30 de Bergame

-1 h 50 de Brescia

-45 minutes de Novara

Je vous mentionne ces différentes villes, car elles ont toutes un intérêt touristique. Nous n’avons à ce jour, pas encore visité Côme, mais nous sommes amoureux de Bergame, et recommandons également de découvrir Brescia et Novara !

D’ailleurs, pour Novarra, il y a des infos par ici…

*

View this post on Instagram

Affitacamera #voyage

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Nous avons trouvé facilement l’endroit grâce au GPS et au panneau à l’entrée du parking.

Le parking est vaste et il y a des places sous les arbres ; c’esfort appréciable vu la chaleur de ce mois d’août.

À côté, se trouve un resto chinois-japonais, que nous n’avons pas testé.

Le gérant de l’affitacamere nous a accueillis immédiatement et nous a fait visiter la chambre.

View this post on Instagram

Affitacamere

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

RAS côté propreté. C’était rutilant et on voyait que tout était entretenu avec soin. Un lit double, un petit lit, un beau bureau en bois massif, quatre chaises, on trouvait aussi plusieurs placards, un pèse personne électronique, et un sèche cheveux. La télé écran plat est grande et de bonne qualité. Dans certains hôtels nous avions eu des écrans catalytiques cathodiques pleins de parasites alors là cela changeait !

Dans la salle de bain, Italie oblige, il y a ZE bidet, mais aussi une petite baignoire, un lavabo et des savons. Je n’ai pas trouvé cela super hygiénique de proposer des savons solides de grosse taille, qui sont destinés à resservir d’un client à l’autre. Mais de toute façon rien ne nous forçait à les utiliser car nous avions nos propres produits.

View this post on Instagram

Salle de bain

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Le Gérant nous a donné le code du wifi sans que nous ayons à demander. Le réseau était très faiblard. Mes mails ont daignés se télécharger au bout d’une longue attente, mais je n’ai pas pu charger une seule application.

La chambre est confortable et offre tout le nécessaire pour passer un séjour agréable (une bouilloire serait bienvenue mais en Italie c’est rare !).

J’ai bien dormi car j’avais mes boules Quies et que j’étais lessivée après une journée au soleil. Mais l’homme a eu du mal à se reposer, car malgré les boules Quies il entendait une sorte de climatisation. En effet il y avait comme une grosse soufflerie, qui s’arrêtait parfois en faisant des « tac tac tac » et reprenait de plus belle quelques minutes plus tard. Nous avions coupé la climatisation de notre chambre pourtant… Nous avons pensé qu’il devait s’agir de celle du couloir. Mais impossible d’en être surs et de trouver comment l’arrêter…

À 6 h 30, les occupants d’une autre chambre sont partis et le bruit fait par leur porte et par leur discussion d’un bout à l’autre du couloir m’a réveillée malgré les bouchons d’oreille.

*

En résumé, cet affitacamere offre un bon compromis entre le camping et l’hôtel. Pour un budget moyen, il permet de se loger de façon confortable, pour peu que l’on soit prêt à accepter quelques petites imperfections…

Pour plus d’infos, et pour réserver, voici le site officiel : ICI

 

Voyage en Italie : découverte de Vigevano

Buongiorno a tutti!

Aujourd’hui je vous propose de vous glisser dans ma valise, et de m’accompagner pour la visite d’une jolie ville lombarde, du nom de Vigevano. Nous y étions cet été, en plein mois d’août, et c’était une belle visite…

Pour les nuls en géographie, la Lombardie est une région du nord-est de l’Italie. Sa capitale est Milan.

Son nom ne vous dit probablement rien, pourtant Vigevano est une ville à taille humaine (60 000 habitants) voisine de Pavie, qui possède des monuments dignes d’intérêt…

 

Vigevano - #Italia

S’y rendre…

Nous n’avions pas regardé les parkings avant d’arriver à Vigevano, mais sommes tombés sur celui de la gare, qui ne coûte que 0,50 € l’heure (gratuit les samedi et jours fériés, le midi et après 19 h 00).

Avant cela il nous a fallu tourner joyeusement autour du centre à cause d’une déviation… Le GPS voulait absolument que nous prenions la via La Marmora, qui était barrée. Cela nous a permis de constater que la ville n’était pas immense, et que sortis du centre, elle ne casse pas trois pattes à un canard. Elle est globalement composée d’habitations récentes.

Mais le centre abrite la piazza Ducale et… son Duomo (cathédrale). Celui-ci est tout à fait charmant.

 

Vigevano - #Italia

Vigevano - #Italia

Vigevano - #Italia

La cathédrale a été construite au XVIème siècle, et la façade telle qu’on peut l’admirer actuellement, date des années 1670.

Le centre

La piazza Ducale a été construite entre 1492 et 1494. Elle constituait alors une entrée royale vers le château. La place fut modifiée en 1680, avec le quatrième côté fermé, et la rampe d’accès au château abattue.

Les décorations des façades furent refaites en 1907.

Vigevano - #Italia

La tour de Bramante mesure, selon les panneaux explicatifs, entre 60 et 70 mètres. Peut-être est-ce variable en fonction de la température (on va voir ceux qui lisent les articles en entier).

La tour se visite et offre un panorama intéressant sur la ville. Nous n’avons pas pu tout faire malheureusement, et avons renoncé à monter. Mais sachez que le billet est tout à fait accessible : 3 €. Les horaires sont consultables via ce lien : http://www.comune.vigevano.pv.it/turismo/cosa-visitare/la-citta-ducale#infopoint

Vigevano - #Italia

Il s’agissait initialement d’une tour défensive, devenue symbole d’élégance. Ci-dessus, vous la voyez, depuis le parc du château, et ci-dessous, depuis la place.

Vigevano - #Italia

 

Le geek en manque pourra se connecter gratuitement et facilement (sans inscription) sur le wifi de la librairie Feltrinelli (piazza Ducale). À noter, des livres en anglais sont vendus dans ce magasin (Ken Follett, Sophie Kinsella, Nick Hornby…).

L’église San Giorgio (Xème siècle) est une petite église romane, fermée lors de notre passage. Elle se trouve non-loin de la place principale.

En revanche, nous avons pu entrer dans l’église San Pietro Martyre, qui date du XIVème siècle. Sa façade en briques est impressionnante. L’édifice accueille les restes de Matteo Carreri, saint patron de Vigevano. Dans la crypte, décorée de marbres et peintures, on trouve effectivement un cercueil de verre. À l’intérieur, il y a un corps, mais il porte une sorte de masque et les mains semblent en cire.

Vigevano - #Italia

Vigevano - #Italia

Vigevano - #Italia

Sur la piazza Ducale on peut poser ses fesses et boire un verre. Si vous souhaitez un thé, amenez votre bouilloire… Le café Tikal ne sert pas de thés à part des bouteilles de thé glacé (sucré) au citron ou à la pêche… Quand le thé m’a été apporté et que j’ai réalisé le malentendu, j’ai expliqué que je voulais un thé chaud… À 3,50 € le thé glacé je n’allais pas me forcer à boire de mauvais cœur… Point de thé chaud, et puisqu’il n’y avait pas non-plus de San Pellegrino, je me suis rabattue sur le café glacé, bien corsé (3,50 €) ! l’homme a apprécié sa limonade (à 3,50 € également).

Vigevano - #Italia

Le château situé à côté de la place est joli, en briques, avec un parc arboré bien calme.

Vigevano - #Italia

On peut visiter gratis le musée de la chaussure, où est exposée la chaussure la plus petite du monde (pour sûr ce n’est pas la mienne !). Mais… ce temple de la shoes-addict est fermé le lundi, sacrilegio! Nous avons donc tourné les talons et traîné nos vieilles baskets jusqu’à l’église San Francesco. Après avoir joué à touche-bec avec les statues de pigeons (avec les vrais pigeons c’est plus compliqué) nous sommes entrés dans l’église. L’office était en cours et nous n’avons pas osé déambuler avec nos appareils photos !

Vigevano - #Italia

Hop, un passage chez Tigota, magasin de cosmétiques et produits d’hygiène en tous genres (vernis, produits anti-moustiques, miniatures de shampoings, mousse à raser, sacs poubelles…) et back to the car (retour à la voiture autrement dit) !

Vigevano - #Italia

Quel plaisir de retrouver la bouteille d’eau pétillante bien chaude dans le coffre (tiens, j’aurais pu me faire mon thé du coup !). Plaisir suprême également, de poser son noble fessier dans les sièges de la C3, et de relâcher nos pauvres mollets rendus informes par les piqûres de mous-tigres ! Mais je m’égare, tout cela vous importe peu !

Vigevano mériterait d’être un peu plus connue, car elle vaut tout à fait une étape !

A la découverte de Monza [Italie]

Monza est une ville lombarde, dont le nom fait immédiatement penser à la F1, en raison de la présence d’un circuit automobile.
Mais Monza, c’est plus que cela…

Monza

Nous étions dans la région, et n’avions pas vraiment défini les villes que nous visiterions. En regardant la carte, nous nous sommes aperçu que Monza était à proximité de notre hôtel… et avons décidé de tenter une visite…

C’est une ville à taille humaine, qui compte environ 120 000 habitants. On est loin de l’agitation que l’on peut voir à Milan (même si en août la capitale lombarde est souvent desserte).

En arrivant, sans avoir rien préparé nous sommes tombés face à la Chiesa San Gerardo. Cette église vaut le détour pour ses peintures et sa coupole… On en fait rapidement le tour, mais je conseillerais malgré tout d’y faire un petit passage, car elle est richement décorée…

Monza

Monza

Nous avons ensuite croisé une autre église, plus récente, devant laquelle se trouvait une Statue de Padre Pio (Piazza Armando Diaz). Mais l’église était fermée.

Et puis, en continuant, devinez quoi… Une autre église : Santa Madalena (XIV ème siècle) et une quatrième : Santa Maria in Strada (XIV ème – photo ci-dessous), qui doit son nom au fait qu’elle était située sur la grande route Monza-Milan.

Monza

La ville de Monza est vraiment jolie et agréable. Elle est à taille humaine, avec une petite rue commerçante particulièrement soignée…

La fontaine en forme de pissenlit nous a bien plu !

Monza

Monza

La Piazza Trento e Trieste (rénovée en 2005-2009, photos ci-dessous) n’a pas un énorme intérêt mais on y trouve un imposant monument aux morts. Quelques cafés et leurs terrasses toujours très prisées des italiens apportent un peu d’animation, mais cela reste calme en ce mois d’août.

Monza

Monza

La Piazza Roma avec l’ancien marché couvert est à mon sens bien plus agréable. On peut passer sous les arcades, et admirer une jolie fontaine avec une enfant qui joue avec des grenouilles !

Monza

Monza

Ci-dessus : l’ancien marché couvert.

Le Duomo est en travaux… dommage car il est vraiment superbe… Sa place n’accueille aucun café, que des boutiques. Nous sommes le 16/08 et tout est fermé, à l’exception des franchises des rues commerçantes (OVS, Alcott, Promod,…). La Cathédrale San Giovanni Battista (duomo) a été édifiée entre le XIV et le XVIIème siècle.

Monza

La ville est assez petite mais elle nous a bien plu. Le fait de pouvoir alterner shopping et visites d’églises nous a permis de varier les plaisirs et de profiter pleinement de Monza en un seul après-midi. Il semblerait que la ville soit assez chic, si l’on se fie à l’ambiance générale et aux enseignes luxueuses qui y sont implantées.

Monza

Voilà pour ce petit tour rapide de la ville de Monza… N’hésitez pas à inonder ce billet de commentaires ! :-p

Si l’Italie vous plait voire vous passionne, de futurs billets sur d’autres villes, ne tarderont pas à pointer le bout de leur nez sur ce blog. Alors restez connectés ! ♥

Séjourner à Treviolo, à côté de Bergame

IMG_8655.JPG

Nous avions déjà séjourné dans un Art&Hotel, à Stezzano, juste à côté de Bergame. C’était il y a trois ans et nous avions passé un excellent moment. Cette année nous avions envie de revenir dans les parages, mais de tester un autre hôtel. Nous avons donc opté pour l’Art&Hotel voisin, à Treviolo.

En arrivant à midi, nous avons trouvé l’hôtel presque désert. Je pense que les deux voitures sur le parking appartenaient à la Réceptionniste et à la femme de ménage !

Nous avons donc profité du parking gratuit. Celui-ci est relativement vaste, et vu que l’hôtel se trouve dans un village, le stationnement n’est de toute façon pas un problème.

Comme on nous a attribué une chambre au rez de chaussée, l’homme est retourné garer la voiture sous la fenêtre. Cela lui a permis de garder un œil dessus même si le coin semblait tranquille, puisque nous avions des bagages plein le coffre !

Le check in a été rapide et très sympathique. La Réceptionniste est réellement adorable et le mot n’est pas trop fort (c’est pour cela que je met l’info en gras et la souligne, car vraiment, nous avons trouvé dans cet hôtel un accueil au top du top) ! Elle nous a imprimé les horaires de train et trouvé un parking gratuit proche de la gare. Elle a même appelé l’hôtel de Stezzano pour savoir s’ils avaient des billets de train, car il n’est pas possible de les acheter à la gare !

Les communs sont jolis, propres. Le couloir moquetté est une bonne chose car cela amortit bien les bruits de pas. En revanche on entend la télé des voisins (et ils doivent entendre la notre car elle est vieillotte et il faut pousser un peu le volume pour pouvoir suivre les dialogues). On entend aussi énormément les bruits de tuyauterie.

Je n’ai pas regardé tout en détail mais nous avions des chaînes étrangères en plus des italiennes (BBC notamment).

La chambre est un poil vieillotte mais relativement propre et fonctionnelle. La présence d’un minibar bien frais est appréciable, pour caser notre demi pastèque !

IMG_8666.JPG

 

Le lit est un peu vétuste avec un matelas à ressorts un poil mou. Mais nous sommes trop heureux de pouvoir enfin nous reposer pour nous plaindre de la literie, qui reste fort correcte ! En revanche, la couverture est tachée sur la face cachée… Nous en trouvons une plus propre dans le placard, et changeons.

Le sèche cheveux est cassé. J’ai voulu m’en servir pour désembuer le miroir et cela n’avait aucun effet ! En plus il est automatique. C’est à dire qu’il se stoppe tout seul. Si l’on a fini avant la minuterie, il faut le laisser souffler pour rien. Inutile de vous préciser qu’il fait un bruit d’avion !

Un coffre fort est à disposition mais comme je n’emmène jamais mes diamants en vacances, nous ne l’avons pas utilisé.

Dans la salle de bain, une baignoire nous attend. Le robinet est fixé au milieu, et pas au bout de la baignoire. C’est tip top pour se baigner à deux sans que l’un ne doive se sacrifier et avoir le robinet dans le dos ! On trouve aussi un bidet (Italie oblige !), un WC, un lavabo avec une grande tablette super pratique pour tout caser !

img_8660

Et bien-sûr, il y a des produits d’accueil (gel douche, bonnet de douche, mouchoirs), et des sachets pour protections périodiques.

img_8657

L’homme a trouvé l’hôtel trop vieillot et a regretté que certains équipements soient cassés (la vitre de la baignoire était fissurée, il y avait des toiles d’araignée sous les chevets,…) mais pour ma part j’ai trouvé que l’hôtel offrait un bon rapport qualité-prix. On sent que l’on est dans un hôtel qui a été très classe, mais que les années ont passé. Du coup, l’accueil et les services sont toujours bons, mais les équipements ont vieilli.

Nous n’avons payé que 50 € pour une nuit, sans petit-dèj. Le parking était inclus, ainsi que le wifi. Pour le wifi, il fallait se mettre à proximité de la porte ou carrément dans le couloir, mais bon, cela fonctionnait !

J’ai beaucoup apprécié l’accueil à la fois professionnel et bienveillant. La réception ouverte 24h/24 était un vrai plus.

Enfin, l’hôtel est situé dans un joli village (Treviolo) et on peut rejoindre plusieurs grandes villes en quelques minutes :

*Bergamo 10 mn

*Monza 35 mn

*Milan… 50 mn probablement (pas testé et cela dépend de la circulation !)

img_8774

Eglise de Treviolo

Dernier point, il y a un grand centre commercial à 5 minutes : Curno. On peut y faire ses courses chez Auchan, et le choix est énormissime (en Italie c’est exceptionnel). Il y a un rayon traiteur où l’on peut acheter de quoi pic-niquer pas cher (taboulé, salade de farro, légumes vapeur). C’est LE bon plan notamment pour manger vegan et équilibré, sans se ruiner ! Les plats spéciaux en rayon coûtent un œil en Italie, alors que les plats de céréales et légumineuses des rayons traiteur sont ici à 1,90 € les 100 grammes environ. On peut aussi acheter des olives , tomates séchés, le tout au poids.

Curno abrite aussi un magasin Media World (électronique), des magasins de vêtements etc…

Si c’était à refaire, je pense que je reviendrais dans cet hôtel car il offre le nécessaire pour passer un bon séjour à petit prix.

img_8776

Campanile de Treviolo

Sabrina Hôtel – Sordio (LO)

image

Nous continuons notre balade italienne, avec aujourd’hui, une étape à Sordio, commune de la province de Lodi, située à une vingtaine de kilomètres au sud de Milan.

 

***

L’hôtel Sabrina est un établissement familial, qui ne possède qu’une seule étoile.

La nuit pour deux sans petit-dèj y coûte 55 € pour un séjour en août 2016.

Nous y avons passé 2 nuits. L’hôtel était pratiquement désert (nous n’avons pas croisé d’autres clients !).

***

IMG_6155.JPG

J’avais trouvé cet hôtel via Google Maps, et avais contacté l’accueil par e-mail. Je l’avais sélectionné car le prix était le plus intéressant et les avis Tripadvisor plutôt bons (je n’ai vu qu’après qu’il n’y avait que 3 avis). Aucun pré-paiement ne m’avait été réclamé. J’avais juste laissé un numéro de portable et on m’avait indiqué qu’il faudrait prévenir l’hôtel en cas d’arrivée après minuit.

En débarquant à Sordio (village récent sans charme particulier) nous avons tourné un peu avant de repérer l’hôtel. Le GPS trouvait la rue mais pas le numéro et les sens uniques nous ont joué des tours.

IMG_6150

Vue en face de la réception, avec les places de stationnement…

IMG_6152

à gauche, l’entrée de l’hôtel…

***

L’hôtel se trouve le long de la Tengenziale (rocade), et on a l’embarra du choix en matière de places de parking (il faut juste éviter de s’y stationner le mardi matin car c’est jour de nettoyage et on peut avoir 38 € d’amende, mais la Réceptionniste nous l’a fort gentiment rappelé !). Sauf que… j’ai dit cela à mon homme, qui est allé déplacer la voiture, et l’a mise dans une autre rue, tout autant concernée par le nettoyage… du coup nous avons eu l’amende de la même façon (en la payant sous 5 jours on bénéficie d’une réduction, et elle passe sous les 30 €, mais quand-même…).

Chose étrange, bien qu’à proximité de la route, cela sent bon la campagne (le fumier précisément) mais rassurez-vous, le délicat parfum ne vous suivra pas dans l’établissement !

***

L’entrée de l’établissement ne paye pas de mine et un écriteau sur la porte de la réception nous informe que celle-ci ouvrira à 15 h 30. Un numéro de portable est noté, en cas d’urgence. Il est 15 h 00 donc nous patientons…

Un hall avec des chaises est à disposition. On y trouve des magazines pour cinquantenaires (je n’invente rien, c’est noté sur la couverture) et des dépliants touristiques. Ils sont poussiéreux et certains programmes culturels datent de 2011… Ce n’est pas bien grave, je ne suis pas asthmatique et surtout le plan de Lodi n’a pas dû changer des masses ces 5 dernières années !

 

Finalement à 15 h 12 la Réceptionniste arrive (je retiens l’heure précise car la dame nous a demandé depuis quand nous attendions et j’ai répondu « douze minutes précisément » pour rire… sans succès. Pardonnez le Touriste, la fatigue entache parfois légèrement son humour.

La réceptionniste nous a accompagnés à notre chambre.

Les communs ne cassent pas des briques, la chambre non-plus… C’est simple, un peu vieillot, mais globalement cela semble propre. Je remarque de la poussière sur les plinthes mais rien de dégoûtant.

Il y a des produits de courtoisie dans la salle d’eau, une douche, un bidet (en Italie c’est classique).

 

La propreté n’est pas au top level. Je m’en rends compte progressivement… (fourmis qui se baladent tranquillou dans les jointures de carrelage, il y a du moisi dans la douche, des élevages de moutons sous le lit_si je n’avais pas fait mes exercices de gainage j’aurais vécu dans une joyeuse ignorance de tout cela…).

Le lit en revanche est au poil (sans jeu de mot !) : draps immaculés, matelas confortable, format X wide typique des hôtels italiens. On pourrait y coucher à l’aise trois sumos.

Notre chambre possède un lit double et un petit lit (il serait juste pour un quatrième sumo, mais appréciable pour un môme format classique).

Une toute petite télé écran plat copine avec un lecteur DVD. Cela nous permet de prendre le petit dèj devant une série mettant en scène des bonnes-sœurs.

C’est tout.

Pas de bouilloire, de frigobar ou de livret d’accueil. Le code du wifi est noté à la main sur une feuille volante. Il fonctionne tout bien (le wifi, et son code).

Vue depuis notre chambre… (il y a un petit balcon).

Surprise, la cabine de douche est super compliquée à fermer. Elle ne coulisse plus et il faut soulever la porte pour arriver à la manœuvrer. La vitre sort de son cadre, et le pommeau n’est pas réglable en hauteur (pas pratique si l’on ne souhaite pas se mouiller les cheveux). Mais c’est rigolo au final. Cela fait des souvenirs !  (positive attitude)

Il y a deux lampes de chevet tout à fait vintage, mais l’une n’est pas branchée (la mienne of course). Je décale le lit pour trouver une prise mais… l’ampoule est cramée de toute façon. Tant pis ! Cela m’évitera d’avoir à choisir entre allumer la lampe de chevet ou recharger mon téléphone (toujours la positive attitude) !

Le cadre au dessus du lit est très poussiéreux. L’homme l’enlève carrément !! Du coup je ne me souviens même plus ce qu’il représentait… Cela vous fait de belles jambes hein ?

 

IMG_6290.JPG

Le fameux cadre…

Impression générale… Cet endroit ne fait pas rêver certes, mais à 55 € la nuit, on en a pour son argent ! Le lit est propre et confortable. C’est le principal !

Les places de parking gratuites sont nombreuses à proximité et nous sommes à 15 minutes de voiture de Lodi. De Sordio on peut aussi rejoindre Melegnagno (Marignan) en parcourant 4 kilomètres. Je ne dirais pas que c’est un établissement à conseiller… J’ignore quel est l’état des autres chambres (vu que nous étions les seuls clients nous avons peut-être eu la meilleure ?). Mais vu le prix payé, je ne me vois pas faire la fine bouche.

Rien de spécial à faire à Sordio qui reste une petite ville industrielle. L’église est récente (voir photo ci-dessous) mais peut valoir le coup d’œil. Sinon on prendra la voiture pour visiter les alentours : Pavie, Melegnano, Vigevano, la chartreuse à 10 km de Pavie. À Melegnano on peut faire les courses dans un Carrefour ouvert 24 h/24 et 7j/7.

IMG_6159.JPG

Pour plus d’informations, et pour réserver, voici le lien !

Je vous retrouve très bientôt pour d’autres billets au bon goût d’Italie, sur des hébergements et des suggestions de visites ! 😀