Un petit café pour démarrer la journée ?

Hello fidèles lecteurs et curieux de passage ! Ce matin nous avons rendez-vous pour une dégustation de café ! Je vous sers une tasse d’un arabica de la marque italienne Caffè Vergnano !

*

Caffè Vergnano est donc une marque italienne, originaire  plus précisément de la ville de Chieri (cela se lit « kièri » et pas « chièri » bien-entendu), dans la province de Turin. Elle fut fondée en 1882 par Monsieur Vergnano, Domenico de son prénom.

La marque a su évoluer avec son temps, puisqu’elle propose aujourd’hui entre autres, des dosettes compatibles avec les machines de la marque Suisse, vous savez, celle qui a pris George Clooney pour égérie ?

Lors de ma dernière commande Maxi Coffee, j’ai voulu goûter les dosettes de cette marque, qui m’étaient jusque là inconnues.

View this post on Instagram

La gamme #café @caffevergnano1882

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

Deux gammes, et un prix correct…

Il y a deux gammes : la classique qui propose des capsules biodégradables, suremballées d’un sachet en plastique ; et la compostable, dont les capsules sont biodégradables, et compostables (pour peu que l’on prenne la peine de les mettre au compost). Oui parce-que les capsules biodégradables c’est bien, mais si on les met à la poubelle classique, ça ne sert pas à grand chose.

Lors de ma dernière commande, j’avais choisi un paquet classique, de dix dosettes d’Arabica (le paquet noir et doré). Vendu 3,20 € le lot de 10, on arrive à 32 centimes la dosette. Ce n’est pas donné-donné et si l’on compare à la marque de référence, la fameuse marque suisse, le gain n’est pas très élevé.

Je pense que la marque ne se positionne pas forcément sur ce créneau du café pas cher. Et personnellement, quand j’achète mon café, la priorité ne va pas à l’économie à tout prix. Je recherche avant tout un bon café. Je ne dis pas par là que je suis prête à payer 50 centimes par capsule, mais lorsque l’on reste dans les 20 à 35 centimes la capsule, cela me convient.

Ce café est présenté comme « équilibré ». Il est issu de cafés provenant d’Amérique Centrale et du sud et d’Afrique.

C’est le descriptif, parlant d’un mélange « aromatique et complexe » aux « saveurs d’agrumes et de fleurs » qui m’a convaincue de le tester.

 

Assez parlé, on déchire l’emballage avec les doigts, et on insère la capsule dans la machine. Cela ne coince pas, et le café coule aussi vite à vue d’œil qu’avec une capsule d’origine.

Mon café embaume la cuisine, mais il y a très peu de mousse. C’est surprenant, mais qu’importe.

 

View this post on Instagram

C'est l'heure du #café ! #coffeeTime

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

Ce café Arabica est plaisant… il a une acidité bien présente, qui me plait,bien que je ne sois pas toujours adepte des cafés acides. Ici, la force de ce café est suffisante, pour contrebalancer le côté acide. Autrement dit, c’est un café suffisamment puissant, pour tolérer une acidité bien marquée. Dans un café plus léger, j’aurais grimacé.

Je ne parlerais pas de coup de cœur pour cet arabica. Mais la dégustation était néanmoins plaisante. Tout dépend des goûts de chacun. Pour ma part, je préfère les cafés un poil plus corsés, et un peu plus ronds en bouche.

Et vous ? Vous l’aimez comment votre cawa ?

 

Publicités

La pause café colombienne

Quoi de mieux pour bien commencer la semaine, qu’une tasse de café ?

Les gens qui me connaissent moyennement, ignorent en général que j’adore le café. En effet, je bois beaucoup de thé, et il est rare que l’on me voie savourer un café. Pourtant, cette boisson me raviT depuis mon plus jeune âge. Mais j’en bois peu. Si je m’écoutais, j’en avalerais 10 tasses par jour. Mais bon, la caféine, ce n’est pas top pour la santé à forte dose, et je tiens à mon sommeil (à mon haleine, à mes nerfs, à mes dents) ! Donc, je me limite à une tasse par jour, que je savoure seule au bureau, en milieu de matinée.

Une tasse par jour, quand on adore le café, c’est peu, et cela explique que je recherche la perfection… ou du moins, ce qui pourrait s’en rapprocher !

Lors de mes commandes chez Maxi Coffee, je teste différentes marques, pour découvrir la dosette qui me plaira le plus… Car oui, nous avons une machine Nespresso au bureau.

Dernier test en date : Colombie, de la marque Oquendo. Oquendo est une marque espagnole, qui propose entre autres, des capsules compatibles Nespresso, déclinées en 3 variétés : Ethiopie, Colombie, Brésil.

Colombie est un arabica, annoncé comme corsé sur le site Maxi Coffee. Sur l’échelle de la marque Oquendo, qui va de 1 à 10, il affiche un 6. On nous décrit un café « plutôt doux, aromatique, souvent fruité et avec une acidité très fine. »

La boîte de 10 dosettes coûte normalement 2,99 €, soit 29 centimes le café. Mais lors de ma commande, elle était en promo, à 1,99 € !

*

Que dire de ce café ?

Tout d’abord, j’apprécie que les dosettes en plastique ne soient pas sur-emballées. On les trouve telles qu’elles dans la boîte cartonnée, et cela évite de remplir la poubelle inutilement.

Dans la machine Citiz, elles ne coincent pas, et le café coule aussi rapidement qu’avec une dosette Nespresso.

Je bois mon café soit en espresso, dans une petite tasse, soit en mode-rallongé (dans une tasse à café à la française, que je remplis au 2/3, entre la tasse à espresso et le mug).

Et là, je dois dire que c’est une très mauvaise idée de choisir ce café Oquendo pour un café allongé… car cela devient un vrai jus de chaussette…! Et je pèse mes mots… c’est très vilain d’accuser un café d’être un « jus de chaussette ». Entendons-nous bien, je ne fais pas cela de gaieté de cœur !

On avait beau me préciser qu’il s’agissait d’un café doux, là je suis surprise de le trouver aussi doux… Il n’y a plus aucune force, et j’ai l’impression fort désagréable, de boire du café à l’eau… Je me demanderais presque si je n’ai pas oublié de placer une dosette dans la machine, tant la boisson est insipide !

Non… vraiment, ce café ne m’a pas séduite… si vous recherchez un café très léger, à boire avec une touche de lait et/ou du sucre, cela vous conviendra peut-être. Mais pour une pause 100 % café, je doute que cela vous enchante plus que moi…

Désolée, mais ce n’est pas ma tasse… de café !