Randonnée dans les Pyrénées

De passage pour un week-end prolongé chez nos amis toulousains, nous avons souhaité faire une « petite randonnée » pour prendre un peu de hauteur.

Comme nous étions habitués aux randos de Franche-Comté, qui nous prenaient souvent 50 % du temps annoncé (rando de 4 heures bouclée en 2 heures), nous avions jeté notre dévolu sur un parcours de 5 heures… sans penser que le dénivelé ne serait pas vraiment comparable. Et bien, je vous le confirme, la rando nous a effectivement pris 5 heures, et a mis nos mollets à rude épreuve !

IMG_3563

Au départ de Gourbit dans l’Ariège, nous avons trouvé un sentier légèrement pentu, qui nous a permis de cheminer au milieu d’une belle hêtraie. Honnêtement, nous n’avons pas admiré les arbres en détail, tous occupés que nous étions à prendre de grandes inspirations, pour compenser la douleur intense qui n’a pas tardé à apparaître dans nos jambes !

IMG_3564

IMG_3567

Chaque petit muscle de nos membres inférieurs a été sollicité, pendant l’ascension, qui a duré un peu de plus de 2 heures, et ce sans aucun répit (je ne parle que de la montée, mais la rando a duré environ 5 heures). Je vous le confesse… j’ai beau être relativement sportive, j’ai pas mal douillé ce jour là !

IMG_3581

IMG_3572

Heureusement, personne n’était là pour la compèt’, et nous avons pu faire quelques arrêts, le temps de prendre des photos, de reposer nos jambes, ou encore de trouver un coin pipi entre les arbres !

Pour ma part, j’ai surtout pris pleins de clichés !

IMG_3585

C’est un petit peu avant le roc de Querquéou, que nous avons ouvert nos sacs à dos, au col de Lastris (1427 m) histoire de grignoter un peu avant de reprendre l’ascension. La pause était bienvenue, pour profiter du magnifique paysage en contrebas…

A cette altitude, nous avons cessé de croiser des arbres…

IMG_3586

Et puis nous avons continué de grimper, rencontrant d’autres randonneurs, qui eux redescendaient et nous ont assuré « Vous-y êtes presque, courage ! ». Et moi, candide : « c’est vrai ? »… « Non non, c’était juste pour vous motiver ! » Arf.

Le roc de Querquéou, à 1840 mètres d’altitude, est en fait une sorte d’amas de pierres, du plus bel effet sur fond de ciel bleu et de nuages de beau temps…

IMG_3593

IMG_3611

L’endroit est idéal pour prendre de belles photos façon « fond d’écran Windows ».

IMG_3597

IMG_3627

Je ne suis pas une habituée des grandes randos en montagne, et j’ai été impressionnée par la rapidité avec laquelle la végétation évolue lorsque l’on prend de l’altitude…

Une fois passé le roc de Querquéou, plus d’herbe au sol, mais une sorte de paille, et de jolies fleurs par ci par là…

IMG_3616

IMG_3618

Et vous savez quoi, quand en plein mois de mai, alors que la veille on se baladait épaules nues, on trouve de la neige au sol, et bien c’est que l’on a bien marché !

IMG_3628

IMG_3623

Pour autant nous n’étions pas arrivés. Mais c’est à plat que notre balade s’est poursuivie, jusqu’à découvrir l’étang d’Artax. Tranquillement niché entre les montagnes, à presque 1700 mètres d’altitude (1695 précisément) ce bel étang n’est pas forcément destiné à faire trempette. Mais sa contemplation est des plus agréables.

IMG_3641

IMG_3646

En voulant toucher la neige, j’ai mis les pieds dans une sorte de petit ruisseau, et me suis retrouvée avec les baskets trempées… car oui, j’ai fait toute la rando en baskets de running, faute d’équipement plus adapté. Mais cela ne m’a pas gênée plus que cela pour le retour.

IMG_3662

A partir de l’étang, nous avons redescendu environ 800 mètres de dénivelé, pour rejoindre le parking. Cela nous a pris deux bonnes heures, que j’ai trouvées nettement plus agréables que la montée.

IMG_3666

IMG_3677

IMG_3680

IMG_3686

La traversée d’une forêt de hêtres en ce mois de mai était vraiment plaisante, car les arbres étaient pleins de fruits (oui oui, on appelle cela des fruits), et que nous pouvions voir des mini-hêtres partout dans le sol !

IMG_3688

Pour votre information, le fruit du hêtre, appelé « faine » est contenu dans une bogue plus petite que celle d’une châtaigne, appelée « cupule ». Il y a 3-4 faines par cupule, et elles sont consommées par de nombreux animaux (les sangliers notamment). Nous autres humains pouvons les faire griller pour les déguster à l’apéro, mais il faut alors les consommer avec modération, car leurs tanins et triméthylamines sont toxiques.

J’espère que la balade vous aura plu. Moi en tout cas, j’ai adoré, même si l’ascension m’en a fait baver. Cela valait vraiment l’effort fourni !

A bientôt !

Publicités

Petite balade à Franey…

Le soleil n’était pas totalement de la partie ce dernier dimanche de mars, mais nous avons fait semblant de ne pas le voir qui boudait dans son coin, et enfilé nos baskets pour une petite balade à la campagne. Je vous propose de me suivre pour partager quelques images de ma belle Franche-Comté !

IMG_2276

C’est à Franey (environ 20 km de Besançon) que nous avons garé notre bolide, juste à côté de l’église, pour ensuite entamer une petite marche en direction de la forêt…

IMG_2289

IMG_2287

On peut le voir, tout est très vert en Franche-Comté, et cela se comprend aisément, puisqu’il faut le reconnaître… il pleut tout de même assez souvent. N’empêche que du coup, lorsqu’il ne pleut pas, et bien l’on peut prendre de jolies photos ! Il faut toujours voir le bon côté des choses !

IMG_2278

Nos pas nous ont porté à l’orée d’un champ, qui avait des airs de fond d’écran Windows, avec le beau ciel bleu qui le surplombait… :-p

IMG_2282

IMG_2279

Nous avons ensuite trouvé la fontaine « romaine » de Vauchon. Pourquoi le terme « romaine » est-il entre guillemets, je ne saurais vous répondre avec certitude, mais apparemment ce joli monument perdu entre les arbres, ne serait pas nécessairement aussi vieux que l’on aurait pu le croire…

IMG_2293

Nous avons ensuite repris notre chemin, car il faut dire ce qui est, nous avions notre dose de grand air !

IMG_2299

Quelques dernières photos en mode macro, du lavoir du village, et hop, il était temps de salir la voiture avec nos baskets pleines de terre, et de rentrer !

IMG_2274

IMG_2275

@bientôt ! 🙂

Un belle balade en Franche-Comté

Profitant du premier vrai beau week-end de l’année à Besançon, nous avons pris notre bouquin de balades, et choisi de faire une petite virée du côté de Baume-les-dames. Comme l’excursion nous a fait le plus grand bien, j’ai envie de la partager avec vous, pour qui sait, peut-être vous donner l’envie de la faire à votre tour !

Promenons-nous...

Promenons-nous...

Le parcours commence au bord du canal, et nous emmène jusqu’à la croix du Châtard, pour admirer la ville d’en haut, avant de redescendre… Nous avions prévu les baskets de rando et les jeans qui ne craignaient pas d’être salis, et cela s’est avéré être une bonne idée, car le chemin était parfois un peu salissant à travers bois, avec quelques pierres à escalader, mais rien de trop compliqué pour les jeunes athlètes du dimanche que nous sommes !

Petit conseil qui peut s’avérer précieux, puisque la balade se fait à travers bois, pensez à prévoir des vêtements assez couvrants, car nous avons pu croiser quelques tiques. Il aurait été fâcheux d’en ramener sur nous !

Dans les bois...

Très rapidement, on se retrouve au milieu d’une forêt de feuillus, avec quelques résineux de ci de là. Nous avons croisé des troncs d’arbres attaqués par les scolytes, quelques fleurettes timides à cette période de l’année, et un trailer particulièrement motivé, qui zig-zaguait entre les rochers !

IMG_1896

 

Nous avons pris le temps de faire une tonne de photos, essentiellement en macro. Et malgré tout, le tour ne nous a pris que 2 h 45 alors que le livre de rando annonçait 2 h 30 !

 

Dans les bois...

Dans les bois...

Dans les bois...

Nous avons découvert de drôles de cabanes en bois, pas forcément au top niveau isolation…

Dans les bois...

IMG_1869

IMG_1899

Voilà pour la balade du jour. J’espère que ce billet vous aura plu, et donné envie de traîner vos baskets en Franche-Comté ! A bientôt !

 

Dans les bois...

Rosazza, le village le plus mystérieux d’Italie…

Lorsque j’ai organisé nos vacances en Italie, j’ai cherché des hébergements peu coûteux, mais offrant un minimum de confort. Je voulais tracer un itinéraire partant du nord-ouest du pays, jusqu’à Modène ou Bologne…

Pour la première étape, j’ai trouvé un affitacamere, c’est à dire une chambre à louer, équivalent plus ou moins de nos Bed and Breakfast, à moins de 50 € la nuit. Il se trouvait dans la province de Biella, à Rosazza. Les avis étaient positifs, et le lieu semblait joli, donc j’ai réservé. [Un billet spécialement dédié à cet hébergement suivra prochainement.]

 

IMG_5951

Le village le plus mystérieux d’Italie

Ce n’est qu’après, en faisant des recherches sur le village même de l’affitacamere, et plus uniquement sur Biella, que j’ai découvert que nous allions avoir l’honneur de séjourner dans le village le plus mystérieux d’Italie !!

En effet, Rosazza est un tout petit village, qui compte une centaine d’habitants. Il est truffé de symboles maçonniques et ésotériques !

 

Rosazza Italia

 

 

Federico Rosazza Pistolet, est né à Rosazza le 4 mai 1813, et a fait du village ce qu’il est aujourd’hui… un lieu mystérieux.

Très attiré par l’occulte, encore plus après la perte de sa femme et de sa fille unique, Rosazza et son ami Giuseppe Maffei ont fait construire de nombreux monuments et symboles dans tout le village.

L’on peut s’amuser à les découvrir au hasard d’une balade, ou suivre la carte affichée à la mairie, pour essayer d’en rater le point possible.

IMG_5918

Pour les amoureux de nature et de rando…

Rosazza est niché dans la Vallée du Cervo, ce qui lui confère déjà une ambiance particulière. Les habitations sont traditionnelles, avec des toits en ardoises. Et c’est ici, entourés par les Alpes, que Rosazza et Maffei tenaient leurs réunions secrètes…

Il est possible de se balader dans la nature, et de séjourner au refuge Madonna Della Neve (mais nous ne l’avons pas fait). Pour plus d’infos : Cliquez ici.

La balade à Rosazza même, nous a énormément plu. Nous avons fait une première excursion le soir de notre arrivée, dans les petites ruelles, et à proximité du château, et avons continué nos découvertes le lendemain…

IMG_6054

Il y a à Rosazza, une église, un château, une mairie, et un cimetière monumental, tous marqués par des symboles bien particuliers. Le Château avec sa tour, était la résidence d’été de Federico Rosazza. Ses murs avaient été traités à l’acide nitrique, pour leur donner un aspect antique, comme celui des monuments du site de Paestrum (Italie du sud).

IMG_5909.JPG

 

L’arche à l’entrée est faussement en ruine.Et ce sont des dates fantaisistes que l’on peut lire sur la façade.

 

IMG_6130

Malheureusement (ou peut-être heureusement en fait) le château ne se visite pas. On peut uniquement admirer l’extérieur. Et si j’écris « peut être heureusement » c’est parce-qu’en réalité, le fait que l’on ne profite pas des monuments de Rosazza pour attirer le touriste et le faire ouvrir son porte-monnaie fait que Rosazza vaut vraiment la visite !

Il n’y a pas de marketing autour du village et de sa spécificité. Pas de visites guidées, de touristes qui flashent à gogo, de cartes postales, etc… Ici on vient admirer les curieux monuments, profiter de la nature, et basta !

IMG_5942

IMG_5984

Le cimetière monumental a été souhaité en 1874 par Federico Rosazza Pistolet. Les tombes de l’ancien cimetière y ont été transférées à partir de 1876.

IMG_6040.JPG

***

L’église possède un étonnant plafond constellé, dans lequel on reconnait sans difficulté la Grand Ourse, la Petite Ourse, la Voie Lactée et la Croix du Sud.

IMG_6073

IMG_6086

 

Rosazza est mystique, Rosazza est également sauvage. La nature y a gardé ses droits, et l’endroit est parfait pour se reposer et se ressourcer.

Les images qui illustrent ce billet ne sont pas libres de droits. Il est interdit de les réutiliser sans autorisation.