Un Amour Impossible [Théâtre]

Nous n’allons pas souvent au théâtre. L’homme Nibus n’aime pas cela. Il m’a toujours dit que le théâtre le mettait mal à l’aise car il n’arrivait pas à se plonger dans l’histoire.
Malgré cela, j’ai tenté ma chance à un concours sur une radio locale, et j’ai gagné deux places pour Un Amour Impossible. Oups !

***

Il s’agit de l’adaptation du roman du même titre, écrit par Christine Angot.

Je ne vais que très rarement au théâtre, vous l’aurez compris, donc je critique très très rarement des pièces de théâtre… Alors je vous remercie par avance pour votre indulgence. :-p

*

Deux femmes sont seules en scène pendant presque deux heures ; une fille et sa mère.

Dans le rôle de la mère, Bulle Ogier, dans celui de la fille, Maria de Medeiros (son visage ne vous sera probablement pas inconnu… elle a joué notamment dans Pulp Fiction).

Au départ il est question de l’enterrement du père, auquel la mère n’ira pas. Elle ne ressent rien par rapport au décès de cet homme. Sa fille insiste « Rien de rien Maman ? Tu ne ressens rien ? Vraiment rien ? »

La fille irait à cet enterrement, mais pas seule. Or, qui pourrait bien l’accompagner ?
Et puis au fond, pour quoi faire ?

Il y aura beaucoup de personnes, mais aucune qu’elle connait.

Ce jour, elle l’a imaginé tant de fois. Elle se voyait parmi la foule des gens en noir, venus pleurer son père. Elle les embêterait bien à être là. Elle hurlerait en leur demandant ce qu’ils avaient à pleurer cet homme ; un homme qui a violé sa propre fille !

Et la comédienne crie cette dernière phrase. Toute l’horreur nous explose en plein visage.

Ensuite, on revient en arrière et l’on découvre toute l’histoire…

 

Maria de Medeiros incarne la fille adulte et enfant. Elle n’est pas grimée et garde le même tailleur. Pourtant, on adhère immédiatement à son jeu quand elle se glisse dans la peau d’une gamine qui rentre de l’école.

Sa gestuelle est impeccable. Sa voix aussi. Elle n’a nul besoin de surjouer. Cela coule de source.

Les deux femmes nous entraînent dans une terrible histoire de famille. Il y est question de rang social, de honte, et d’inceste. Mais finalement, le centre de l’histoire, reste avant tout la relation mère-fille.

La fille tente de comprendre pourquoi son propre père a agi de la sorte avec elle, et pourquoi sa mère a encore tant de mal à réagir autrement qu’en se rabaissant.

***

La pièce nous a énormément touchés. Nous avons été convaincus et bouleversés par l’histoire et par l’interprétation des deux comédiennes… En sortant du théâtre nous avons longuement parlé du spectacle et continué à analyser l’histoire…

Nous en avons encore parlé le lendemain. C’est vous dire comme il nous a marqué…

Plus d’infos par ici : CDN Besançon

Et je vous quitte avec cette vidéo de Christine Angot, qui présentait son livre Un Amour Impossible sur le plateau de Laurent Ruquier : Par ici

Publicités

Un après-midi au Château de Montby…

Nous avons de jolis coins en Franche-Comté, et le Château de Montby, situé à proximité de Rougemont en fait partie. C’est un château qui daterait du XIème ou XIIème siècle. Détruit et reconstruit plusieurs fois, il porte l’empreinte de différentes époques.

Une association, Les amis du Château de Montby contribue à sauvegarder ce site médiéval, et organise notamment une fête médiévale fantastique, pour faire connaître l’endroit, et récolter des fonds.

Cette année, la fête avait lieu les samedi 9 et dimanche 10 juillet, et malgré la chaleur écrasante, nous nous y sommes rendus entre amis !

Fête de Montby

***

Après environ 40 minutes de route depuis Besançon, en passant par une petite départementale sinueuse, nous accédons à un parking dans un champ, et rejoignons le château à pieds. L’entrée coûte 2 € par personne (gratuit pour les enfants).

Tout de suite, l’ambiance nous a plu, avec un accueil ultra souriant, et des gens en costumes d’époque !

Fête de Montbu

De nombreuses animations nous attendent, ainsi que des stands de vente de produits artisanaux. Épées en bois pour les enfants, bijoux artisanaux, manchettes en cuir, ferronnerie d’art, pain d’épeautre, calligraphie, il y en a pour tous les goûts, et tous les budgets.

Fête médiévale de Montby - Franche-Comté

On jette un œil au programme, et décide de suivre la visite du château, organisée chaque heure. Oui mais… le guide ne parle vraiment pas fort, et du coup même en tendant l’oreille, on ne capte vraiment aucun info. Tant pis, nous choisissons de nous balader dans les alentours, et de suivre les animations !

IMG_0224

L’ambiance est vraiment sympathique, cela se confirme, notamment grâce aux nombreux figurants qui arpentent les lieux en déguisements. Un groupe joue des instruments médiévaux. Un artisans expose ses créations en chaux.

Nous achetons une jolie reproduction de dessin à l’encre, pour envoyer à un copain passionné de Moyen-Âge, et goûtons du pain préparé comme à l’époque, à la farine d’épeautre et de seigle… miam !

L’attaque des vikings fait un peu peur au petit Louis, mais la frayeur est bien vite oubliée devant le spectacle qui met en scène une créature magique, grimée en vert, qui crache du feu !

IMG_0179

On cuit un peu en plein soleil, alors on se laisse tenter par l’une des trois buvettes, et s’offre une bonne canette bien fraîche, et bien méritée ! Nous goûtons également l’hypocras, boisson à base de vin et d’épices.

 

 

En résumé, cette fête nous a beaucoup plu, et nous y reviendrons avec grand plaisir !

Et vous, avez-vous déjà assisté à ce type de manifestation ? Dites-moi tout ! 🙂

 

 

Retour chez Ma Mère

J’avais gagné deux places de cinoche pour aller voir la dernière comédie d’Eric Lavaine, à qui l’on doit également Poltergay (je l’ai vu récemment et j’ai bien rigolé) et Barbecue.

Je n’étais pas sûre que mon homme serait très emballé, car il est généralement assez réticent à aller voir des comédies françaises, mais je lui ai néanmoins proposé… Il a accepté de m’accompagner.

 

***

Retour Chez Ma Mère est une comédie française actuellement à l’affiche. Alexandra Lamy incarne une quarantenaire qui se retrouve à emménager chez sa mère après que son entreprise a coulé.

Stéphanie, c’est son prénom, n’a plus de toit, plus de compte en banque, et même ses « amis » sont aux abonnés absents depuis qu’elle est au chômage.

Retourner vivre dans l’appartement surchauffé de sa Mère, a de jolis côtés, mais elle voit surtout les inconvénients ; les CD de Cabrel qui tournent en boucle, par exemple.

Ce que Stéphanie ignore, c’est que sa maman vit peut-être encore moins bien la situation…

***

IMG_6267

Difficile de vous en dire plus sans spoiler. Mais croyez-moi, cette comédie est bien ficelée. Les rebondissements sont nombreux et on rit pour de vrai, tout au long du film !

S’il n’est pas trop tard, je vous conseille de ne pas regarder la bande-annonce, car elle contient une partie de la meilleure scène du film… et ce serait dommage de gâcher l’effet de surprise.

Josiane Balasko campe une maman très crédible et diablement attachante. Inutile de préciser que son jeu d’actrice est époustouflant. Elle n’en est vraiment plus à faire ses preuves…

On a plaisir également à retrouver Mathilde Seigner, dans un rôle de grande gueule au cœur tendre. À noter également, la présence de Philippe Lefebvre (qui restera pour moi, éternellement, l’un des mecs de Clara Sheller, ma série culte), Jérôme Commandeur, et Patrick Bosso, qui fait une courte apparition assez sympathique…

Il y a de jolis quiproquos, mais aussi de vraies réflexions, et des situations que l’on peut vivre dans n’importe quelle famille ! Ce qui m’a plu, c’est le bon dosage entre comédie et réalité. Certes, certains points sont un peu forcés, et c’est le propre de la comédie, mais on reste sur une histoire qui se tient, et on peut assez facilement y croire…

Du coup c’est un film qui pourra parler à tout le monde, et plaire au plus grand nombre.

Je me suis régalée et n’ai pas vu passer l’heure et demi. Mon homme, pourtant peu friand de films français, a bien apprécié également. Il a passé un bon moment.

 

Exposition Barbie aux Arts Décoratifs

Quand j’ai dit à plusieurs amis que je comptais visiter l’expo Barbie, j’ai recueilli des réactions surprises et amusées. Normal.

Et pourtant… la célèbre poupée mannequin n’est pas si superficielle que l’on pourrait le croire. Ce n’est pas parce-que l’on mesure seulement 29 centimètres, rehaussés par des escarpins roses à talons que l’on n’est pas sérieuse. Au contraire…

***

Avant toute chose, pour les tarifs, horaires, et informations utiles, je vous donne le lien vers le site des Arts Décoratifs :

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/actualites/expositions-en-cours/jouets/barbie/

L’Expo se termine le 18 septembre 2016, alors vous avez encore tout l’été pour la découvrir !

***

Lorsque la Maman de Barbie a eu l’idée de la créer en observant sa propre fille qui s’amusait à confectionner des poupées en collages, elle a bouleversé tous les codes qui régissaient alors le monde des poupées ! C’était le début d’un énorme succès, qui dure encore aujourd’hui.

Il faut remonter 57 ans en arrière, et imaginer que jusque là, les enfants jouaient avec des poupées représentant d’autres enfants. Ils imitaient leur maman, avec des poupons à câliner. Les poupées parisiennes, richement vêtues, servaient à exposer le raffinement à la française, mais n’étaient pas véritablement des jouets.

IMG_4890

Barbie n’est pas un poupon. C’est une poupée femme, avec une ligne improbable certes, mais des formes très féminines malgré tout.

L’enfant ne joue plus à la Maman, mais se projette dans sa future vie de femme, à travers Barbie.

Barbie, sous ses airs de femme futile, ne se définit pas dans un rôle d’épouse et de mère. Elle a une famille certes, et a même fait des infidélités à Ken en fréquentant Blaine. Mais tout ceci reste secondaire…

***

Barbie est avant tout dentiste, vétérinaire, candidate aux élections américaines. Elle peut être équipière chez Mc Do, ou Fitness girl. Peu importe, Barbie sait ce qu’elle veut. Elle a des passions ! Elle est indépendante, « complète » aurait-on envie de dire.

Si Barbie a un corps qui fait tant parler, tout en jambes, la taille plus que fine, avec une opulente poitrine, c’est pour coller aux idéaux des époques qu’elle traverse, mais aussi pour être adaptée aux petites mains des enfants, et facile à habiller ! On ne cajole pas Barbie, on l’habille, on la coiffe, on la fait évoluer dans des maisons spécialement conçues pour elle !

Barbie est une poupée. Mais elle est aussi un univers fait de publicités qui la mettent en scène, de packagings savamment étudiés. L’élaboration des boîtes est un travail à part entière, car elle permet de mettre le jouet en valeur, et de séduire les principales intéressées ! Les pubs télés ont assez mal vieilli, mais ont donné envie (et continuent de le faire) à des générations entières de mômes ! L’expo nous permet d’en revisionner certaines.

Ce sont tous ces points que l’Expo aborde, et d’autres encore, au travers de panneaux explicatifs bilingues (français/anglais), de vidéos et bien-sûr de poupées !

On découvre le premier modèle de poupée Barbie, des pièces sorties en édition limitée, mais aussi des best sellers avec lesquels on a pu jouer dans un passé plus ou moins proche.

C’était amusant d’entendre d’autres visiteurs s’exclamer « Oh je l’ai eue la Barbie gymnaste ! » « Ah mais je me souviens de cette pub !« .

J’ai eu grand plaisir à en apprendre plus sur les coulisses du succès de Mattel. J’ai adoré découvrir les milles carrières de Barbie. J’ai souri en revoyant des Barbies avec lesquelles j’avais moi-même joué…

Mon homme n’a jamais joué aux poupées Barbie (c’est du moins ce qu’il affirme !!) et il a beaucoup aimé cette expo également. Il a trouvé intéressant de découvrir la success Story de Barbie. Il a également apprécié les maquettes qui servaient à mettre en scène la célèbre poupée.

Barbie est donc une expo réussie, que je vous conseille de visiter… L’entrée au tarif « normal » coûte 11 € 00.

Nous avons mis 1 h 30 à en faire le tour, mais n’avons pas vu le temps passer !