L’Italie dans les oreilles

Salut à tous ! Aujourd’hui j’ai envie de profiter de mon jour férié pour faire ce qui me plait. C’est une activité que j’ai tendance à pratiquer assez peu, et qui procure pourtant le plus grand bien. Au programme, et bien pas vraiment de programme justement, et c’est cela qui est formidable ! J’ai un seul mot d’ordre, suivre mes envies, et dans l’immédiat je ressens une forte envie de papoter avec vous !

Dernièrement j’ai découvert une appli que tout le monde utilise déjà depuis des années. Il s’agit de Spotify. En fait j’en entendais parler depuis des lustres mais n’avais jamais sauté le pas. J’ignore bien pourquoi. Toujours est-il que j’ai vidé mon vieil Iphone de pleins de bidouilles qui encombraient inutilement sa mémoire, de façon à libérer quelques octets pour Spotify.

Et depuis… je passe ma vie avec les écouteurs dans les oreilles, à la recherche de nouvelles musiques !

Et qu’écoute-je ? Essentiellement de la musique italienne.

*

Pour commencer, je me passe en boucle Faccio Brutto de Fedez, un jeune rappeur italien (jeune, parce-qu’il est né en 1989, donc légèrement après moi :-p ).

Ce n’est pas une nouveauté toute fraîche, mais qu’est-ce que j’aime cette chanson ! Fedez se moque de tous les clichés qui entourent les rappeurs, dont il fait partie. C’est assez fun.

Quelques morceaux choisis : des rimes qui coupent, comme des couverts en plastique / une fois par jour je nettoie mon Beretta ; quand je ne sais pas quoi faire j’incendie une fourgonnette / j’ai vu plus d’herbe que dans un cours de jardinage ; j’ai vu plus de lames qu’à un cours de patin à glace ! / …

*

Dans un tout autre style, j’adore la voix puissante de Giusy Ferreri. La belle brune a été découverte par le biais de l’émission X-Factor, sorte de The Voice italien, dans lequel Fedez est justement membre du jury.

*

Et hop, on change encore de style, avec Killer, interprété par Baby K et Tiziano Ferro.

Elle est une chanteuse/rappeuse originaire de Singapour. Lui est l’un de mes plus gros fantasmes d’adolescente un chanteur qui a connu un succès bref mais intense en France avec son tube Perdono. Depuis, il a continué sa carrière en Italie, enchaînant les tubes. En 2010, il a annoncé publiquement son homosexualité, décevant probablement des milliers de nanas, et brisant un tabou encore bien présent au pays des pizze.

Les paroles ne vont pas chercher loin (Sans nous vous n’êtes rien / Sans nous vous êtes perdues), mais le rythme bien marqué reste en tête, et en fait une chanson idéale pour accompagner les séances de sport par exemple !

 

*

Je vous remets une petite tranche de Fedez, car il y a un autre clip de lui qui me plait beaucoup. Il s’agit de Pensavo fosse amore e invece… (je pensais que c’était de l’amour et en fait…).

Je vous résume le thème par une phrase : « Tu es venu avec une Escort ? Mais non, une Panda Station Wagon ! »

*

Enchaînons sur une musique pop, qui a selon moi des petits airs follement 90’s ! Il s’agit de Completamente du groupe The Giornalisti.

*

Ce sera tout pour aujourd’hui. N’hésitez pas à commenter pour me dire si ce billet vous a plu, ou au contraire si vous n’en avez rien à secouer ! :-p Et surtout… éteignez cet ordinateur / smartphone et profitez de votre jour férié !

Bon week-end ! [Luciano Ligabue]

Re-hello chers lecteurs.

Aujourd’hui c’est vendredi. Grande nouvelle ! Je suis convaincue que vous n’aviez pas remarqué… tsoin tsoin tsoin

Pour entamer le week-end comme il se doit, je vous propose non pas des chips et un Martini de (re)découvrir une petite chanson italienne, totalement d’actu. Elle est toute récente puisqu’elle date de la fin d’année 2016 et figure sur l’album Made in Italy de son interprète, qui a écrit et composé les quatorze titres. L’interprète, c’est le rockeur Luciano Ligabue, à qui l’on doit aussi, le merveilleux RadioFreccia, ou plutôt LES merveilleux RadioFreccia, car il y a le film, et la chanson du même titre, qui lui sert de BO.

Je m’égare. Me revoilà sur le sujet initial, et sans plus tarder, je vous donne le lien pour écouter E’ venerdi, non mi rompete i coglioni. Oui oui, vous avez bien lu, et dans le doute je vous fais la traduction « c’est vendredi, ne me cassez pas les couilles ! ».

Rien à ajouter.

Alors, cela vous a plu ?

Aylin Prandi réenchante les classiques italiens

Ma famille est originaire du nord de l’Italie, et de la région Lombardie plus précisément. J’ai été bercée par les K7 de Zucchero, Andrea Boccelli et Richard Cocciante que nous écoutions dans la voiture familiale lors des grands trajets. C’est en traduisant mot à mot les chansons d’Eros Ramazzotti que j’ai commencé à apprendre l’italien, avant de pouvoir me perfectionner au lycée.

Je me souviens encore de la réunion parents-profs de seconde, au cours de laquelle ma prof d’italien a appris que mes parents ne parlaient pas italien, et que non je n’avais pas grandi dans un milieu bilingue. Elle était bluffée, et je ne crois pas avoir ressenti plus grande fierté depuis ce jour !!

Aujourd’hui je travaille avec l’Italie et ai la chance de pouvoir utiliser cette belle langue presque quotidiennement… même si finalement l’anglais me sert plus, même avec les interlocuteurs italiens.

Tout cela pour vous dire que j’adore l’Italie. Aujourd’hui ce n’est plus dans une berline que j’écoute des K7 italiennes. Et d’ailleurs ce ne sont même plus des K7, mais les chansons italiennes sont restées. Et outre les nouveautés, on peut entendre des classiques dont je ne me lasse pas : Adriana Celentano, Toto Cutugno, Zucchero, Umberto Tozzi…

Généralement je ne suis pas une grande fan des reprises, car j’aime trop les versions d’origine pour tolérer que l’on y touche. Quand Junior Falcone a massacré repris L’Italiano (Lasciatemi Cantare) pour en faire « Et tout le Monde Chante » j’ai cru que le monde allait s’effondrer… Il n’y avait plus aucun respect…

Je n’évoquerai même pas les reprises des émissions de télé réalité comme la Star Ac. Ce serait me faire du mal volontairement.

Mais… il y a parfois des exceptions… Aylin Prandi par exemple. Je ne la connaissais absolument pas, et suis tombée sur un de ses clips par hasard, en me baladant sur Youtube. J’ai cliqué, prête à entendre le pire… et j’ai été instantanément séduite…

 

 

Aylin Prandi se réapproprie les grands classiques, comme 24 000 Baci, Una Storia Importante ou encore Sarà Perché Ti Amo, sans les dénaturer. C’est frais, entraînant, en un mot : réussi ! On en redemande !

Et d’ailleurs il y a de quoi faire, car même si vous écoutez les chansons en boucle, au point de vous en lasser, Aylin Prandi a plus d’une corde à son arc. La belle française (oui elle est française) d’origine italo-argentine, est également actrice. Je pense que je vais rapidement me pencher sur cette autre facette de l’artiste, car j’ai très envie d’en savoir plus sur elle. Et vous ?