Comme toi, Lisa Jewell

Je trouve que la météo actuelle, bien grise et pluvieuse, se prête totalement à la lecture de thrillers. Je savoure les histoire angoissantes confortablement blottie dans mon plaid… La semaine passée, c’est Comme Toi de Lisa Jewell, paru chez Milady qui m’a tenue en éveil !

 

91BF0JMKRKL.jpg

***
Il était question d’une adolescente de quinze ans, disparue il y a dix ans, sans que l’on ne retrouve ni coupable ni corps. La Maman d’Ellie n’a jamais pu se résoudre à faire le deuil de son enfant.

Un jour, elle rencontre un père célibataire Floyd, si charmant qu’elle finit par se rapprocher de lui. Mais tout bascule le jour où elle rencontre Poppy sa fille de 9 ans, qui est le portrait tout craché d’Ellie.

***

J’ai toute de suite accroché à ce roman. L’écriture de l’auteure est fort accessible, et les personnages nous sont présentés clairement. A aucun moment je n’ai eu besoin de revenir sur ma lecture, pour clarifier les choses. Tout était limpide, et j’ai pu me concentrer totalement sur l’histoire pour profiter au maximum du suspens…

Et du suspens il y en a !

On sait très peu de choses sur Ellie et sur sa disparition. Les éléments nous sont donnés petit à petit, et nous permettent d’émettre des hypothèses.

Dès le départ, l’entourage de Floyd m’a semblé étrange. Ce père qui élève seul sa gamine, avec une autre grande fille dont la maman est absente aussi, c’était un peu louche ; d’autant que Poppy n’est pas une enfant classique. Son look détonne, et ses discours ne sont pas très représentatifs des discours tenus habituellement par des gamins de son âge !

Il y a anguille sous roche, et rapidement j’ai su plus ou moins qui était le coupable, mais il me manquait le motif. Qu’est-ce qui allait bien pouvoir relier les différents protagonistes ? Qui était qui et qui avait fait quoi ? Et surtout… pour quoi ?

Si comme moi vous aimez le suspens, les bons thrillers solidement ficelés et sans trop d’hémoglobine, alors ce bouquin devrait vous brancher !

J’ai aimé la façon dont l’histoire se déroulait, et la fin m’a totalement convaincue. J’ai trouvé que le dénouement était amené impeccablement. Souvent dans les romans à suspens, tout s’accélère dans les dernières pages, et on atterrit un peu brutalement. Ici non, le rythme est bon tout au long du récit, et la fin n’est que le couronnement des chapitres précédents. Vraiment un excellent thriller !

Publicités

Mon putain d’avis sur un drôle de bouquin

C’est sur la plateforme Netgalley que le bouquin dont je m’apprête à vous parler a capté mon attention. Comment ? Grâce à son titre. En effet, il s’appelle Le putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer. Genre. Le truc vend du rêve !

Je me suis dit… avec un titre accrocheur comme ça, il a intérêt à sortir des sentiers battus, sinon son auteur Anneliese Mackintosh n’aura plus qu’à aller se planquer au fond d’une grotte…

Anneliese Mackintosh est née en Allemagne et vit aujourd’hui à Bristol. Elle aime écrire sur différents thèmes comme le sexe, le féminisme, la santé mentale, la dépression… Plusieurs de ces sujets se retrouvent d’ailleurs dans le Putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer.


cover139857-medium.png

Que l’on ne s’y trompe pas, ce livre est un roman, et pas un guide de développement personnel. En fait, il contient quelques astuces pour améliorer le quotidien ; des astuces que l’on pourra relever pour notre usage personnel. Mais cela reste avant tout un roman.

Le personnage principal est Ottila, une jeune femme qui n’a que des soucis, à commencer par un sérieux problème d’alcool. On n’est pas en présence de Bridget Jones, qui se bourre la tronche au Chardonnay pour tromper la solitude, toute seule sur son canap. Non Ottila est réellement et profondément alcoolique.

Son père vient de décéder dans des circonstances particulières, et sa sœur est internée pour la protéger de sévères pulsions suicidaires. Les amis d’Ottila ne l’aident pas vraiment à remonter la pente, et notamment à se sortir de son problème d’alcool, exception faite peut-être de Thalès… plus qu’un ami en réalité, un amant. Mais Ottila n’est pas forcément prête à lui laisser la place qu’il réclame dans sa vie…

A la bibliothèque du travail, Ottila trouve Le Petit Livre du bonheur. Elle ne va pas se contenter de le lire pour s’inspirer vaguement des conseils qu’il contient, mais va lui arracher des pages, en coller d’autres, bref se l’approprier, et l’enrichir de mails, copies de SMS et autres tickets de caisse. C’est ce petit guide customisé que nous tenons entre les mains…

***

View this post on Instagram

#lecture #netgalley

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Au départ j’ai été un peu déçue, car je m’attendais à un livre feel-good, qui me mettrait instantanément du baume au cœur, en me faisant partager les aventures amusantes de son personnage principal. Au lieu de cela, j’ai fait connaissance avec Ottila, et ses multiples problèmes.

Mais petit à petit, le ciel de l’héroïne s’éclaircit, et notre lecture se charge en espoir, et en bonheur… Et là du coup, j’ai accroché de plus en plus. Je me suis attachée au personnage, et à certains de ses proches, qui rendaient son ciel plus bleu. J’ai pris plaisir à me plonger dans son univers, et à voir ses problèmes se solutionner…
En définitive, cette lecture m’a vraiment plu. Je ne parlerais pas de total coup de cœur, mais pas loin…

Ce livre n’est pas un bouquin à la guimauve, où tout passe du noir au rose. Il est assez crédible, et c’est aussi ce qui m’a plu. Vous le trouverez aux éditions Milady !