Le Président – David Guinard [Chronique Guest]

Une fois n’est pas coutume, je cède le clavier le temps d’une chronique. Aujourd’hui, c’est mon Père qui vous présente son avis sur une nouveauté totalement d’actualité, le roman Le Président de David Guinard, sorti en février 2017 chez Librinova. 

Sarko.jpg

La politique sans l’ennui…

Au soir du premier tour de la « primaire de la droite et du centre » quatre jeunes loups du staff de campagne de Nicolas Sarkozy ne peuvent se résoudre à voir leurs ambitions personnelles réduites à néant avec l’élimination de leur « champion » de la course à l’Élysée. Refusant la défaite , ils n’hésitent pas à pactiser avec le diable (au sens figuré bien sûr)  pour remettre en selle l’ex-président…

David Guinard nous entraîne alors dans un thriller politique parfois violent et décapant dont le déroulé présente, à certains égards, de troublantes similitudes avec les événements ayant permis le « retour aux affaires » du Général de Gaulle en 1958 ,toutes proportions gardées bien sûr .

Annulez tous vos rendez vou ! Vous aurez envie de lire cet ouvrage d’une seule traite tant l’intrigue est énorme et le suspens distillé avec précision, durant ce voyage dans les arcanes du pouvoir entrecoupé de scènes érotiques, que tous les lecteurs n’apprécieront pas forcément, mais qui rappellent que sexualité débridée et pouvoir vont souvent de paire… même si ces intermèdes semblent plus destinés à rallier les admirateurs d’OSS117…

Mais ce livre n’est pas qu’un thriller , ni un simple roman de politique fiction . Tout au long de l’ouvrage l’auteur fait preuve d’un connaissance très pointue du fonctionnement des institutions et de la constitution de la Cinquième République , toile de fond de l’intrigue, que les connaisseurs , passionnés d’histoire récente apprécieront à sa juste valeur et dont les néophytes pourront bénéficier comme d’un cours magistral dispensé de façon tout à fait passionnante. Et n’allez surtout pas croire pour autant que la lecture en soit ennuyeuse un seul instant.

David Guinard n’a pas hésité à mêler personnages de fictions et personnalités bien réelles de la scène politique , ce qui donne lieu à de savoureuses évocations de figures connues dont les caractéristiques physiques, morales ou biographiques sont parfois soulignées par de croustillantes périphrases …. qui résument de façon amusante ces hommes politiques , parfois à la merci des manipulations de leur « conseillers »…

Il est d’ailleurs clair que l’auteur a aussi écrit ce roman pour poser un regard très critique sur le monde politique actuel et passé dont il dénonce l’immobilisme, le renoncement et le clientélisme  , mais aussi pour exposer des opinions très novatrices sur de nombreux sujets brûlants. A travers les propos qu’il prête aux protagonistes du roman , David Guinard nous expose, mine de rien, quelques idées novatrices sur des sujets aussi divers que l’énergie, l’économie, les nécessaires réformes des institutions et de la politique… et d’autres… dont nos politiciens devraient s’inspirer…

Bref, je terminerai en disant que ce roman se lit avec beaucoup de plaisir. Les tournures maladroites que j’ai pu y trouver sont rarissimes et vite oubliées compte tenu des autres qualités du livre qui semble s’écrire en même temps qu’on le lit, tant il colle à l’actualité… du moins au début….

Bien sûr les esprits chagrins soutiendront que l’intrigue est invraisemblable… Mais est ce bien certain ?

L’Homme qui ne Voulait Pas Devenir Président – Julien Leclercq

Eh oui, deux articles aujourd’hui, car j’ai énormément de livres et de films à vous présenter ! Ce livre dont je m’apprête à vous parler, je le ramène du futur proche, où j’ai fait un saut grâce à ma machine à avancer le temps. Croyez-moi ou non, il sortira an mars dans toutes les bonnes librairies !

*

Les dernières années ont vu la politique mondiale changer, avec notamment une forte montée du populisme. Non ce n’est pas un gros mot, même si dans la bouche de certains, ce terme prend une connotation négative.

Le populisme est un courant politique qui se caractérise par le rejet des politiciens traditionnels, issus de l’élite, et met en avant les intérêts du peuple. 

Il est porté en général, par un leader charismatique… On pourrait citer Beppe Grillo et son mouvement 5 Stelle en Italie, le parti Podemos en Espagne, et encore bien d’autres…

La crise économique y serait pour beaucoup dans la montée du populisme… le comportement souvent immoral des élites qui nous gouvernent ferait le reste… (vous faut-il des exemples ? Je ne pense pas…^^).

Nous n’allons pas nous lancer ici dans une analyse poussée des raisons de la montée de ce courant, ni débattre pour savoir si c’est une bonne chose, ou au contraire un risque, mais allons plutôt parler d’un livre qui rebondit sur l’actualité, et imagine une situation incongrue, qui pourrait se dérouler en France, pas plus tard que maintenant !

*

En effet, dans l’Homme qui ne Voulait pas Devenir Président, Julien Leclercq nous présente Michel, un type lambda qui se retrouve du jour au lendemain, candidat aux élections présidentielles, contre son gré !

Mais… comment est-ce possible ? Et bien notre homme avait un peu  bien picolé au cours d’une fête et a eu la bonne (?) idée de monter sur scène, devant des milliers de personnes et de débiter un petit discours improvisé, sur la nullité des politiques.

Cela aurait pu en rester là. Mais en 2017, tout est filmé, partagé, liké, n’est-ce pas ?

Comme Michel a ponctué son intervention par une annonce de sa candidature (avant de vomir), la machine infernale s’est lancée… après les réseaux sociaux, les médias traditionnels ont fait monter la sauce, aidés par les amis du héros…

*

View this post on Instagram

#lecture #roman

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ce roman m’a globalement plu, moi qui ne suis pourtant pas du tout intéressée par la politique. Certes je suis l’actualité, car il me semble important de rester informée et d’avoir une opinion, mais la politique est loin de me passionner.

J’ai aimé l’univers dans lequel évoluait Michel, sa simplicité, et ses préoccupations très terre à terre. J’ai trouvé que parfois, l’auteur forçait un peu trop le trait sur le côté loser de son personnages (il ne prend son pied qu’en picolant et en jouant à la console). J’aurais probablement plus accroché à un personnage moins caricatural.

Ce roman a le mérite de faire réfléchir (mais pas trop non-plus) tout en restant vraiment divertissant. Il est comme la courge en automne, de saison, et en cela, il me semble parfait à placer tout en haut de la pile à lire !

Sur 5 je lui donnerais 3,5. Il manque en effet à mon sens un petit quelque chose qui rendrait les personnages plus attachants. Mais pour un premier roman (Julien Leclercq a publié deux autres livres Journal d’un Salaud de Patron et Chroniques d’un Salaud de Patron) il y a malgré tout du très bon dans ce livre.

*

En guise de conclusion, je vous laisse avec cette citation, issue d’une interview accordée à la Dépêche. L’auteur de L’Homme qui ne Voulait pas Devenir Président expliquait il y a quelques temps «Il faut un candidat ni de gauche, ni de droite. Il ne faut pas faire croire que les Français ne s’intéressent pas à la politique».

Qu’en dites-vous ?

Allez-vous lire ce roman ?