On met Longtemps à devenir Jeune

C’est par le biais de Netgalley que j’ai découvert le premier roman de Christine Jusanx, édité par Michel Lafon. Le résumé indiquait que l’on avait affaire à un feel-good book, et moi les livres qui font du bien, j’ai du mal à leur résister !

Voyez un  peu comment s’ouvre ce roman :

« Jeune senior de 59 ans, tout juste préretraitée, cherche à partager appartement proche tour Eiffel avec colocataire gai et optimiste. Profil idéal recherché : étudiant étranger voire jeune quadra en transition de vie. »

Jeanne déroule son histoire à la première personne. Elle nous explique qu’elle a décidé de quitter Bordeaux, pour retourner vivre à Paris, et réaliser son rêve d’emménager dans un appart avec vue sur la Tour Eiffel.

Pour mener à bien son projet, elle souhaite trouver un colocataire, jeune et optimiste ; idéalement un étudiant étranger, ou un quadragénaire. Son annonce est tout sauf douteuse. Entendez par là qu’elle ne cherche nullement l’amour, et encore moins une relation charnelle. Notre « jeune senior » a simplement envie de partager sa routine !

*

cover114499-medium.png

***

Dès le départ, nous découvrons la vie de Jeanne, une femme attachante qui a élevé son fils sans mari, aidée par sa mère et sa grand-mère. Il apparaît rapidement que toute sa vie s’est organisée autour de son Léo.

L’écriture est fluide, et on entre dans ce roman comme dans un bon bain chaud en plein hiver, sans difficulté ! Rapidement, le personnage de Jeanne prend vie, et l’on découvre son quotidien avec plaisir, tout en partageant ses rencontres.

Mais… j’ai pour autant, je n’ai pas été transportée par l’histoire. J’ai eu le sentiment que l’auteur allait trop vite, et nous livrait une histoire un peu trop chamallow.

Tout est joli, tout est rose avec Jeanne. Même si sa vie n’a pas toujours été magnifique, et que peu à peu, elle nous livre des détails parfois compliqués de son passé.

Jeanne a tout de même de grandes facilités dans la vie. Elle déniche des colocataires attachants. Et quand elle rencontre quelques aspérités, il lui suffit de les évoquer avec brièvement pour que son interlocuteur reconnaisse ses défauts et les élimine…

On est un peu dans l’univers Amélie Poulain, notamment quand Jeanne nous raconte qu’elle a tissé un lien quasi amical avec le vendeur de chaussures de son quartier, alors qu’elle n’achète qu’une, voire deux paires par an…

Jeanne a des soucis d’argent ? Qu’à cela ne tienne, son colocataire la met en relation avec des contacts qui ont besoin de son savoir-faire en immobilier, et tout est solutionné en quelques semaines. OK. Mais on ne sait rien des démarches que Jeanne a pu avoir à entamer pour ne serait-ce que se mettre à son compte…?

Ensuite, j’ai trouvé que ce roman avait un défaut typique des premiers romans ; à savoir vouloir trop en raconter et partir parfois dans tous les sens. J’ai eu le sentiment que l’auteur avait envie de nous parler de pleins de choses différentes, quitte à survoler parfois certains passages, et nous livrer trop d’histoires en une seule.

Jeanne a un coloc, puis un autre, puis part à l’étranger, etc… Nous n’avons pas toujours le temps de tout développer, et de nous attacher à un personnage, que nous en découvrons déjà un autre. C’est un peu déroutant.

J’ai regretté que le récit soit trop entendu. Ce qui doit arriver arrive, et l’on est rarement surpris par les événements. En un mot comme en cent… ce roman est plaisant, mais ne me laissera pas un énorme souvenir.

 ***

C’est bien connu, deux avis valent mieux qu’un ! Voici donc le second, et c’est celui de ma Mum, qui a lu ce roman également :

Ce livre est une ode au temps qui passe et à cette douce période de vie qu’est la retraite : terrifiante pour certains par le vide quelle représente si elle n’a pas été préparée, réveillant chez d’autres comme Jeanne des passions enfouies qui ne demandent qu’à surgir et s’épanouir sans retenue ni complexe.

Une belle histoire où l’âge n’a pas d’importance car seules comptent les envies et la réalisation des rêves.

Vous le voyez, nos avis diffèrent… et vous, avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ? 🙂

Publicités

Prends-moi pour une cruche – Delphine Apiou

cover109091-small.png

Prends-Moi pour une Cruche était proposé sur Net Galley, dans la catégorie chicklit. Je m’attendais donc à lire une gentille histoire d’une trentenaire célibataire, qui bosserait dans la comm, et sortirait dans les bars chaque soir de semaine, avec ses copines, pour boire des cocktails multicolores. Je pensais rencontrer une jeune femme un peu complexée, gourmande, bordélique, bref l’archétype de l’héroïne de chicklit, à laquelle la lectrice lambda s’identifie sans effort.

*chicklit: de chick (poulette) et lit (littérature) ; désigne une lecture légère, destinée aux femmes…

En réalité, ce livre fraîchement publié chez Robert Laffont n’est pas à proprement parler un roman. C’est à mon sens un livre qui ne volerait pas sa place au rayon humour.

View this post on Instagram

#humour #prenom

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Delphine Apiou raconte qu’elle a eu l’idée de l’écrire chez la Coiffeuse, quand cette dernière lui a dit :

« Vous avez les pointes sèches, on va faire un masque… Les cheveux aussi ressentent le stress, vous savez… Avec les vies de fous qu’on mène… En tout cas, vous ne faites pas votre âge ! »

Une fois l’effet plaisant de la flatterie retombée, elle a réalisé que la Coiffeuse ne connaissait pas son âge, et ne pouvait donc pas savoir si elle le faisait ou pas. Elle est alors partie dans une réflexion sur le fait d’avoir honte de paraître son âge, avant de dériver sur pleins d’autres petits sujets qui pèsent quotidiennement sur nous les femmes, et contribuent mine de rien… à nous pourrir la vie !

View this post on Instagram

#citation #love

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ce livre ne me laissera pas un souvenir impérissable. Il est amusant à lire, et je l’ai d’ailleurs gobé en une seule fois, tant il se lit vite. Les tournures pleines d’humour m’ont fait sourire à de nombreuses reprises. Tant pis pour les rides que j’aurai entretenu autour de la bouche…!

C’est un petit bouquin sympa, qui permet de passer un moment agréable. Il ne changera pas la face du monde, mais peut aider à sourire de soi-même et à être peut-être… un peu moins exigeante, et plus heureuse !

Voir cette publication sur Instagram

#lecture #êtresoimême

Une publication partagée par Ana (@chiarastory) le

 

Vous avez aimé 30 ans, 10 ans de Thérapie de Nora Hamzawi ? Alors je pense que vous devriez aimer Prends-Moi pour une Cruche !