Il faut sauver John Lennon, Mo Daviau

View this post on Instagram

Et toi, tu lis quoi ? #roman #JohnLennon #lecture

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Peut-être est-ce parce-que la biographie de Lennon par David Foenkinos a été l’un de mes plus gros coups de cœur de 2016 (le livre est paru en 2010, mais moi je l’ai lu en 2016), lorsque j’ai vu ce titre dans les nouveautés parues aux Presses de la Cité, mon œil a été comme accroché.

La couverture originale et annonce un roman a priori amusant, avec un visage représenté à partir de la bobine d’une cassette audio… Cela fleurait bon le retour dans le passé, et moi j’aime assez…

Il Faut Sauver John Lennon est le premier roman de l’auteure californienne Mo Daviau.

*

Résumé

Karl est un ancien musicos, devenu propriétaire d’un bar un peu crade. Il partage son quotidien avec son vieux pote Wayne, quand un jour, en fouillant dans un placard, il découvre une sorte de faille spatio-temporelle, qui lui permet de retourner dans le passé.

En grands amateurs de musique, Karl et Wayne décident d’utiliser la faille pour assister à des concerts légendaires… ils proposent également à des connaissances de profiter de ce très bon plan, moyennement finances. Pas question d’utiliser le retour dans le passé pour modifier les choses. Ils s’y rendent comme simple spectateurs…

Et puis, un jour pas comme les autres, alors qu’ils se disputent car Wayne veut utiliser le retour dans le passé pour modifier les évènements (en l’occurrence, pour sauver Lennon), Karl s’emmêle les pinceaux et expédie Wayne en 980…

*

View this post on Instagram

#lecture

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ce roman a un délicieux goût de feel-good, et m’a fait penser à d’autres livres qui évoquaient le retour dans passé et la nostalgie. J’avais en tête Collector d’Olivier Bonnard par exemple.

Ce livre est vraiment sympathique, car les personnages sont attachants. L’auteure n’est pas tombé dans le travers de nous dépeindre des quarantenaires ados attardés, comme c’est souvent le cas pour les romans qui font appel à la nostalgie.

Elle réussit en quelques mots, à brosser des portraits de gens comme vous et moi, crédibles car faits de forces mais aussi de faiblesses, de blessures, qui les rendent humains.

Karl a des regrets, comme tout le monde. Avec le recul, il y a des choses qu’il aurait aimé faire différemment, des opportunités qu’il aurait dû saisir. Sa vie ne lui apparait pas forcément réussie et plus d’une fois il a rêvé de revenir en arrière et de changer les choses. Mais maintenant qu’il en a la possibilité, le fera t-il ?! Et s’il le fait, quelles seront les incidences sur le présent ? N’a t-il pas plus à perdre qu’à gagner sur ce coup là ?

Ce livre aborde l’amour au sens large, celui du couple, mais aussi l’amour entre deux amis. Il a aussi un côté écolo, car il nous fait réfléchir à notre planète et à ce qu’elle pourrait devenir à moyen terme. Bref, il est plus profond qu’il n’y parait… et pourrait bien vous surprendre !

Dans Il faut Sauver John Lennon, nous avons tous les ingrédients requis pour faire un bon bouquin : des sentiments, de l’humour, de la réflexion, et une bonne pointe de suspens. Bien mélangés, et cuits juste ce qu’il faut, ils forment un joli roman, que l’on savoure le sourire aux lèvres…

Je ne suis pas Vieux mais…

Les réseaux sociaux nous occupent de très longues heures chaque jour… enfin, pour bon nombre d’entre nous en tout cas… C’est globalement quelque chose de négatif je pense, car cela nous déconnecte du monde réel, et nous fait perdre du temps que l’on pourrait utiliser de façon plus intéressante (pas forcément plus productive, mais plus épanouissante probablement). Mais bon, là n’est pas le débat…

En fait je ne souhaite pas lancer un débat, juste partager une petite tendance qui m’a bien amusée, sur l’un de mes réseaux préféré, voire MON réseau chouchou : Twitter.

Hier, je suis tombée sur le hashtag (croisillon pour les puristes) #Jenesuispasvieuxmais . Et cela m’a bien amusée…

Petite sélection rien que pour le plaisir…

***

Sans titre

Sans titre3

Sans titre5.png

Ce qui est sympa avec ce hashtag, c’est qu’il rappelle à notre bon souvenir, des choses que l’on avait totalement zappé. Je me suis remémoré les heures passées devant certains dessins-animés. J’ai réalisé à quel point internet et les smartphones avaient pu chambouler notre quotidien…

Lorsque j’étais à l’école primaire, je ne préparais pas mes exposés avec internet, mais en utilisant l’encyclopédie papier en vingt volumes de mes parents. Par la suite j’ai eu un CD de l’encyclopédie Encarta, une version piratée car l’originale coûtait très cher, et cela a commencé à changer ma vie. Puis, il y a eu internet, d’abord avec des offres limitées dans le temps, et l’impossibilité d’utiliser le téléphone fixe pendant que quelqu’un surfait…

Je suis plutôt contente d’avoir connu l’avant internet, car c’était quand-même un sacré chamboulement !

Sans titre44.png

 

#Jenesuispasvieuxmais , c’est le hashtag des nostalgiques, des enfants des années 80-90, qui se rappellent leur premier téléphone portable (un Nokia 3310), les dessins-animés de l’époque, la tektonik, les boys bands, les débuts d’internet avec le modem qui faisait de drôles de bruits. Et mine de rien, c’est franchement rigolo, et on peut y passer… des heures !

Je me suis rappelée mes cassettes VHS préférées, mon film de Blanche-Neige avec l’image qui était usée sur mes passages favoris, à force de les visionner. J’ai repensé à la préparation de K7 audios avant les départs en vacances. J’ai revu les voitures que mes parents avaient à l’époque, une Peugeot 309, une Citroën Visa…

 

Sans titre4

 

Et vous, vous n’êtes pas vieux mais… quels sont vos souvenirs des années 80-90 ? Faites-moi sourire un peu !