Un Amour Impossible [Théâtre]

Nous n’allons pas souvent au théâtre. L’homme Nibus n’aime pas cela. Il m’a toujours dit que le théâtre le mettait mal à l’aise car il n’arrivait pas à se plonger dans l’histoire.
Malgré cela, j’ai tenté ma chance à un concours sur une radio locale, et j’ai gagné deux places pour Un Amour Impossible. Oups !

***

Il s’agit de l’adaptation du roman du même titre, écrit par Christine Angot.

Je ne vais que très rarement au théâtre, vous l’aurez compris, donc je critique très très rarement des pièces de théâtre… Alors je vous remercie par avance pour votre indulgence. :-p

*

Deux femmes sont seules en scène pendant presque deux heures ; une fille et sa mère.

Dans le rôle de la mère, Bulle Ogier, dans celui de la fille, Maria de Medeiros (son visage ne vous sera probablement pas inconnu… elle a joué notamment dans Pulp Fiction).

Au départ il est question de l’enterrement du père, auquel la mère n’ira pas. Elle ne ressent rien par rapport au décès de cet homme. Sa fille insiste « Rien de rien Maman ? Tu ne ressens rien ? Vraiment rien ? »

La fille irait à cet enterrement, mais pas seule. Or, qui pourrait bien l’accompagner ?
Et puis au fond, pour quoi faire ?

Il y aura beaucoup de personnes, mais aucune qu’elle connait.

Ce jour, elle l’a imaginé tant de fois. Elle se voyait parmi la foule des gens en noir, venus pleurer son père. Elle les embêterait bien à être là. Elle hurlerait en leur demandant ce qu’ils avaient à pleurer cet homme ; un homme qui a violé sa propre fille !

Et la comédienne crie cette dernière phrase. Toute l’horreur nous explose en plein visage.

Ensuite, on revient en arrière et l’on découvre toute l’histoire…

 

Maria de Medeiros incarne la fille adulte et enfant. Elle n’est pas grimée et garde le même tailleur. Pourtant, on adhère immédiatement à son jeu quand elle se glisse dans la peau d’une gamine qui rentre de l’école.

Sa gestuelle est impeccable. Sa voix aussi. Elle n’a nul besoin de surjouer. Cela coule de source.

Les deux femmes nous entraînent dans une terrible histoire de famille. Il y est question de rang social, de honte, et d’inceste. Mais finalement, le centre de l’histoire, reste avant tout la relation mère-fille.

La fille tente de comprendre pourquoi son propre père a agi de la sorte avec elle, et pourquoi sa mère a encore tant de mal à réagir autrement qu’en se rabaissant.

***

La pièce nous a énormément touchés. Nous avons été convaincus et bouleversés par l’histoire et par l’interprétation des deux comédiennes… En sortant du théâtre nous avons longuement parlé du spectacle et continué à analyser l’histoire…

Nous en avons encore parlé le lendemain. C’est vous dire comme il nous a marqué…

Plus d’infos par ici : CDN Besançon

Et je vous quitte avec cette vidéo de Christine Angot, qui présentait son livre Un Amour Impossible sur le plateau de Laurent Ruquier : Par ici

[Lecture] Noces de Sable – Didier Van Cauwelaert

Il est rare que je lise des pièces de théâtre, mais cela peut m’arriver. Fut un temps je me délectais des comédies de Molière. Là, je me suis lancée dans Noces de Sable, de mon auteur préféré : Didier Van Cauwelaert.

Cette pièce date de 1995. C’est amusant car les personnages parlent encore en francs !

Cela se lit vite et bien, car il n’y a que 130 pages, bien aérées. C’est typiquement le genre de livre que l’on peut lire en une seule fois, et d’ailleurs je pense que l’on y gagne, pour se plonger totalement dans le récit !

***

Et de quoi est-il question ?

Sylvie est une romancière, qui a perdu l’inspiration. Son homme est parti. Il était en quelque sorte sa muse. A quoi bon continuer de vivre se demande t-elle face à son cocktail de barbituriques… Et puis elle change d’avis, et passe une petite annonce pour embaucher… un jardinier !

Un jardinier ? C’est une idée comme une autre pour rencontrer le personnage de son futur livre non ? Celui qui l’inspirera ; lui donnera de la matière pour écrire !

Sylvie ne sera pas déçue quand elle rencontrera le drôle d’olibrius qu’est Bruno ! Bourru, encore plus déprimé qu’elle, et totalement obsédé par son ex, Bruno n’y va pas avec des pincettes.

Ce livre est très rapide à lire, et ne vous marquera pas pendant des mois (en tout cas moi, je l’ai assez rapidement oublié). Mais il permet de passer un agréable moment un peu loufoque, avec les personnages de Sylvie et surtout de Bruno, qui ont un petit quelque chose typique des personnages de Cauwelaert.

Ils sont attachants, chacun avec leur passé d’amoureux déçus, avec leurs défenses, leurs agacements.

J’ai aimé lire Noces de Sable, et si c’était à refaire, je le referais. Alors oui, je recommande ce petit livre !