Aide-Moi – Nicci French

Est-il encore nécessaire de présenter Nicci French ? Ce pseudonyme qui cache en réalité un couple (Nicci Gerrard et Sean French) a signé plusieurs romans, parmi lesquels Charlie n’est pas Rentrée, que j’avais beaucoup apprécié…

Il faut dire que j’ai plaisir à lire des thrillers que je qualifie de « soft », à base de disparitions inquiétantes, sans cadavres ou alors très très peu !

téléchargement.jpg

Aide-Moi est paru en 2007. Ce roman met en scène le personnage de Holly, une jeune femme associée de sa propre entreprise, heureusement mariée à un homme attentif et aimant. Malgré un environnement qui semble des plus favorable, Holly enchaîne les erreurs de parcours, et se met de plus en plus en danger.

Le roman s’ouvre sur une nuit de débauche, au cours de laquelle elle finit au lit avec un parfait inconnu. Au réveil, Holly ne se remémore que des bribes de sa soirée.

*

Autant le dire de suite, j’ai eu du mal à avancer dans ce roman. Je n’accrochais pas au personnage de Holly que je n’arrivais pas à comprendre. Je ne ressentais aucune empathie pour cette femme qui paraissait prendre un malin plaisir à se mettre dans des situations dangereuses et désagréables, sans raison apparente.

La clef d’un bon thriller, avant même d’avoir un dénouement qui vaut le coup, c’est de proposer un personnage principal auquel on s’identifie, et pour lequel on tremble tout au long du récit, non ?

Ici, Holly enchaîne les confrontations violentes, les prises de risques, et creuse toujours plus profond, comme si elle recherchait le désastre.

En prime, la personnalité des personnages est assez peu travaillée. On se penche beaucoup sur le trouble psychologique de Holly, mais cela ne suffit pas à la connaître, et à la rendre réelle pour le lecteur. Du coup, j’ai eu l’impression de rester en dehors de ce roman.

L’écriture du duo est efficace, comme toujours, et c’est ce qui a sauvé ce livre, et m’a permis de ne pas l’abandonner en cours de route. Mais malgré cela, je n’ai pas été transportée. J’avais deviné la fin assez rapidement, ce qui est très rare quand je lis un thriller.

Mon impression est donc des plus mitigée. S’il fallait vous conseiller ou non ce roman, je pense que je vous dirais de lire déjà d’autres titres de Nicci French, car Aide-Moi n’est clairement pas le meilleur !

Publicités

Enquête à l’italienne… Un Giorno Perfetto per Uccidere

Aujourd’hui je vous présente un roman giallo, c’est à dire « jaune« . C’est ainsi que l’on désigne un polar italien, en référence à la couleur de couverture de ce genre littéraire. Un Giorno Perfetto per Uccidere (Un Jour Parfait pour Tuer) est un thriller de Mario Mazzanti, que j’ai acheté en version papier lors de mes vacances en Italie. Malheureusement, si vous ne lisez pas l’italien, vous ne pourrez pas profiter du talent de Mazzanti, car à ce jour, son oeuvre n’est pas traduite. Mais je voulais néanmoins vous en parler, car j’ai beaucoup apprécié ma lecture.

Un Giorno Perfetto per Uccidere nous emmène dans le nord de l’Italie, dans un village lombard, où un crime parfaitement ignoble a été commis. La petite Ami, jeune fille d’origine sénégalaise, a été tuée et on a retrouvé son corps, amputé d’un petit doigt.

Le Commissaire Sensi mène l’enquête, aidé de son vieille ami et Criminologue renommé, Claps.

*

Un bien bon #thriller avec une fin énormissime ! 👍 #danstoutesledlangues #giallo #romanzo

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ce livre m’a beaucoup plu car il m’a apporté tout ce que j’attends d’un bon polar. D’une part, même s’il débute sur une sordide affaire d’assassinat d’enfant, il ne part pas trop dans les détails insoutenables. Ensuite, le contexte est clairement exposé, et les personnages sont présentés avec soin, ce qui fait que je ne me suis jamais mélangé les pinceaux. Et puis bien-sûr, c’est la clef pour un bon bouquin à suspens… l’auteur a pris soin de nous fournir tout un tas de pistes, et de nous laisser suspecter des gens qui n’avaient rien fait de mal ! Je n’avais donc pas deviné le dénouement, et j’ai adoré être surprise par la chute…

Un bien bon bouquin, à dévorer si vous lisez l’italien !

Le Voyageur de Noël – Anne Perry

Bonjour à tous et… joyeux Noël !

Ce billet est programmé pour se poster automatiquement, car à l’heure où il apparaîtra sur le blog, je serai en réalité à l’étranger… Mais chut, je n’en dis pas plus, car vous aurez la surprise de découvrir les photos à mon retour… !

La couverture de ce livre aux éditions 10/18 me laissait penser qu’il serait totalement de saison. Et en effet, l’action du Voyageur de Noël se situe un peu avant Noël, en Angleterre. Nous sommes en 1850.

1540-1

En réalité, point de Père-Noël impliqué dans cette histoire. Les protagonistes sont les frères Dreghorn, qui se réunissent chez la veuve de l’un d’entre eux, afin d’élucider la disparition de Judah (oui, Judah Dreghorn, et pas le Judah de la Bible hien).

En effet, Judah vient de mourir, et les circonstances qui entourent son décès sont assez troubles. En plus, un certain Gowell porte des accusations très graves à l’encontre du défunt, juge pourtant très respecté…

Henry, ami de la famille, et parrain de la veuve de Judah, Antonia, mène l’enquête…

***

Il s’agit du second roman d’Anne Perry que je lis, et comme la première fois, j’ai été totalement séduite par ce livre. Le Voyageur de Noël est un roman particulièrement court (160 pages) et l’action se lance donc immédiatement. Vu la taille du livre, il ne faut pas s’attendre à de nombreux rebondissements, ni à s’imprégner totalement, mais malgré tout, Anne Perry parvient à créer un bon suspens, et à nous proposer un dénouement digne de ce nom.

Le style est fluide, très abordable. On lit sans aucun effort, et sans jamais avoir besoin de revenir en arrière.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance dans la maison des grands lacs, avec cette famille qui se réunit pour espérer trouver une explication au drame qu’elle vient de vivre.

Je ne me suis pas mélangé les pinceaux entre les différents personnages, et j’ai trouvé l’histoire totalement divertissante !

 

***

J’avais proposé ce livre en lecture commune sur Livraddict. Voici le lien vers le billet de Mandorla, qui a lu ce roman en même temps que moi…

Emily Blunt prend le train…

Le roman  de l’écrivaine américaine Paula Hawkins fait couler beaucoup d’encre de pixels. J’en avais lu énormément de bien sur les blogs, et m’étais posé la question de le lire, car il semblait correspondre à mes goûts en matière de thriller (j’aime mes thrillers pas trop saignants, à base de personnages lambdas, et pleins de rebondissements). Mais comme souvent, j’avais traîné, et… l’adaptation ciné était sortie avant que j’ai mis la main sur le livre !

J’ai donc craqué et j’ai choisi le film plutôt que le roman (je ne lirai pas le livre vu que je connais le dénouement).

La Fille du Train voit son action se dérouler à Londres, mais pour le film, elle a été transposée à New-York. C’est Emily Blunt, l’Emily du Diable s’Habille en Prada, qui campe le personnage de Rachel, dépressive et alcoolique depuis que son mari l’a quittée pour une autre. Chaque jour, Rachel prend le train de banlieue pour rejoindre New-York. Chaque jour, elle regarde par la vitre du train, ce qui se déroule dans les maisons qui bordent la voie ferrée… une maison en particulier, celle des voisins de son ancienne maison, où vit un couple a priori parfait. Ils sont jeunes, beaux, et semblent s’aimer à la folie… Elle leur imagine une vie sans nuage, une existence de couple modèle… jusqu’au jour où… … …

***

la20fille20du20train20photo2

Certains ont reproché au livre d’être un peu longuet, et je pense que ces mêmes personnes regretteront la même chose avec le film. Il est un peu long à se lancer, et au départ on se demande où l’on va. Mais personnellement cela ne m’a pas gênée, au contraire, car j’ai trouvé que cela permettait de bien s’imprégner de l’univers de Rachel, et de découvrir les personnages de façon très intéressante.

Je n’ai pas trouvé le temps long.

Emily Blunt est saisissante dans son rôle de femme brisée. Les autres acteurs sont également très crédibles (Haley Bennett, Rebecca Ferguson, Justin Theroux, Luke Evans).

499684

Ce film est un puzzle, que l’on reconstitue morceau par morceau. Parfois on se trompe de pièce, et il faut revenir en arrière… J’ai adoré partir sur de fausses pistes, suspecter untel, puis untel. J’ai perdu le fil, me suis demandée si je n’allais pas m’emmêler les pinceaux entre différents personnages, mais ensuite j’ai rattrapé l’histoire, pour mieux m’y perdre, et recevoir le dénouement en pleine tronche !

Vraiment… ce thriller m’a conquise. Et l’homme ne pourra que valider, car il a également beaucoup aimé !

The Box vous mettra en boîte…

The Box est un thriller fantastique sorti en 2009. Il s’agit d’une adaptation d’une nouvelle de Richard Matheson.

***

Le réveil indique 5 h 45 quand la sonnette retentit, réveillant un joli petit couple de trentenaires américains. Norma ouvre péniblement les yeux et se traîne jusqu’à la porte d’entrée. Personne. À part un colis…

Le-dit colis contient une mystérieuse boîte, que l’on ouvre avec une clef, non fournie. Seule indication : Monsieur Walter passera à 17 h 00. Ni Norma ni son époux ne connaissent de Monsieur Walter. Ils sont intrigués, mais partent néanmoins chacun de leur côté pour leur journée de travail.

19176349

***

Richard Matheson, vous connaissez ? Là comme ça j’aurais dit non, mais c’est à cet auteur que l’on doit également Je suis une Légende (adapté en film avec Will Smith). Personnellement j’avais beaucoup aimé…

Dès le départ, j’ai été séduite par The Box. J’adore Cameron Diaz donc forcément, cela aide, car c’est elle qui incarne Norma. Mais l’actrice ne fait pas tout. Il y a une vraie histoire avec une belle intrigue.

Cameron Diaz est très crédible dans son rôle de maman et d’épouse des années 70 (l’action se déroule en 76 en Virginie). Son couple avec James Marsden est tout à fait crédible également. Ce sont des américains lambdas, auxquels on peut assez facilement s’identifier.

Quand ils se retrouvent confrontés à un choix compliqué, on se met à leur place, et on se demande ce que l’on ferait face à un tel dilemme… Bien installés sur notre canapé, nous nous sommes posé la question avec mon homme…

L’histoire se lance rapidement et le suspens ne tarde pas à s’installer… pour ne plus jamais retomber ! Le couple se retrouve pris dans un effroyable engrenage.

J’ai cherché à deviner le fin mot de l’histoire et mon homme aussi, mais sans succès ! Le dénouement nous a donc surpris ! Il est à la hauteur du film, absolument ÉNORME.

En un mot comme en cent, The Box est un excellent film. Il nous a bluffé tous les deux !

 

 

 

 

 

Quatorze minutes de Svetlana Kirilina

Il est toujours difficile après avoir refermé un excellent roman, de choisir sa prochaine lecture. On aimerait relire le même livre, retrouver le même plaisir en tournant les pages d’un autre ouvrage… Après avoir terminé Nos Nuits deviendront des Jours, j’avais peur d’entamer un nouveau Feel Good, car je savais que je serais probablement déçue. J’ai donc décidé de changer totalement de genre, et d’opter pour un polar… Quatorze Minutes de Svetlana Kirilina me semblait un bon choix…

La narratrice est une jeune femme, retenue prisonnière par des malfrats…

Elle nous raconte par bribes, les événements qui ont précédés à la situation actuelle, nous permettant de comprendre comment elle s’est retrouvée dans cette position inconfortable.

Il ne reste plus que quatorze minutes jusqu’à l’échéance, son exécution… Plus le temps passe, plus l’on angoisse avec elle, jusqu’au dénouement… Tirera, tirera pas, ne comptez pas sur moi pour casser le suspens !

***

Les flashbacks sont nombreux, et l’histoire se construit de façon non-chronologique, mais comme la narratrice nous précise toujours son âge pour chaque épisode raconté, on arrive facilement à recouper les choses, et à ne pas s’égarer.

La structure du récit m’a beaucoup plu. Le fait de revenir en arrière, et de comprendre chaque épisode à la lueur de ce qui a précédé, petit à petit, m’a semblé fort intéressant.

On se rend compte qu’Adélaïde a enchaîné les mauvais choix, et que de toutes petites modifications dans ses décisions auraient pu lui éviter de se retrouver là où elle est à présent…

Par contre, je n’ai pas accroché plus que cela avec Adélaïde. Elle ne m’a pas particulièrement touchée. Je ne me suis pas identifiée. Je n’ai donc pas véritablement tremblé pour elle. C’est ce qui explique que ce roman m’a divertie sur le moment, mais que je l’ai ensuite bien vite oublié.

Alors comment conclure cette chronique ? Bien je vous dirais que si vous avez l’opportunité de lire ce livre, pourquoi pas, mais ne vous mettez pas forcément à le chercher de façon acharnée, car il existe de bien meilleurs thrillers… ! 🙂

 

On se retrouvera [Laétitia Milot]

Elle passe à la télé chaque soir depuis plus de dix ans. Elle a été mannequin et ses fesses dans la leçon d’Aubade numéro 62 ont fait fantasmé des millions d’hommes, et enrager des millions de femmes. Et comme si tout cela ne suffisait pas, elle sait également écrire, et elle le fait bien !

Qui est-elle ?

Laétitia Milot voyons !

Car celle qui joue Mélanie dans Plus Belle la Vie, a également écrit non pas un, mais des livres… Après Je voulais te dire paru en 2010, la belle serveuse du Mistral a publié On se Retrouvera, en 2013, un polar particulièrement dur, puisqu’il tourne autour d’une affaire de viol.

C’est bête, mais quand une star sort de l’environnement dans lequel on a l’habitude de la voir (en l’occurence, ici la TV) j’ai tendance à être méfiante, comme si une actrice ne pouvait pas être bonne écrivaine. C’est stupide, car il y a pleins de contre-exemples. Cet a priori ne m’a pas empêché d’acheter le roman de Laétitia Milot, car le résumé m’attirait énormément. Et puis même si je ne suis plus PBLV depuis des années, le personnage de Mélanie me reste sympathique.

***

Le livre commence par entrer directement dans le vif du sujet. On nous décrit une scène de viol collectif, difficilement soutenable, très violente. Rien ne nous est épargné, et on ressent un immense dégoût.

***

Ensuite, nous découvrons Margot, jeune femme qui vient de perdre sa maman. Cette dernière lui a confessé un lourd secret avant de disparaître : elle a été victime d’un viol, et Margot est le fruit de ce crime…

Margot ne sait pas bien dans quoi elle se lance en commençant à fouiller le passé. Elle veut retrouver les tortionnaires de sa mère, ceux qui l’ont violée et laissée pour morte au bord d’une route. Son père est parmi eux, son géniteur en tout cas, car il est impensable de le considérer comme un père.

La jeune femme ignore ce qu’elle cherche réellement, mais il faut qu’elle sache, qu’elle trouve les coupables. Ensuite elle verra…

***

Ce livre m’a énormément plu. J’ai beaucoup aimé la façon qu’avait Laétitia Milot de nous décrire les personnages, et de les rendre réels. Le personnage de Margot m’a plu immédiatement et j’ai eu envie de le suivre dans sa quête.

Ensuite, l’histoire se tient. On suspecte tout le monde, mais l’auteure vise encore plus haut, et nous propose une fin tout simplement ha-llu-ci-nan-te, au delà de tout ce que j’avais pu imaginer.

Ce thriller est un énorme coup de cœur. Je le recommande vivement, et serais ravie d’avoir votre retour si jamais vous vous laissiez tenter à votre tour… 🙂