Le Tiramisù, pour aller plus haut

Le tiramisù est probablement LE dessert italien le plus connu au monde. Littéralement, son nom signifie « tire-moi vers le haut ! », c’est à dire, « redonne-moi le moral ! » et je crois que c’est plutôt bien trouvé !

Ce gâteau incroyablement généreux, n’est pas si vieux que cela. Son invention sous sa forme actuelle, ne remonterait qu’aux années 1960. Des légendes évoquent un gâteau apparu bien avant, mais il semblerait qu’elles soient erronées.

Quoi qu’il en soit, la recette classique est composée des ingrédients suivants : œufs, sucre, mascarpone, biscuits (génoise ou boudoirs), café et cacao. On peut selon les goûts, ajouter du marsala sec, ou du rhum.

View this post on Instagram

#tiramisù #cuisine #italianFood

A post shared by Ana (@chiarastory) on

***

J’ai longtemps cru que la préparation d’un tiramisù était compliquée. En réalité PAS DU TOUT. La seule potentielle difficulté réside dans le montage des blancs en neige, mais avec un batteur électrique et un brin de patience, elle est rapidement dépassée !

Pour réaliser un bon tiramisù, il vous faudra :

 

***Pour 2 énormes portions***

-des biscuits : soit vous réalisez votre propre génoise, soit vous achetez des biscuits de type boudoir (ce que j’ai fait).

-2 oeufs les plus frais possibles (et bio ou plein air, pour nos amis les poussins s’il vous plait)

-250 g de mascarpone

-50 g de sucre

-2 tasses à espresso de cafés froids (préparés à la cafetière moka c’est parfait, mais à la machine Nespresso ou autre, cela fonctionne aussi !)

-du cacao amer en poudre (quantité selon vos goûts, ce sera pour saupoudrer votre oeuvre).

 

***Comment faire ?***

Commencez par lancer une playlist adaptée sur Spotify ou autre. Perfect d’Ed Sheeran en duo avec Boccelli peut tout à fait convenir par exemple.

Séparez précautionneusement les blancs des jaunes d’oeufs. Il faut que les blancs ne présentent aucune trace de jaune, pour pouvoir être parfaitement montés en neige.

Versez la moitié du sucre dans les blancs d’œufs.

Avec un batteur électrique, montez les blancs en neige, de façon à obtenir une mousse bien ferme. Il faut vraiment former un iceberg de blancs d’oeufs, compacte, épais.

Ajoutez petit à petit le mascarpone, tout en continuant de battre le mélange. Vous devez obtenir une crème dense et compacte.

View this post on Instagram

#tiramisù #oeufs

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Nettoyez les fouets du batteur, puis attaquez-vous aux jaunes d’œufs !

Versez simplement le reste du sucre dans les jaunes d’œufs, puis battez.

Ensuite, sans stopper le batteur, ajoutez votre Mascarpone, aux jaunes d’œufs.

Nous passons maintenant à l’étape la plus délicate. Mais pas de panique, elle n’est pas compliquée. Il suffit d’un peu de patience, car il s’agit ici d’incorporez les blancs montés en neige, dans le mélange jaune-sucre. Pour cela, armez-vous d’une spatule ou d’une grosse cuillère, et déposez les blancs petit à petit, sur le mélange. Puis, enrobez les blancs d’œufs, en les contournant, et en passant sous eux, sans les écraser.

Il s’agit vraiment de mélanger les deux crèmes, sans aplatir les blancs d’œufs.

Une fois le mélange obtenu, passez à la préparation des biscuits.

Disposez vos biscuits sur une assiette creuse ou dans un moule, et versez le café froid par dessus, de façon à les en imbiber. Ne noyez pas les biscuits, car vous risqueriez de ne plus pouvoir les déplacer sans les casser.

Prenez votre plat final, et disposez une généreuse couche du mélange préparé précédemment. Lissez la surface. Puis alignez par dessus, les biscuits imbibés de café, en rangs serrés.

Recouvrez le tout d’une deuxième couche de biscuits.

Puis ajoutez une dernière couche de mélange, et saupoudrez de cacao amer…

Last but not least, recouvrez votre plat d’un film plastique ou d’un couvercle, puis laissez-le reposer au minimum 8 heures au frigo, avant de déguster !

😉

Publicités

Y’a pas que la pasta et la pizza dans la vie… Y’a la farinata aussi !

Quand on parle de bouffe italienne, les gens pensent systématiquement PIZZA et PASTA. Certes la pizza est italienne, et même si elle est originaire de Naples, on peut aujourd’hui la savourer même dans le nord, entière ou à la tranche.

La pasta est bien présente aussi, sous une infinité de formes, et cuisinée selon une multitude de recettes. Mais ce n’est pas pour autant que la gastronomie italienne se résume à ces deux plats !

Ci-dessus, la Farinata de la Coop, dégustée à Ferrare !

*

Du côté de Ferrare, en Emilie-Romagne, on cuisine traditionnellement la farinata, une galettes salée, réalisée à base de farine de pois chiches. Oui, car en Italie le pois chiche est une légumineuse assez appréciée, beaucoup plus consommée qu’en France, où il ne trouve sa place que dans le couscous. Arrêtez-moi si je me trompe !

Assez parlé, on passe à la recette !

Ci-dessus : Première tentative de farinata…

Pour réaliser une farinata de taille conséquente (disons pour deux plats standards, ou la plaque du four en entier) il vous faudra :

*trois verres de farine de pois chiches

*4 verres d’eau (je fais chauffer l’eau pour que la pâte soit plus facile à mélanger)

*1/4 de verre d’huile d’olive

*une pincée de sel

Et c’est tout !

A Ferrare, nous trouvions des farinate plus ou moins huileuses, plus ou moins salées. A vous d’ajuster la recette selon vos goûts finalement !

J’ai ajouté un peu de basilic dans ma recette, mais chacun fait comme il le souhaite !

Prévoyez un moule de type tôle à tarte ou prenez la plaque du four recouverte de papier cuisson, et idéalement préparez la pâte de façon à la laisser reposer 24 heures avant cuisson. Si vous n’avez pas le temps, tant pis, mais personnellement je trouve que plus la pâte a le temps de reposer, meilleur c’est !

Dans un premier temps, on verse la farine dans un saladier, avant de former un petit puis central dans lequel on dépose l’huile d’olive. Puis on remue en incorporant l’eau petit à petit. On n’oublie pas la pincée de sel. Et on recouvre d’un linge pour laisser reposer.

C’est aussi rapide et simple que cela !

Ensuite, on passe à la cuisson. Le four préchauffé à 240°C, on verse la pâte dans un moule, ou sur une plaque recouverte de papier cuisson, et hop c’est parti pour 20 à 25 minutes !

Pour ma part, j’utilise directement la plaque du four, pour obtenir une farinata géante et toute fine. C’est l’idéal pour nourrir un max de personnes, ou pour avoir de quoi se régaler plusieurs fois ! Car la farinata se conserve sans aucun problème, pendant 3 à 4 jours, au frigo dans un récipient fermé ou un aluminium !

View this post on Instagram

#farinata #italianfood #Ferrara #miam #food

A post shared by Ana (@chiarastory) on

C’est healthy ? Oui, plus que la farine de blé raffinée, car la farine de pois chiches même si elle est un poil plus calorique, vous apportera en moyenne 22 grammes de protéines aux 100 grammes, et 55 grammes de glucides (contre respectivement 20 grammes de protéines et quasiment 80 grammes de glucides dans la farine de blé). L’huile d’olive est bien présente, mais sans excès, et puis le bon gras c’est la vie ! :-p

Je vous ai tentés ? Je l’espère ! Si vous testez n’oubliez pas de me le dire, et encore mieux, de partager vos photos ! 🙂