Roma – La ville en détails…

Bonjour à tous et merci d’être de plus en plus nombreux à suivre fidèlement ce blog. Cela me touche et me motive pour écrire toujours plus, et si possible des choses de + en + intéressantes !

Aujourd’hui, je partage avec vous quelques détails vus lors de mon séjour à Rome… Et on commence par la jolie vitrine de la boutique Montcler, à l’aéroport de Fiumicino. Le mannequin est carrément pris dans une boule de neige géante. Amusant non ?

IMG_1114

A Rome, la Fiat 500 est un symbole. Mais force est de constater que l’on n’en voit plus à tous les coins de rue… De temps en temps nous en avons croisé une au milieu des autres voitures plus récentes…

IMG_1107

Les romains aiment (et on les comprend) les voitures minuscules, qui se faufilent dans la circulation parfois très dense. Certains n’ont aucun souci pour circuler en Mini so British !

IMG_1013

Voici maintenant quelques photos qui sortent un peu du lot…

IMG_1094

Ci-dessus, nous sommes en face du forum romain, et les rayons du soleil qui commence à décliner, viennent caresser les massifs de roses…

IMG_1078

Ici, ce qui semble avoir été un portrait de la Vierge fait à la craie, est en train de s’effacer sous les semelles des passants…

IMG_1062

 

Devant le monument à Vittorio Emanuele II, les empreintes de semelles qui se superposent forment un motif original…

IMG_1048

Cette sculpture originale, installée dans une cour intérieure nous a attirés… Elle sert à faire la promotion de l’enseignement du langage des signes.

IMG_1037

Voici la magnifique porte de l’hôtel Medusa… qui annonce encore pas mal de choses magnifiques à venir… mais nous ne sommes pas entrés, car avec nos baskets et nos mines de touristes fourbus, nous aurions un peu dénoté !

 

Voilà pour aujourd’hui, mais on se retrouve dans un prochain billet pour une nouvelle rasade de Rome ! 🙂

Publicités

Rome – Piazza Navona

Je l’annoncerai d’entrée de jeu, cette place est ma préférée de toutes les places visitées à Rome. Je pensais que j’adorerais la piazza di Spagna, et ce fut le cas, mais c’est la piazza Navona qui m’a le plus conquise, pour son agencement, et pour la présence de trois sublimes fontaines… 

A Rome, il y a de nombreuses églises, de nombreuses fontaines, de nombreuses places… Parmi les plus connues, on peut citer la Piazza Navona, qui était à l’origine, un stade, construit en 86 par l’empereur Domitien.

IMG_0481

La place fut laissée à l’abandon après avoir servi de lieu de marché. En 1650, le pape Innocent X commanda sa rénovation.

Sur la Piazza Navona, dont le nom dérive de in agones (« lieu où se déroulent les jeux »), il n’y a pas une, mais trois fontaines. La plus fameuse est celle des quatre fleuves, que l’on doit au Bernin. Achevée en 1651, elle symbolise les 4 parties du monde : le Danube pour l’Europe, le Nil pour l’Afrique, le Gange pour l’Asie et le Río de la Plata pour l’Amérique.

Pour être bien certain que même le plus étourdi des passants remarquerait sa fontaine, le Bernin l’a surmontée d’un obélisque. On en trouve beaucoup à Rome, qui ont été rapportés d’Egypte. C’est vrai que ces monuments toute en hauteur permettent de bien attirer le regard !

Outre les fontaines, on y trouve l’église Sant’Agnese in Agone. Lors de la rénovation de 1650, Borromini reçu pour mission de restructurer l’édifice, et d’inverser le sens de la façade, pour que celle-ci donne sur la place.

Piazza Navona

Dans le livre de Lucien Rigolini, Partir, le héros fait visiter Rome à sa femme, et lui parle d’une légende étonnante. En effet, on prétend que la statue du Rio de la Plata construite par le Bernin, a le bras tendu, dans un mouvement de peur. Elle craindrait que l’église Saint-Agnès en Agone s’effondre, car elle aurait mal été construite par Borromini. En effet, le Bernin et Borromini était des ennemis jurés ! En réalité, la fontaine a été construite avant l’église… mais parfois, les légendes tiennent bon ! Le Bernin pouvait avoir anticipé la construction de la façade par son ennemi !

IMG_0496

Sur la photo ci-dessus, on voit bien le Rio de la Plata, à gauche, qui panique franchement !

IMG_0503

Le visage de la statue du Nil est couvert (voir la photo ci-dessous). Cela signifie que l’on ne connait toujours pas les sources du Nil… intéressant, non ?

Piazza Navona

Deux autres fontaines ornent la place : la fontaine du Maure et celle de Neptune.

IMG_0526

Ci-dessus, vous pouvez voir la fontaine du Maure. Certes, elle impressionne moins que la fontaine des 4 fleuves, car sa taille est plus modeste. Mais elle reste néanmoins magnifique…

IMG_0527

Et puis voici la fontaine de Neptune ci-dessous…

IMG_0506

IMG_0508

IMG_0511

Voilà pour la balade et la découverte de la piazza Navona… J’espère que cela vous a plu. Je vous retrouve avec plaisir dans les commentaires !

IMG_0530

IMG_0521

IMG_0522

Rome – La Fontaine de Trevi

La fontaine de Trevi est indubitablement, l’un des symboles de Rome les plus connus, après le Colisée. C’est un lieu de passage obligé pour les touristes qui (re)découvrent la capitale italienne. Et cela tombe bien, car elle se trouve en plein cœur de la ville, à proximité du Panthéon et de la Piazza di Spagna.

IMG_0426

 

 

 

Vu sa situation, face à une place de dimension relativement modeste, la fontaine est assez difficile d’accès. Les visiteurs s’agglutinent au bord du bassin, et essayent tant bien que mal de lancer leurs pièces, ou de se prendre en selfie. Il ne faut pas avoir peur de s’imposer un peu pour s’approcher à son tour !

La coutume veut que l’on jette une pièce dans le bassin, et même deux. La première sert à formuler un vœux, et la seconde, à revenir à Rome ultérieurement… Pour mettre toutes les chances de son côté, on prendra soin de jeter les pièces en tournant le dos à la fontaine, de la main droite, et par dessus l’épaule gauche pour les droitiers, et inversement pour les gauchers !

Et pour ceux qui se poseraient la question ; les nombreuses pièces lancées par les touristes du monde entier sont récupérées par les services de la ville, et données à des associations caritatives.

Fontaine de Trevi

C’est en 1762 que s’achève la construction de l’énormissime fontaine baroque, par Nicolas Salvi, sur demande du Pape Benoît XIV.

Son nom viendrait d’une jeune fille dont c’était le prénom. Elle aurait révélé l’emplacement de la source (acqua virgine) à des soldats romains, pour sauver sa virginité. Cette histoire est racontée sur les bas reliefs de la fontaine.

IMG_0452

Le fontaine représente l’Océan, avec au milieu, Neptune sur un char en forme de coquille. Le char est tiré par deux chevaux marins, eux-mêmes guidés par des tritons.

IMG_0451

La fontaine surprend par ses dimensions absolument hors normes, et par la beauté des sculptures. On a parfois l’impression que les personnages et notamment les chevaux, sont en mouvements, et nous foncent droit dessus.

Il se raconte que l’une des fenêtres a été murée et remplacée par un trompe l’œil, car une jeune fille se serait jetée par la fenêtre en question… Mais rien ne permet d’affirmer que cette légende est bien réelle (il s’agit de la fenêtre tout en haut à droite).

IMG_0429

La fontaine est également connue dans le monde entier grâce à la scène mythique de la Dolce Vita de Fellini, où l’on voit la sculpturale Anita Ekberg s’y baigner en robe de soirée, sous le regard charmé de Mastroianni…

Bien-entendu, si vous rêvez de reproduire la scène en question, mieux vaudra trouver un autre fantasme, car la police veille en permanence autour du bassin. Le moindre touriste qui s’avise d’avancer ne serait-ce qu’un orteil vert l’eau, se voit rapidement réprimandé à coup de sifflet. Cela n’empêche pas certains de monter sur les bords du bassin, mais ils se font alors copieusement rappeler à l’ordre !!

Sur ce, je vous remercie pour votre fidélité et vous dis à très bientôt pour continuer notre visite de Rome…

 

Fontaine de Trevi

Rome – Le Panthéon

Je vous propose de nous retrouver chaque jeudi sur ce blog, pour continuer notre visite de Rome… Aujourd’hui, nous avons rendez-vous sur la piazza della Rotonda, entre la piazza Navona et la fontaine de Trevi, devant le Panthéon.

Il s’agit d’un ancien édifice religieux, construit pendant l’antiquité. Le bâtiment a été détruit par différents incendies, avant d’être reconstruit au IIème siècle par l’empereur romain Hadrien.

Panthéon

Le visiter

Trouver le Panthéon n’a pas été bien compliqué. En revanche, nous n’avons pas pu pénétrer dans le temple… Celui-ci est théoriquement ouvert du lundi au samedi, de 09 h 00 à 19 h 30, et ferme uniquement à Noël (25 décembre) et le 1er janvier… Mais le 26 décembre, nous avons trouvé porte close. Les jours fériés, il ouvre de 9 h 00 à 13 h 00… le 26 décembre serait-il considéré comme férié ? Nous l’ignorons. Enfin, toujours est-il que les visiteurs faisaient la queue pour jeter un œil dans l’embrasure de la porte, et voir le fameux rai de lumière, qui passe par l’oculus, et vient frapper le sol du temple…

Panthéon

Nous avons admiré la façade, qui en soit justifie déjà largement que l’on se rende piazza della rotonda…

Panthéon

Un peu d’Histoire…

A l’époque, le panthéon servait au culte polythéiste, avant d’être transformé en église chrétienne au VIIème siècle. C’est d’ailleurs cette transformation qui lui a permis de nous parvenir en (presque) parfait état.

Le Panthéon possède la plus grande coupole du monde en béton non-armé (43,44 m de large). Globalement, il a traversé les siècles de façon remarquable, et ce malgré la forte activité sismique italienne. Avec le Colisée, il est probablement le bâtiment romain qui représente le mieux le passé antique de la ville.

Comme nombre de bâtiments romains, le Panthéon a souffert à la Renaissance, de la récupération de certains matériaux, qui ont servi à fabriquer d’autres bâtiments, et d’autres œuvres ; notamment le baldaquin de la basilique Saint Pierre du Vatican, réalisé à partir de statues de divinités, dont le bronze a été fondu.

Panthéon

Petite parenthèse, vous avez probablement déjà vu ces fakirs qui « lévitent » dans les rues des villes touristiques ? Nous avons planché sur le sujet avec mon homme, et nous pensons qu’ils ont une sorte de siège sous les fesses, relié à une plaque au sol, par une barre, qui passerait dans leur baton, puis dans leur manche, le long de leur bras… Qu’en dites-vous ?

***

Le Panthéon se visite gratuitement. Il est possible de louer un audioguide pour 5 €.

Ce temple est reconnaissable de loin, à son imposant portique, qui mesure 33 mètres de large. Il est soutenu par 16 colonnes de granit. Sur le fronton, une inscription est dédiée à Agrippa (Marcus Vipsanius Agrippa (né vers 63 av. J.-C. – mort en mars de l’année 12 av. J.-C. ) ; général et homme politique romain du I er siècle av. J.-C). C’est lui qui avait ordonné la construction du premier Panthéon.

« M. Agrippa L. F. cos. tertium fecit”

(Marcus Agrippa, fils de Lucius, consul pour la troisième fois, le fit bâtir)

***

IMG_0459

On pénètre dans l’édifice après avoir passé deux portes de bronze, et l’on découvre une gigantesque coupole, qui servit de modèle par la suite, lorsque Michel-Ange bâtit la coupole de Saint Pierre du Vatican. Cependant, même des siècles après, il ne réussit pas à atteindre son diamètre exceptionnel ! La coupole du Panthéon est une coupole à caissons, et percée d’un oculus, servant d’unique source de lumière à tout le bâtiment.

Initialement, des niches accueillaient des statues de dieux antiques, celles-là même que l’on fit fondre à la Renaissance, pour réaliser le baldaquin de Saint Pierre. Elles ont été remplacées par des tombeaux.

C’est ici en effet que reposent d’illustres italiens : Raphaël, Vittorio Emmanuelle II, Umberto I…

Panthéon

***

Terminons sur un petit « le saviez-vous » qui vous permettra de briller pendant un repas de famille : Panthéon signifie en grec « tous les dieux ». C’est le temple de tous les dieux, et il rend hommage à l’ensemble des dieux de l’époque.

IMG_0572

Et ça… et bien cela n’a rien à voir, mais ça m’a bien plu comme pub ! C’est écrit « oh merci, cela va bien me servir ! » et en fait c’est une affiche pour « Noël au musée ». Vous voyez un peu l’idée ? 🙂

Rome – La piazza di Spagna

J’avais visité Rome il y a plus de dix ans, au cours d’un voyage scolaire. J’en gardais un souvenir magnifique, tant pour les monuments que nous avions vus, que pour les moments passés avec mes amis !

Comme la plupart des touristes, j’avais jeté mes pièces dans la fontaine de Trevi, en formulant le souhait de revenir un jour dans la ville éternelle.

Est-ce la pièce qui a eu un effet magique, ou juste ma volonté, peu importe, toujours est-il que je suis revenue à Rome !!

De ma première visite, je me rappelais notamment le Château Saint Ange, le Vatican, et  la place d’Espagne… alors j’ai voulu retourner dans ces lieux…

IMG_0537

***

La place d’Espagne est l’une des plus connues de la ville de Rome, et certainement l’une des plus remarquables. Elle est reconnaissable à son escalier monumental, et à sa fontaine  baroque (Fontana della Barcaccia), réalisée par Pietro Bernini et Gian Lorenzo Bernini (père et fils).

IMG_0365

On arrive sur cette place, et on remarque les enseignes toutes plus prestigieuses les unes que les autres… Armani, Gucci, Versace, Dior… que des grands noms.

Roma

Il y a également un salon de thé nommé Babingtons, fondé en 1893 par deux anglaises Isabel Cargill e Anna Maria Babington, pour accueillir les nombreux anglais qui vivaient alors à Rome et leur offrir leur boisson favorite…

Le jour de notre visite, congés de Noël obligent, il était fermé.

Roma

Si vous voulez voir les jolies vitrines, particulièrement décorées pour les fêtes, c’est autour de la piazza di Spagna qu’il faudra venir vous promener…

IMG_0414

IMG_0408

IMG_0407

IMG_0411

Mais bon, tout ce faste ne saurait faire oublier la place en elle-même, avec son magnifique escalier du XVIIIème siècle, qui relie la place à l’église de la Trinité des Monts, et la fontaine de la barcaccia, qui représente une barque en train de prendre l’eau, dans un bassin…

IMG_0378

A Noël, la place a droit à sa crèche, bien-entendu… et les escaliers accueillent un magnifique sapin stylisé !

Roma

IMG_0380

Y a t-il beaucoup de monde Piazza di Spagna ? Hummm oui. C’est l’un des endroits les plus connus de Rome, et fréquenté un peu par tout le monde, touristes et romains. Donc il va falloir jouer un peu des coudes, et ne pas craindre la foule, car ce n’est pas l’endroit rêvé pour une balade tranquille !

IMG_0401

L’église de la Trinité des Monts est splendide, en haut des escaliers. L’intérieur ne nous a pas ébloui, mais elle mérite toutefois la visite, pour admirer les tableaux situés dans les chapelles latérales.

IMG_0392

Roma – Le Colisée

Ciao chers visiteurs ! Je vous propose de nous retrouver ici chaque jeudi, pour croquer une délicieuse tranche d’Italie ! Aujourd’hui, nous commençons par un incontournable de la capitale italienne : Rome, et plus précisément le Colisée… J’ai eu l’immense bonheur de le visiter pour la seconde fois, au moment de Noël…

*

S’il ne devait y avoir qu’un symbole, qu’une image associée à la ville de Rome, ce serait probablement lui, le Colisée. Cet immense amphithéâtre construit en 72 après Jésus Christ, sur commande de l’empereur Vespasien, fmesure 155 mètres de large, et abritait à l’époque des spectacles grandioses : combats de gladiateurs bien-sûr, d’animaux, mais aussi batailles navales ! Pour ce dernier point, les experts ne sont pas unanimes, et certains pensent que l’on a pu s’emballer un peu trop, et qu’en réalité, inonder le centre du Colisée aurait été un gros casse tête pour l’époque… Mais bon, batailles navales ou pas, de nombreux spectacles ont été organisés dans ces arènes monumentales.

Roma Colisée

Les fils de Vespasien, Titus et Domitien, ont supervisé la construction de ce mastodonte, après la mort de leur père, jusqu’en 82 après JC.

Roma Colisée

A l’époque, le Colisée s’appelait Amphithéâtre flavien, en référence au nom de la dynastie de l’empereur. Ce n’est qu’au Moyen-Âge qu’il prit le nom de Colisée. Ce nom lui vient de la gigantesque statue de Néron (le colosse) située à coté de l’amphithéâtre. Ne la cherchez pas ; elle n’y est plus.

Le Colisée accueillait jusqu’à 55 000 spectateurs* sur 4 étages, portés par des colonnes de différents ordres (doriques, ioniques et corinthiennes). Le quatrième étage est percé de fenêtre, et au sommet, un voile tendu sur des excroissances encore observables de nos jours, protégeait les spectateurs du soleil ! Ce voile était manœuvré par des marins.

*On trouve parfois des estimations beaucoup plus hautes, mais il est difficile d’arrêter un chiffre précis… 

Roma

Aujourd’hui, le Colisée a subi les outrages du temps. Il a souffert des tremblements de terre, et certaines de ses pierres ont été utilisées pour bâtir d’autres monuments. On peut remarquer de nombreux trous, qui correspondent à d’anciens crampons métalliques, qui liaient les blocs de travertins entre eux, et ont été arrachés au Moyen-Âge. A Rome, c’est classique malheureusement, et vous verrez dans d’autres billets sur ce blog, que d’autres bâtiments ont connu le même sort.

Colosseo di Roma

 

« Je ne pensais pas qu’il était dans un tel état, mais il n’en demeure pas moins impressionnant, car on a l’illusion de voir son squelette. »

Marielle, dans Partir de Lucien Rigolini

***

Visiter le Colisée

Le Colisée se trouve en plein Rome, à côté du forum romain. La station de métro Colosseo est vraiment en face du bâtiment.

Le billet d’entrée est valide deux jours consécutifs et permet de visiter le Colisée, le forum et le Palatin, d’où l’on a une vue absolument magnifique. Il coûte 12 € (tarifs réduits pour les étudiants européens, les enfants et autres cas particuliers).

L’entrée est gratuite le premier dimanche de chaque mois, mais si l’on souhaite éviter la foule, mieux vaudra choisir une autre date…

Roma Colosseo

Le 24 décembre, nous étions nombreux à vouloir visiter le Colosse, mais malgré les contrôles de sécurité systématiques, la file a avancé assez vite. Il nous a fallu un quart d’heure environ, pour acheter nos billets et pénétrer dans le ventre du géant.

Roma Colosseo

La visite vaut réellement le coup. Ce serait dommage de se limiter à admirer le Colisée depuis l’extérieur, car il y a beaucoup à voir à l’intérieur. Les panneaux explicatifs sont assez brefs, mais nous avions lu quelques articles avant de nous rendre sur place, et avons complété avec le guide du Routard, qui donne les points clefs pour bien comprendre l’utilité du bâtiment où nous nous trouvions…

Colosseo di Roma

L’intérieur de l’amphithéâtre était organisé en gradins, divisés pour distinguer les classes sociales :

*Le premier niveau était réservé à l’empereur et au Sénat,

*le second aux aristocrates

*et le troisième, permettait d’accueillir la population, elle-même encore divisée en différentes catégories.

Les spectacles organisés au Colisée étaient financés le plus souvent par l’Empereur, ou par des politiciens. Ils servaient à divertir la population, et à obtenir ses faveurs. Les spectacles pouvaient durer plusieurs jours d’affilés, et les romains amenaient alors tout le nécessaire pour s’occuper, jouer à des jeux de dés, cuisiner et manger sur place…

A l’occasion de l’inauguration du Colisée, les spectacles donnés par l’Empereur durèrent cent jours au cours desquels environ 5 000 fauves furent tués.

Colosseo di Roma

Le plancher du Colisée peut surprendre aujourd’hui. Mais il faut savoir qu’il était fait de planches de bois,  sur lesquelles il y avait du sable. En dessous, de nombreuses galeries accueillaient les ménageries et équipements.

Colosseo di Roma

Lors de la visite, nous pouvons monter dans les différents étages du Colisée, mais pas accéder aux galeries centrales. Cependant, nous voyons beaucoup de choses, et profitons d’une belle vue sur les alentours, et notamment sur l’arc de Constantin. Mais… quelque chose me dit que ce billet est déjà bien long (trop long ?) donc nous continuerons la visite une prochaine fois.

Ciao ciao et merci par avance pour vos commentaires ! 🙂

Colosseo di Roma

Oui c’est moi cette ombre bizarroïde à gauche !

Colosseo di Roma

On grimpe, on marche, on redescend, on marche beaucoup à Rome, mais le nez en l’air à admirer de vieilles pierres, on oublie bien vite que l’on a mal aux mollets !

Roma – première réaction à chaud

Cela faisait plusieurs années que l’envie de retourner à Rome nous titillait. Nous y avions tous deux été avec le collège, mais cela commençait à faire loin, très loin… Mon homme avait encore le souvenir d’avoir payé en lires. Et moi j’avais raté de peu la bénédiction de Jean-Paul II.

L’ennui, c’était que mes congés d’été tombent forcément en août, et que visiter la capitale italienne en pleine période haute nous emballait moyennement. Alors, nous avons décidé de ruser, et de nous rendre là-bas pendant les congés de fin d’année…

Grâce à Easyjet, nous avons déniché un aller-retour Lyon – Rome pour 80 €/personne. Le logement sur place en B&B nous a coûté une trentaine d’euros par nuit. C’était un beau cadeau de Noël pour pas trop cher… (Je vous détaillerai les bons plans dans un billet ultérieur !).

***

Noël au balcon

Roma

Il faut savoir que la période de Noël n’est pas inadaptée pour une visite, puisque la météo reste relativement clémente. Nous avions autour de 0°C le matin, mais les après-midi étaient doux, à 13-15°C en moyenne.

Bien habillés, sans nécessairement sortir les après-skis et le passe-montagne, nous avons bien profité !

Avant d’entrer dans le détail, j’aimerais vous exposer quelques impressions à vif sur mon séjour, et vous proposer une sorte de teaser pour les articles à venir !

 

A Rome en métro…

en bus, 

et à pied…

Cela peut sembler logique une fois que c’est dit, mais encore faut-il y penser… Rome n’est pas une ville au réseau de métro ultra développé. Vu les vestiges qui se cachent encore dans son sol, creuser pour faire passer un train est compliqué. La ligne C est encore en construction actuellement, et seules deux lignes complètes sont en fonctionnement, ce qui est suffisant pour se déplacer d’un quartier à l’autre, si l’on n’a pas peur de faire quelques pas par ci  par là !

Les lignes A et B se croisent à la gare de Termini. C’est à la gare que l’on trouvera… les trains bien-sûr, mais aussi les cars pour rejoindre les deux aéroports (Fiumicino et Ciampino). Différentes compagnies proposent d’acheminer les touristes vers ces destinations. Comptez environ 8 € pour Fiumicino-Termini en prenant les billets aller et retour en même temps (sinon 6 € chaque trajet).

A noter cependant, nous avons perdu un temps considérable dans les bouchons du 23 décembre, et avons regretté de ne pas payer un poil plus cher pour prendre le train… Une prochaine fois !

Pour en revenir au métro, il ne va pas partout, mais on complète au besoin par le bus et les trams. Mais nous ne les avons pas pris, et avons préféré faire marcher nos pieds, pour profiter au maximum de la ville. Cela se fait très bien !

Il faut bien voir que la balade n’est jamais ennuyante, vu que les parcours sont semés de monuments !

Je gardais un souvenir angoissé du métro romain, car lors de ma visite avec l’école, nous avions été sermonnés au sujet des pickpockets, qui étaient effectivement très présents. Mais cette année, je me suis sentie aussi à l’aise dans le métro romain que dans le métro lyonnais… On voyait des gens sortir leur Ipad et pianoter dans la foule. Les romaines ne s’agrippaient pas à leurs sacs. L’endroit n’est pas sublime, et les locaux du métro sont même souvent bien décrépis. Mais cela reste « potable », et bien pratique !

Seul hic, les machines qui distribuent les tickets ne prennent pas la carte de crédit. Il faut avoir de la monnaie, et si possible de la petite monnaie, car nos billets de 50, 20 et même 10 € étaient souvent refusés faute de fonds suffisants pour nous rendre la monnaie…

Nous n’étions pas les seuls touristes à pester contre les machines !

Le ticket simple coûte 1,50 € pour 100 minutes, et l’on peut acheter des tickets 24, 48 et 72 heures !

Dernier détail, mais pas des moindres… la plupart des stations annoncées comme accessibles pour les personnes à mobilité réduite, ne le sont pas réellement. Elles sont bien dotées d’ascenseurs, mais une fois sur deux, ceux-ci sont en panne. Nous l’avons constaté car parfois il y avait de grands escalators, dont j’ai une horreur absolue, et il n’a pas été possible de les contourner…

Nous n’avons pas vraiment fait de lèche-vitrine, faute de temps. La priorité est allée à la balade, et aux visites plus culturelles. Néanmoins, nous avons pu croiser quelques vitrines superbement décorées pour les fêtes…

Le touriste à la recherche d’articles de luxe se dirigera vers la Piazza di Spagna, où il trouvera Gucci, Dolce&Gabbana, Dior, Chanel, et autres marques de grande renommée…

 

Le touriste plus fauché pourra se rabattre sur des marques plus accessibles, et rapporter des souvenirs type Colisée en résine, pour 1 € seulement !

 

On trouve des boutiques de souvenirs, qui croulent sous les porte-clefs, magnets, torchons décorés avec les monuments romains, armures de gladiateurs pour enfants, et autres bidouilles du même style. Les prix ne sont pas forcément plus élevés qu’auprès des vendeurs ambulants.

Cette année, la mode était aux étoles imitation Burberry et aux perches à selfie. J’en étais au point de garder mon mini-trépied à la main, pour ne plus avoir à répondre aux vendeurs « no grazie » toutes les trente secondes !

Roma

Petit marché pour touristes, entre la station de métro et la piazza del Popolo

Colosseo di Roma

Una passeggiata romana…

A Noël, les romains sont massivement en vacances, et passent leur temps en famille. Mais, à Rome l’activité ne s’arrête pas totalement. Déjà, il faut voir que la promenade est d’origine italienne. C’est une habitude pour les italiens, de sortir, et de marcher, en famille, et ce depuis des siècles. On se fait beau, et on sort pour voir et être vu.

Ce n’est donc pas parce-que les gens sont en famille, que les rues sont vides, bien au contraire !

On croise beaucoup de monde dehors, notamment aux abords du Colisée, d’autant plus que les rues ont été rendues piétonnes pour Noël et le 26 décembre !

Les vendeurs de rue sont là également, à proposer des sortes de bombes à eau faites de ballons de baudruches, des châles à carreaux, des perches à selfies, bref les mêmes trucs que toute l’année !

***

A Noël, on trouve des marchés de Noël, bien-sûr, notamment piazza Navona, où est également installée une petite fête foraine. Ne cherchez pas un truc énorme, car ici point de grande roue, mais seulement un joli carrousel et quelques stands pour tenter de gagner des peluches géantes !

On croisera de nombreuses crêches (presepe), dans les églises et sur les places. Certaines sont totalement traditionnelles, et d’autres bien plus originales, comme cette crêche des artistes à proximité de la piazza del Popolo.

IMG_0343

IMG_0344

On peut déguster une glace, même si franchement, ce n’est pas la période rêvée… Chez eux les italiens accompagnent panettone et/ou pandoro de glace (au citron le plus souvent) mais dans la rue, les lécheurs de crème glacés sont souvent les touristes étrangers… Les marrons chauds font plus envie, à 3-4 € le cornet environ !

Je vous laisse et vous dis à très bientôt pour plus de détails sur mon séjour romain. Et vous, avez-vous déjà visité Rome ? Qu’avez-vous gardé comme souvenir ?