Pas la penne d’être Vg pour les adorer !

Ouh la la j’ai fait fort sur le titre tout en jeu de mot ! Ne partez pas, je vous promets que la suite de l’article sera plus sérieuse (mais pas trop non-plus) !

Aujourd’hui je vous parle de pâtes aux lentilles que j’ai achetées chez Carrefour, dans la gamme Veggie.

 

Prix

2,29 € la boîte, ce n’est pas super cher à première vue. Mais en empoignant le paquet, je me suis tout de suite dit « Mais, elle est minuscule cette boîte ! » Et oui, 250 grammes contre 500 grammes en général, pour l’équivalent en pâtes classiques… Pour se rendre mieux compte, un paquet de 500 grammes de Penne Barilla coûte 0,79 € chez Carrefour. En version bio, 1,56 €… Donc finalement, ces penne de lentilles sont relativement coûteuses, oui. Je pense que c’est bien vu de faire des paquets de 250 grammes, car s’il avait fallu mettre 4,60 € pour un paquet de 500 grammes, je ne l’aurais jamais fait ! C’est psychologique…

A moins d’avoir vécu sur Mars les 3-4 dernières années, vous n’avez pas pu ne pas remarquer que le végétarisme était super à la mode en ce moment. Toutes les marques s’y mettent et sortent des aliments végétariens, de Herta à Aoste, en passant par le Gaulois, Bonduelle, et même Mac Donalds qui a lancé son veggie burger tout dernièrement. Les marques de distributeurs ont également voulu leur part du gâteau veggie, à l’image de Carrefour, qui propose entre autres, des pâtes à base de légumineuses. A ce jour, on a le choix entre :

*les macaroni de pois chiches,

*les penne de lentilles corail,

*les fusilli de pois cassés.

Pourquoi une gamme veggie ?

Ba oui parce-que si on réfléchit deux secondes, les pâtes classiques ne sont composées que de farine de blé dur et d’eau, et sont donc végétariennes…

Oui mais… dans les légumineuses il y a bien plus de protéines que dans le blé, surtout le blé raffiné… donc les végétariens ont intérêt à intégrer ces féculents à leur alimentation… Futé, non ?

Ces pâtes sont composées de farine de lentille corail, et c’est tout.

Elles apportent apportent 335 kcalories aux 100 grammes (on parle ici de 100 grammes de pâtes avant cuisson), quand des penne de blé en apportent environ 360 pour la même quantité. C’est sensiblement la même chose. Mais, elles sont moins riches en glucides (52 grammes contre 71) et plus riches en protéines (25 grammes contre seulement 12 dans les pâtes classiques). Et ça, c’est bien. Elles sont également riches en fibres, qui rassasient et facilitent le transit… (6 grammes contre 3 dans les pâtes de blé classiques).

Va #penne

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Alors je ferai court ; ces pâtes sont pratiques à préparer (comme les pâtes classiques, on fait bouillir l’eau, on laisse cuire, et on égoutte), et m’ont beaucoup plu pour leur goût. Elles sentent la lentille corail, donc si vous aimez ça, et bien vous aimerez ces pâtes. En revanche, elles n’ont nullement la texture des pâtes de blé. Quel scoop !

Lorsque l’on cherche à les piquer à la fourchette, elles ont tendance à se casser. Et puis elles sont beaucoup plus farineuses en bouche.

Pas de mystère, on ne peut pas faire des pâtes de blé sans blé. Bah oui. Cela vous étonne ?

Donc, j’aime ces pâtes de lentilles, mais je les cuisine en sachant que ce ne sont pas des pâtes de blé. C’est à dire que j’adapte mes recettes, et ne calque pas une recette de pâtes classique.

Bien-sûr, on peut servir ces pâtes avec une simple sauce tomate, du pesto, ou encore du fromage. Mais je trouve plus fun d’inventer d’autres recettes… Par exemple j’ai trouvé délicieux de faire sauter quelques légumes (haricots verts, petits pois, oignons) au wok, avant de les servir avec mes penne, et d’ajouter un peu d’huile de coco pour le côté exotique. C’était délicieux, et je pense tenter une prochaine fois avec une sauce curry…

Et vous, vous avez déjà testés les pâtes sans blé ? Quelles sont vos favorites ?

 

Publicités

Y’a pas que la pasta et la pizza dans la vie… Y’a la farinata aussi !

Quand on parle de bouffe italienne, les gens pensent systématiquement PIZZA et PASTA. Certes la pizza est italienne, et même si elle est originaire de Naples, on peut aujourd’hui la savourer même dans le nord, entière ou à la tranche.

La pasta est bien présente aussi, sous une infinité de formes, et cuisinée selon une multitude de recettes. Mais ce n’est pas pour autant que la gastronomie italienne se résume à ces deux plats !

Ci-dessus, la Farinata de la Coop, dégustée à Ferrare !

*

Du côté de Ferrare, en Emilie-Romagne, on cuisine traditionnellement la farinata, une galettes salée, réalisée à base de farine de pois chiches. Oui, car en Italie le pois chiche est une légumineuse assez appréciée, beaucoup plus consommée qu’en France, où il ne trouve sa place que dans le couscous. Arrêtez-moi si je me trompe !

Assez parlé, on passe à la recette !

Ci-dessus : Première tentative de farinata…

Pour réaliser une farinata de taille conséquente (disons pour deux plats standards, ou la plaque du four en entier) il vous faudra :

*trois verres de farine de pois chiches

*4 verres d’eau (je fais chauffer l’eau pour que la pâte soit plus facile à mélanger)

*1/4 de verre d’huile d’olive

*une pincée de sel

Et c’est tout !

A Ferrare, nous trouvions des farinate plus ou moins huileuses, plus ou moins salées. A vous d’ajuster la recette selon vos goûts finalement !

J’ai ajouté un peu de basilic dans ma recette, mais chacun fait comme il le souhaite !

Prévoyez un moule de type tôle à tarte ou prenez la plaque du four recouverte de papier cuisson, et idéalement préparez la pâte de façon à la laisser reposer 24 heures avant cuisson. Si vous n’avez pas le temps, tant pis, mais personnellement je trouve que plus la pâte a le temps de reposer, meilleur c’est !

Dans un premier temps, on verse la farine dans un saladier, avant de former un petit puis central dans lequel on dépose l’huile d’olive. Puis on remue en incorporant l’eau petit à petit. On n’oublie pas la pincée de sel. Et on recouvre d’un linge pour laisser reposer.

C’est aussi rapide et simple que cela !

Ensuite, on passe à la cuisson. Le four préchauffé à 240°C, on verse la pâte dans un moule, ou sur une plaque recouverte de papier cuisson, et hop c’est parti pour 20 à 25 minutes !

Pour ma part, j’utilise directement la plaque du four, pour obtenir une farinata géante et toute fine. C’est l’idéal pour nourrir un max de personnes, ou pour avoir de quoi se régaler plusieurs fois ! Car la farinata se conserve sans aucun problème, pendant 3 à 4 jours, au frigo dans un récipient fermé ou un aluminium !

#farinata #italianfood #Ferrara #miam #food

A post shared by Ana (@chiarastory) on

C’est healthy ? Oui, plus que la farine de blé raffinée, car la farine de pois chiches même si elle est un poil plus calorique, vous apportera en moyenne 22 grammes de protéines aux 100 grammes, et 55 grammes de glucides (contre respectivement 20 grammes de protéines et quasiment 80 grammes de glucides dans la farine de blé). L’huile d’olive est bien présente, mais sans excès, et puis le bon gras c’est la vie ! :-p

Je vous ai tentés ? Je l’espère ! Si vous testez n’oubliez pas de me le dire, et encore mieux, de partager vos photos ! 🙂

 

Aubergine Asian Style

Ciao à tous. Comment allez-vous en ce dimanche de novembre ? Personnellement je trouve ce temps déprimant, mais j’ai néanmoins affronté les éléments ce matin pour aller en courses. Cela m’a permis de me remonter le moral en m’adonnant ensuite à l’une de mes passions : la découpe de légumes ! 😀

*

Dernièrement nous sommes allés au resto chinois avec un ami. J’avais goûté les aubergines vapeur en entrée, et m’étais régalée. J’ai voulu tenter une recette similaire par moi-même, et suis partie un peu au pif, faute de trouver une recette qui ressemblait vraiment à ce que j’avais pu manger au resto.

J’ai acheté deux grosses aubergines, dont j’ai coupé les extrémités. Puis je les ai taillées en quatre, dans le sens de la longueur.

Bim, les aubergines entraient pile poil dans mon cuiseur Lekué. Il a fallu faire deux tournées, mais finalement une grosse aubergine aurait pu suffire pour réaliser une entrée pour deux.

Pour la cuisson vapeur, à vous de jouer selon votre méthode favorite. Moi j’utilise le diabolique micro-onde. J’ai cuit les aubergines pendant environ 10 minutes, jusqu’à obtenir des légumes fondants.

Puis j’ai laissé les victimes reposer sur ma planche à découper, avant de les détailler en petites bûchettes.

Pendant ce temps, j’ai préparé une sauce à base de :

-sauce soja nature : c’est la base de cette sauce, mais vous pouvez la couper avec de l’eau si vous n’appréciez pas les plats « trop » salés !

-huile de sésame : environ une cuillère à soupe par aubergine,

-gomasio : c’est un mélange de sel et de graines de sésame,

-harissa… pas très asiatique, certes. Dans l’idéal j’aurais choisi du gingembre, mais n’en ayant pas sous la main, j’ai cherché une autre idée !

-vinaigre de riz : une pointe seulement !

Ma mixture prête, j’ai disposé les petits morceaux d’aubergines dans un plat, et recouvert le tout de sauce.

Aubergines à la sauce soja

Et le tour était joué !

Idéalement, il faut réaliser la recette une heure ou deux avant de servir, pour que les aubergines s’imprègnent bien de la mixture. Ensuite, on peut déguster froid, ou chaud en réchauffant un petit peu au four.

Ces aubergines sont délicieuses soit en entrée, soit en plat avec du riz.

Bon app !

J’ai goûté les pâtes au sarrasin…

Les pâtes, j’adore cela. Oui mais je les aime de qualité !

Rien de plus basique qu’une assiette de pâtes me direz-vous. Et toutes les pâtes se valent ? Non.

Les pâtes Ma Vie Sans Gluten que je m’apprête à vous présenter, sont des tortiglioni, préparées à base de farine de sarrasin biologique. Elles sont courtes, en forme de tubes striés, et garanties sans gluten. Comme l’homme n’aime pas des masses la farine de sarrasin, à part pour les crêpes, il n’a pas voulu goûter. Donc j’ai cuit ces tortiglioni à la casserole, et les ai mise dans un récipient, pour les manger au bureau.

#pasta #sansgluten @greenweez

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Je ne réchauffe jamais mes pâtes au micro onde car je trouve qu’elles s’en sortent très mal. J’utilise une astuce dont je vous ai déjà donné les détails ici.

La texture est surprenante. C’est plus élastique, moins croquant qu’une pâte classique à base de blé. Néanmoins, la pâte reste épaisse, et a un bel aspect.

Le goût est discret. On reconnait le sarrasin, mais cela n’est pas flagrant quand on mange une pâte seule… En fait cela sent discrètement la galette bretonne. C’est amusant. En mangeant ces pâtes avec des légumes, le goût du sarrasin est plus difficile à détecter.

Est-ce que c’est bon ? Oui. Sans hésiter ! C’est original, et vraiment bon.

Maintenant, je dirais que ces pâtes sont différentes des pâtes classiques. Pour moi, si j’ai envie de pâtes, je prendrai des pâtes de blé. Si j’ai envie de pâtes de sarrasin, j’en prendrai au sarrasin. Autrement dit, cela ne remplace pas. C’est autre chose, et cela permet de varier !

Ce sont des produits différents, qui n’ont pas le même goût, pas la même texture. Et une envie de pasta ne sera pas comblée par ces pâtes de sarrasin (et inversement).

Je teste les #tortiglioni au sarrasin de #maviesansgluten @greenweez #pasta #veganfood

A post shared by Ana (@chiarastory) on

La texture est vraiment différente, et le goût sarrasin ne se mariera pas avec les mêmes accompagnements que d’habitude.

Dans tous les cas, oui je mangerai à nouveau de ces pâtes, et avec plaisir. La prochaine fois je pense les marier à des petits champignons à la crème de soja… Et vous, connaissez-vous ? Avec quoi les dégustez/dégusteriez-vous ?

Pour plus d’infos, n’hésitez pas à visiter le site officiel, et pourquoi pas, à goûter pour vous faire votre propre avis !

Salaaaade !!! Oui mais de chou !

Voici une petite recette fraîche, parfaite pour la saison, facile à réaliser, et économique !

Et hop au frigo pour ce soir ! #food #salade #veganfood

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Il s’agit d’une salade de chou. Pour la réaliser, il vous faudra du chou blanc, que vous couperez en lanières fines. On prévoit un saladier avec couvercle, et on dispose les lanières de chou à l’intérieur, avant d’arroser de :

-jus de citron,

-sauce soja,

-vinaigre de riz.

On peut aussi ajouter :

-de la citronnelle émincée,

-de l’huile : sésame, noisette, ou encore pépins de raisin…

Selon vos goûts, vous pouvez customiser cette salade de chou, en y incorporant :

-des dés de carottes,

-des tomates fraîches,

-des noix,

-du piment,

-de la pomme coupée très fine…

Ensuite, il faut placer le tout au frigo avant de déguster ! Cette salade est encore meilleure le lendemain !

Bon app !

Celeri mon amour

Hello you ! C’est samedi et chez nous, le samedi est synonyme de courses. Alors si toi-aussi tu prévois de te rendre en magasin, prépare-toi à ajouter quelques ingrédients sur ta liste, à commencer par… un céleri !

*

Longtemps, j’ai cru que je n’aimais pas le céleri. Qu’il s’agisse de la partie souterraine, appelée céleri-rave, ou des tiges aériennes, céleri-branche, j’étais catégorique : c’était non-merci. Il faut dire que comme beaucoup, j’ai été profondément dégoûtée par le céleri rémoulade de la cantine, préparé avec trop de sauce, et servi trop froid dans des ramequins tristes à mourir.

Pour me réconcilier avec ce légume, il a fallu le pimper un petit peu…

Le #céleri c'est sexy ! #veganfood #vegetarien #miam

A post shared by Ana (@chiarastory) on

C’est chez Basilic Instant, la cantine végétarienne de ma ville, que j’ai goûté du céleri au curcuma… J’en ai pris dans mon assiette sans trop savoir de quoi il s’agissait. Et j’ai a-do-ré.

Du coup, j’en ai préparé chez moi…

Pour réaliser un saladier de céleri au curcuma, prévoyez… un céleri-rave, mais aussi :

*une bonne dose de curcuma (frais c’est le top, mais en poudre cela fait aussi l’affaire)

*de l’huile de sésame

*du tahin (en option)

*un peu de jus de citron

et c’est tout… par pitié, pas de sel, de poivre ou que sais-je ! A la rigueur, vous pouvez ajouter des graines de sésame…

Je n’indique pas les quantités, car je fais toujours approximativement, et je goutte.

Dans un premier temps, il faut éplucher le céleri, et le râper. La bête n’est pas des plus dociles, et je vous l’accorde, on commence ici par la partie la plus laborieuse, que je délègue autant que possible à l’homme.

Pour râper le céleri, si vous avez un robot, mettez-le à contribution ! Sinon, bon courage, et faites attention à vos doigts !

Ensuite, il suffit de verser un peu d’huile de sésame, un trait de jus de citron, et de saupoudrer un belle dose de curcuma dans un saladier, avant d’ajouter le céleri râpé par dessus, et de remuer à mains nues.

N’hésitez pas à ajouter du tahin (purée de sésame vendue en magasin bio), ou éventuellement de la sauce soja nature.

Le céleri doit devenir tout jaune, au contact du curcuma.

Vous pouvez manger de suite, mais l’idéal reste de placer le saladier au frigo, et de patienter… Nous mangeons généralement notre plat le lendemain et le consommons pendant 3-4 jours sans aucun souci. Chaque jour il est encore meilleur !

C’est une crudité délicieuse, facile à préparer, peu coûteuse, et même si elle contient du gras (huile de sésame et tahin) ce sont de bonnes graisses, qui consommées en quantités raisonnables, ne vous ferons que du bien ! 🙂 A titre indicatif, je prévois environ trois cuillères à soupe d’huile et deux cuillères à soupe de tahin pour un céleri entier.

Bon app !

Petit-dèj protéiné

J’adore le petit-déjeuner. C’est sans conteste mon repas favori, celui que je ne néglige JAMAIS car j’en ai besoin pour passer une bonne journée. J’essaie de me concocter des petits-déjeuners équilibrés, riches notamment en protéines et en bonnes graisses, et de favoriser les aliments salés, pour éviter le pic glycémique de fin de matinée qui induit du grignotage !

Et le week-end, comme je vais au sport le matin, je mets un point d’honneur à manger bien protéiné, sans trop me remplir le ventre (vous avez déjà essayé de faire un footing avec le ventre plein de tartines de beurre ?).

Je vous livre aujourd’hui une recette 100 % végétale, protéinée et digeste, celle du tofu brouillé !

Bon, ce n’est pas un plat très photogénique, mais ne fuyez pas, car c’est absolument délicieux ! Même mon homme-nivore adore !

image

Recette de base…

Il suffit de prévoir 100 à 150 grammes de tofu par personne, selon l’appétit : 50 % de tofu ferme (type tofu Bjorg vendu en grande surface) et 50 % de tofu soyeux, vendu au rayon des produits du monde, ou en magasin asiatique.

Dans une poêle (avec un peu d’huile de sésame/ou à défaut, d’huile d’olive), émiettez le tofu ferme avec vos doigts. Faites-le dorer légèrement tout en rumuant, avant d’ajouter le tofu soyeux. Ne cessez jamais de mélanger avec une cuillère en bois. Puis ajoutez du curry. Pour ma part j’adore le curry donc j’en mets la gomme. Mais chacun dosera selon ses envies !!

 

Variantes !

Selon les goûts, vous pouvez aussi préparer votre tofu avec des champignons de Paris, des courgettes en petits dés, du brocoli… Je sais qu’en France on fait un peu la grimace à l’idée de manger des légumes le matin, mais bon, c’est une habitude à prendre. Personnellement j’adore.

Ce tofu brouillé se sert idéalement avec du bon pain de seigle, ou du pain complet. Évitez le pain blanc qui tient beaucoup moins au ventre et apporte moins de minéraux (logique, on a retiré l’enveloppe des grains de céréales).

Pour encore plus de peps et de gourmandise, vous pouvez prendre un peu de tahin (beurre de sésame) ou de beurre de cacahuète pour les tartines, du houmous (tartinade à base de pois chiches, facile à faire soi-même, et riche en protéines), quelques fruits secs (les dattes sont géniales pour les sportifs), et bien-sûr, une boisson chaude idéale à ce moment de la journée (avec un gros faible pour le thé vert). 🙂

Bon app !