Versailles – la série qui te la joue royale

J’aime l’Histoire, sans pour autant être une experte, loin de là ! J’apprécie de regarder des films et séries historiques, tout en gardant à l’esprit qu’il y a forcément eu des adaptations, des parties romancées pour rendre le divertissement plus intéressant pour les téléspectateurs lambdas.

J’ai commencé à visionner Versailles, sans a priori, juste pour le plaisir…

La série compte trois saisons, et a été diffusée à partir de la fin de l’année 2015 sur Canal+.

La saison 1 que je viens de terminer, compte dix épisodes, de 50 minutes chacun.

Sacrilège crierons certains, elle a été filmée en anglais… Mais j’ai choisi de la regarder en version doublée, car voir Louis XIV parler la langue de Shakespeare me semblait étrange.

landscape-1464799101-10613835-low-res-versailles.jpg

***

L’histoire commence en 1667. Louis XIV a alors vingt-huit ans, et décide de fixer le siège de son pouvoir absolu à Versailles, où se trouve le pavillon de chasse de son défunt père.

Pour garder les importants à portée de main, et tout surveiller au mieux, il lance la construction d’un projet titanesque, sans s’arrêter aux objections des différents intervenants. Versailles est éloigné de Paris ? Les routes qui y mènent sont peu sûres ? Le terrain est marécageux ? Et alors ?

***

arton77482.jpg

Versailles a beau situer son intrigue au dix-septième siècle, c’est une série très actuelle. Entendez par là qu’elle reprend les codes des séries qui marchent en ce moment. Toutes les quinze minutes, il y a soit du sexe, soit de la violence. C’est dans le contrat.

Est-ce gênant ? Honnêtement non, parce-que j’imagine bien qu’au dix-septième à la cour, il devait effectivement y avoir du sexe et de la violence.

Les scènes ont été tournées à Versailles, mais aussi dans d’autres lieux chargés d’Histoire, comme à Vaux le Vicomte ou Rambouillet, et bien-sûr, les acteurs sont en costumes d’époque.

***

La série se regarde bien, et permet de se rappeler les grandes lignes de nos cours d’Histoire. On voit comment Louis XIV règne en monarque absolu sur une cour qui se passionne pour les complots et jeux d’influence. On observe comment les rapports de force changent rapidement, comment certain(e)s se positionnent en écrasant les autres.

Dans chaque épisode ou presque, on peut constater à quel point il était facile de se faire empoissonner ou couper la tête pour trois fois rien…

La médecine n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui, je ne vous apprends rien, et les saignées que Molière critiquait dans ses pièces n’ont pas été oubliées des scénaristes.

Il se passe toujours quelque chose à la cour, et les nombreux personnages secondaires qui gravitent autour du roi, apportent tous leur dose d’intérêt à cette série. J’ai particulièrement apprécié le personnage étonnamment moderne de Monsieur, le frère du Roi connu pour son homosexualité assumée.

Je vais enchaîner, en visionnant la saison 2, preuve que la première saison m’a véritablement convaincue… Et vous, vous connaissez cette série ? Vous l’avez déjà regardée ?

 

Publicités

La Quatrième Dimension [DVD]

Lors d’une petite balade chez Noz, mon homme a trouvé des DVD à 0,50 € pièce, qui semblaient fort vieillots, et m’inspiraient je dois le dire, assez peu confiance. Il m’a expliqué qu’il s’agissait d’une série qu’il regardait à la télé lorsqu’il était enfant.

Alors, disons-le tout de suite, mon homme n’a pas 60 ans, et cette série était déjà une rédiff assez vieille pour l’époque !

En effet, la Quatrième Dimension est une série fantastique américaine initiée en 1959. Elle est en noir et blanc, et a été restaurée, pour être proposée en DVD. Au total, il existe plus de 150 épisodes : 138 épisodes de 25 minutes et 18 épisodes de 50 minutes !

 

 

Cette série mêle fantastique et surnaturel, avec parfois une petite dose d’épouvante…

J’ai généralement du mal avec les vieilles séries et les vieux films, car je peine à entrer dans l’histoire, la « faute » aux images et au son d’époque. Mais ici, j’ai été surprise en bien ! Certes, on n’oublie pas que les épisodes ont pris de l’âge, mais la qualité de l’image est vraiment bonne, et les histoires sont suffisamment qualitatives aussi, pour nous prendre totalement au jeu !

***

View this post on Instagram

#Série #QuatrièmeDimension

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Il y a une voix off qui nous présente la situation, et nous découvrons des personnages nouveaux à chaque épisode. Il est tout à fait possible de regarder les épisodes dans le désordre, car les histoires ne sont pas liées les unes aux autres.

***

A ce jour, mon épisode préféré est celui qui met en scène une actrice dans la fleur de l’âge, qui ne vit que dans ses souvenirs. Elle regarde ses vieux films, et ressent beaucoup de nostalgie. Un jour elle parvient à retourner dans ses films, et à retrouver sa vie de l’époque…

Les histoires sont simples, et il n’y a pas d’explications tarabiscotées. Ce sont juste des faits, qui sortent de l’ordinaire.

Personnellement, nous passons toujours un bon moment devant cette série… Et vous, connaissiez-vous déjà ?

 

[Série] Maison Close

Je regarde peu la télévision, et ai des tonnes de séries entamées laissées en suspens, car finalement, je préfère me mettre au lit avec un bon bouquin, plutôt que de m’installer sur le canapé devant un film ou une série. J’ai ainsi laissé en suspend Game of Throne (fallait pas tuer Khal Drogo !), Orange is the New Black, Heroes, Misfits, Once Upon a Time in Wonderland, et bien d’autres. Mais cela ne m’a pas empêché d’acheter la saison 1 de Maison Close en vide-grenier dernièrement… Pourquoi ? Car cette série Canal + m’a toujours attirée, et qu’à 1 € la saison, je ne prenais pas de grands risques…

Je l’ai donc achetée, et finalement je l’ai visionnée très rapidement, avec mon homme. Le format des épisodes (entre 52 et 55 minutes pour la saison 1) est parfait pour les soirs de la semaine. Nous avons pris l’habitude d’en regarder un pendant le repas.

image

L’histoire est très simple. Peu après la Commune de Paris, à la fin du XIXème siècle donc, nous suivons le quotidien d’une maison close. Le Paradis est un lieu de luxure réputé, et les prostituées qui le peuplent sont parmi les plus jolies. Il y a Véra, Angèle, Bertha, mais aussi la nouvelle, la pucelle : Rose.

Et puis pour « manager » ces beautés, on trouve Hortense, la patronne, aidée de Marguerite. Son frère (le frère d’Hortense) n’est jamais bien loin…

Dans le bordel, le quotidien est rythmé par les clients, qui ont des goûts plus ou moins classiques. On voit bien-sûr des scènes de baisades, des seins, des fesses. Ce n’est pas un film érotique, mais pas forcément une série adaptée au plus jeune public pour autant.

Et puis, à côté de cela, se greffent quelques intrigues, avec notamment une petite dose de cadavres.

Les filles sont globalement là de leur plein gré, (même si elles sont retenues par des dettes) à l’exception de Rose, qui s’est retrouvée piégée…

***

image

***

J’ai aimé visionner Maison Close, car j’apprécie les séries qui me font changer d’époque. Les costumes et décors mettent tout de suite dans l’ambiance. La plupart des scènes se déroule dans la maison close et on voit peu le Paris de l’époque, mais ce n’est pas forcément gênant.

La bande son est intéressante également, avec des musiques modernes qui rythment parfaitement certaines scènes clefs. Et les actrices sont globalement talentueuses, avec une mention spéciale pour Anne Charier, qui incarne Véra, avec des airs de Monica Bellucci par moments !

Ceci dit, l’histoire reste assez plate, et on a rapidement l’impression de tourner en rond. Il y a quelques rebondissements, mais rien de bien marquant. Cela explique probablement que la série se soit essoufflée et que Canal+ l’ait arrêtée après la saison 2… Dommage car il y avait du potentiel.

J’ai trouvé certains aspects assez peu creusés. On passe parfois trop rapidement sur un évènement, alors qu’il y aurait de quoi s’attarder un peu plus. Du coup, il n’y a pas vraiment de suspens… C’est plus une série d’ambiance…

Rose par exemple, arrive comme une pucelle effarouchée (qu’elle est) mais vire rapidement femme fatale, et arrive à embobiner son monde en quelques épisodes… peu convaincant à mon sens !

Au départ, je m’attendais à du scandale, à du chantage, et à des intrigues. Mais finalement, il ne se passe pas grand chose… Même le personnage de Rose est sous-exploité. Cela commence fort, et on se dit « chouette » mais cela retombe comme un soufflé.

Dommage.

Du coup, quand l’épisode se termine, on est content d’avoir passé une petite heure devant cette histoire, mais rarement tentés de continuer avec un second épisode !

***

L’homme a émis le même avis que moi… Cela se regarde, mais ce n’est pas la découverte de l’année… On pourra revendre le coffret en vide-grenier à notre tour !