Lors de notre dernière balade à Dijon, nous avions été piégés par le temps, et avions dû renoncer à visiter tout ce qui nous faisait envie. C’est pourquoi il avait été décidé que nous reviendrions !

A l’occasion d’une seconde visite, nous avons découvert l’intérieur de l’église Saint-Pierre, bâtie entre 1853 à 1858 dans un style néogothique.

Eglise Saint-Pierre à Dijon

Eglise Saint-Pierre à Dijon

L’intérieur est relativement sobre, et la plupart des vitraux originels ont été remplacés par des oeuvres récentes, dessinées en 1958.

Eglise Saint-Pierre à Dijon

Eglise Saint-Pierre à Dijon

La visite ne prend pas plus de 10-15 minutes, mais elle nous a plu malgré tout, et permis de prendre quelques jolies photos de rayons de soleil, qui filtrés par les vitraux, donnaient de jolies couleurs à la pierre…

Eglise Saint-Pierre à Dijon

Eglise Saint-Pierre à Dijon

Eglise Saint-Pierre à Dijon

*

Il y a à Dijon, un joli parc qui porte le nom de Jardin Darcy, non pas en hommage à Mr Darcy, d’Orgueil et Préjugés, mais en référence à l ‘hydraulicien du XIXème siècle, Henry Darcy.

Monsieur Henry Darcy avait en effet conçu un réservoir d’eau potable, destiné à alimenter Dijon en eau courante, de façon fort ingénieuse… C’est grace à lui que la ville a eu la chance de profiter de l’eau courante, à une époque où il ne s’agissait pas d’une technologie très répandue. On peut tout à fait imaginer l’influence positive que ce progrès a pu avoir sur le développement de la ville, et sur la santé des habitants !

Du coup, à l’emplacement du réservoir, la ville de Dijon s’est dotée d’un joli jardin public, qui accueille tout naturellement une superbe fontaine…

*

*

A proximité du jardin publique, se trouve un arc de Triomphe, nommé Porte Guillaume, et érigé en 1788, en hommage au prince de Condé, gouverneur de Bourgogne. Cette porte prend la place d’une plus ancienne, dont les bases restaient du XIIème siècle.

Elle changea de noms à plusieurs reprises, pour devenir Porte Guillaume, en référence au religieux Guillaume de Volpiano ou Guillaume de Cluny.

Dijon

*

Dijon

L’Eglise Notre-Dame date du XIIème siècle et se distingue par son architecture gothique.

Avec ses nombreuses colonnes, elle est vraiment remarquable… Personnellement je trouve qu’elle ne ressemble à aucune autre église que j’aurais pu voir à ce jour.

Dijon

Dijon

Dijon

La coutume veut que l’on cherche la chouette, pour la caresser de la main gauche en formulant un vœux… Mais ne le sachant pas au moment de notre visite, nous ne l’avons pas fait. Voilà donc une raison de revenir ultérieurement à Dijon, n’est-ce pas ?

Dijon

 

*

J’espère que ce petit aperçu de Dijon vous aura plu… Connaissez-vous la ville ? Sinon, avez-vous envie de la découvrir ?

 

 

Publicités

Asti et les portes du paradis

C’est fou tout ce que j’ai à vous dire sur Asti, alors que je n’y ai passé qu’une journée ! Je ne m’attendais pas à découvrir tant de choses dans cette ville piémontaise… C’est d’ailleurs pour cela que j’ai été presque déçue, de n’y avoir prévu que deux nuits.

Je vous ai déjà parlé de la cathédrale, de la Collegiata San Secondo, de la tour Troyana, du Palazzo Mazzetti… Et il me reste encore des détails à partager avec vous. C’est parti ?

*

Nostra Signora Porta Paradisi est plus qu’une église. C’est en fait un sanctuaire.

Outre l’église, qui était fermée lors de notre visite, on trouve un petit jardin, avec une mare aux poissons et tortues et une grotte. La grotte est une copie de celle de Lourdes.

Nous sommes arrivés par l’arrière, et avons d’abord découvert la grotte, devant laquelle sont installés de nombreux bancs, avant de nous diriger vers l’entrée de l’église, et de pouvoir contempler sa façade.

Asti

Asti

L’église a été bâtie en 1902, en intégrant le bâtiment primitif. Son style roman-bizantin surprend, notamment grâce à sa coupole de 41 mètres, surmontée d’une vierge dorée.

J’ai trouvé le bâtiment vraiment original, très différent des autres églises, pourtant nombreuses, que nous avions pu visiter pendant ce voyage !

Toujours au centre ville, nous avons pu admirer la Torre Rossa, qui selon une vieille légende, aurait constitué la prison du saint patron de la ville, San Secondo, juste avant son martyr en 119. Il ne reste plus de témoins de cette époque pour l’affirmer avec certitude, mais les habitants y croient suffisamment pour surnommer l’imposante tour « Torre San Secondo ».

La tour a beaucoup évolué au cours des siècles, mais daterait du Iier siècle après JC.

On suppose qu’elle aurait fait partie du mur d’enceinte de la ville, dont elle aurait constitué une porte d’accès.

Aujourd’hui, elle mesure 31 mètres de haut, mais ne se visite pas. A Asti, seule la Torre Troyana se visite.

Asti

Asti

Piazza Fratelli Cairoli, l’on peut admirer une statue équestre d’Umberto I (1844-1900), roi d’Italie (fils de Vittorio Emmanuele II).

Asti

Nous avons ensuite visité le Santuario di San Giuseppe. Cette belle église fut imaginée à partir de 1927 et consacrée en 1931. Elle est donc relativement récente, mais la bouder pour cette raison serait à mon sens une erreur…

Asti

Asti

Asti

Asti

Asti

Asti

*

Marre des églises ? Allez, changeons de registre… Vous saviez vous que le siège de l’entreprise Sacla se trouvait à Asti ? Et bien moi non, et je l’ai appris sur place ! L’entreprise a été crééé en 1939 à Asti, et propose des olives, des antipasti, mais aussi des sauces pour la pasta, et même des pâtes…

Aujourd’hui encore 100 % des produits Sacla sont fabriqués en Italie, sur deux sites, dont celui d’Asti !

ASTI (2)

Cette parenthèse culinaire terminée, j’aimerais conclure notre visite par un petit tour piazza Roma, histoire d’admirer le palazzo Medici et la Torre Comentina.

ASTI (42)

Il y a beaucoup de luminosité, donc mes photos sont très bof… mais bon, il fallait que je les partage malgré tout, car ce bâtiment est vraiment beau… Qu’en pensez-vous ?

ASTI (53)

La porte du bâtiment étant ouverte, je n’ai pas résisté à la tentation d’y jeter un œil, voire deux… et j’ai bien fait.

ASTI (54)

ASTI (55)

ASTI (56)

ASTI (58)

Super chouette, non ? Et bien imaginez que dans ce bâtiment, il y a un salon de coiffure, et que l’intérieur du salon est décoré dans le même thème. J’ai pu constater cela car une cliente est entrée pendant que nous étions dans le hall…

ASTI (63)

Quant à la tour_encore une tour !_ elle date du XIIIème siècle, et mesure 38,55 mètres de haut. L’anecdote, c’est que fut un temps, la tour a servi de poste d’observation, pour arbitrer le palio d’Asti, mais celui-ci se tient désormais trop loin, piazza Alfieri !

ASTI (66)

ASTI (120)

Un dernier petit passage dans la rue commerçante, et nous quittons Asti… mais ce n’est qu’un au revoir ! A presto !

A Dozza on dessine sur les murs

Dozza est une petite commune d’Émilie-Romagne, à un peu moins de 40 kilomètres de Bologne, qui compte quelques 6 500 habitants à la louche.

Malgré sa petite taille, elle est souvent mentionnée dans les documents touristiques, car elle a la particularité d’être une sorte de musée à ciel ouvert. C’est l’homme qui a trouvé mention de ce village dans un guide de l’Italie du Nord. Il n’y avait pas énormément d’informations, et nous ignorions si notre déplacement serait « rentabilisé », mais la curiosité a pris le dessus !

En effet, Dozza doit sa célébrité à de nombreuses peintures, qui ornent les façades des maisons. La Biennale del Muro Dipinto est née en 1965, et s’étale sur quatre jours, au moins de septembre. A cette occasion, des artistes reconnus au niveau national ou international, se donnent rendez-vous à Dozza, pour peindre sur les murs !

 

Dozza est une ville médiévale, qui figure parmi les 100 plus beaux villages italiens. Le camion du livreur passe pile poil sous la porte d’entrée de la ville. Nous avons laissé la voiture un peu plus bas, préférant monter à pieds et profiter des petites rues pavées.

Dozza

Avant de visiter Dozza, nous nous demandions si les peintures seraient bien visibles, et s’il s’agissait d’oeuvre durables. En effet, nous pensions qu’il pourrait être question d’oeuvres éphémères, et donc qu’il n’y aurait plus rien sur les murs en août !

Pas du tout. Ce sont bien des oeuvres faites pour durer.

Si la période de la biennale est l’occasion rêvée pour une visite, car on peut alors voir les artistes en pleine action, une visite en août est également fort intéressante.

Les peintures sont vraiment belles, et l’originalité réside dans le fait que des styles très différents les uns des autres, se côtoient en un même lieu.

Certaines oeuvres m’ont laissée assez indifférentes, quand je suis restée plantée plusieurs minutes devant d’autres.

Dozza

Dozza

En nous baladant au hasard des ruelles, nous avons trouvé l’église. Donc nous sommes entrés par curiosité. Il s’agit de l’église paroissiale all’Assunzione della Vergine, qui daterait du Moyen-Âge, et aurait été reconstruite au XVème siècle, puis rénovée dans les années 1940.

Et puis il y avait cette vieille pub, que j’ai trouvé sympathique. Et oui, il n’y a pas que les pizze en Italie ! Il y a les piadine aussi,  d’épaisses crêpes de froment, préparées à base de Saintdoux (parfois d’huile d’olive) et qui servent de support, pour déguster la charcuterie du coin…

En Emilie-Romagne on trouve des piadinerie un peu partout et il n’est pas rare de croiser des italiens qui en savourent une assis sur un escalier, un coin de fontaine, ou même en marchant !

A Dozza, on admire les peintures, et cela vaut déjà largement la visite… mais si jamais l’argument n’était pas suffisant pour justifier un déplacement, alors sachez qu’il y a aussi une superbe forteresse des Sforza (rocca), devenue résidence nobiliaire de la famille Malvezzi-Campeggi, qui y vécu jusque dans les années 1960.

Dozza

La rocca se dresse en haut du village, comme un gros et beau château de sable, sauf qu’elle est en brique. Elle abrite différents musées, et une œnothèque qui regroupe environ 800 références de vins !

Dozza

Dozza

Je ne vais pas vous poster une photo de chaque oeuvre qui orne les murs de Dozza. Ce serait dommage, pour le cas où vous souhaitiez visiter la ville à votre tour… mais ce n’est pas l’envie qui me manque, tant j’ai adoré ma balader dans cette belle ville, atypique et pittoresque !

Lors de notre visite, le village était quasiment désert. Nous n’avons pas croisé d’autres touristes, et les seuls personnes qui n’étaient pas à la sieste, étaient un groupe de retraités, qui papotaient sur des bancs, à côté de la rocca.

Ne vous attendez donc pas à débarquer dans un village ultra touristique ! Ici point de cartes postales, de restos qui proposent des pizze H24 ou de boutiques de souvenirs ! Et je dirais… tant mieux !

Dozza

J’espère que la visite virtuelle vous aura plu, et qui sait, vous aura aussi donné envie de découvrir Dozza pour de vrai ! En attendant, n’hésitez pas à réagir en commentaire ! @ presto !

Notre visite de Côme tombe à l’eau

Après avoir visité le musée du Bois à Cantù, nous étions tous proches de Côme. Il aurait été stupide de ne pas faire le petit bout de route qui nous en séparait, pour découvrir cette ville lombarde !

Sauf que la météo n’était pas de notre côté, et que lorsque nous avons enfin réussi à sortir du trafic, et à trouver le centre de la ville, il pleuvait abondamment…

COMO (3)

Nous avons grignoté dans la voiture, en espérant une accalmie, qui nous permettrait de visiter sans finir avec une bronchite en tout début de vacances… mais niet.

Alors nous nous sommes résolus à sortir cinq minutes chrono, le temps de prendre une petite photo souvenir de la porte torre…

COMO (9)

C’est là que nous avons vu que nous étions passés à côté d’une belle averse de grêle !

COMO (14)

COMO (18)

Dommage, nous n’avons même pas pensé à nous retourner une fois de l’autre côté de la tour, pour découvrir que vue de l’intérieur, elle était bien plus jolie encore…

Cette tour mesure 40 mètres de haut, et sa construction remonte à 1192. Elle servait à protéger l’entrée principale de la ville.

Il ne reste plus rien des étages de la tour, auxquels correspondaient les paires de fenêtres. L’intérieur est totalement vide, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus. Et donc, il n’est évidemment pas possible de monter dans la tour, seulement de passer dessous comme nous l’avons fait.

COMO (6)

COMO (8)

De Côme, nous garderons un souvenir assez frais et humide… Mais qu’à cela ne tienne, nous reviendrons car nous avons encore plus envie de découvrir cette ville, maintenant que nous en avons eu un tout petit aperçu !

COMO (20)

Alors qui sait, d’ici quelques mois/années, je devrais pouvoir vous proposer un vrai billet sur cette ville !?

Bergame, l’église Sant’Agata

Oui. Je vous ai déjà parlé de Bergame.

Mais je n’avais pas évoqué l’église Sant’Agata. Lorsque l’on chemine le long de la via Colleoni, dans la ville haute, on finit par croiser une petite impasse, appelée Sant’Agata. C’est ici que se trouve l’église du même nom.

La façade ne m’a pas laissé une énorme impression. Elle est assez simple, tellement que je n’ai même pas pensé à la photographier. En revanche, l’intérieur de l’église marque beaucoup plus les esprits.

L’église date du XIIXème siècle, et fut construite sous l’occupation napoléonienne.

Elle comporte une nef, entourée de cinq chapelles, de chaque côté. La plus importante de ces chapelles, est dédiée à Santa Maria del Carmine. On peut y admirer un autel baroque, réalisé par l’architecte Filippo Juvarra.

 

Cette église est un véritable bijou, qu’il serait dommage de ne pas admirer. En effet, les peintures sont dues aux plus grands peintres bergamasques de l’époque. Et l’on n’a beau ne pas être forcément un mordu d’art (je ne suis pas une mordue d’art), on est malgré tout forcément un peu touché…

Je vous conseille donc de passer par la chiesa Sant’Agata, ne serait-ce qu’en coup de vent, si vous visitez la ville haute de Bergame…

 

 

 

Mulino delle Orti – Piacenza [Italie]

L’été 2016, nous avons découvert la ville italienne de Piacenza, en Emilie-Romagne. Chef-lieu de la province du même nom, Piacenza est à la « frontière » avec la Lombardie, tout près de Milan, et bénéficie donc de l’activité économique de ville lombarde.

Nous étions logés à Piacenza même, à quelques centaines de mètres du centre ville.

Mulino delle Orti

Mulino delle Orti à Piacenza, est un « affitacamere » c’est à dire un établissement proposant des chambres à la location. Ce n’est ni vraiment un hôtel, ni vraiment un B&B. C’est entre les deux et je ne trouve pas vraiment d’équivalent en France.

La nuit en chambre matrimoniale, sans petit-déjeuner, nous a coûté 43 € au mois d’août. Notez cependant que dans les terres, ce n’est pas une période haute du tourisme italien. Donc il est normal de trouver à se loger pour peu cher en août, tant que vous évitez les gros points touristiques et les côtes !

L’établissement est doté d’un parking, gratuit.

J’avais comme d’habitude réservé en contactant le responsable par e-mail, directement. Et aucun pré-paiement ne m’avait été réclamé.

Mulino delle Orti

La cour, où il est possible de laisser la voiture

Nous sommes arrivés au Mulino à midi pile. Les cloches sonnaient ! Sachant que la famille Celio gère aussi le restaurant au rez de chaussée, nous avons débarqué en plein rush ! Malgré tout, nous n’avons attendu que 5 minutes avant d’être accueillis par le fils, qui nous a fait entrer la voiture dans la cour, et accompagnés à notre chambre.

Mulino delle Orti

L’escalier qui mène aux chambres

Mulino delle Orti

Il y avait… 5 lits ! Un grand, et 4 petits ! Mais le top, a été de trouver un petit frigo dans lequel nous avons pu ranger nos pains de glace pour la glacière ! Les routards apprécieront ce genre de bonne surprise !

Mulino delle Orti

La chambre, très sobre, est également vaste, avec une petite télé écran plat, un bureau.

Et la salle de bain, grande également comprend une cabine de douche, un bidet, un lavabo et un sèche-cheveux (quand on voyage léger sans sèche-cheveux, c’est juste énorme !). Il n’y a pas de produits d’accueil, mais les linges sont fournis.

J’ai demandé le code du wifi et pu profiter d’une connexion impeccable ! Ce soir là, j’en ai profité pour envoyer toutes mes photos d’Iphone sur mon compte Flickr, chose que je n’avais pas pu faire avec le réseau mollasson des autres hôtels !

Mulino delle Orti

La chambre est également climatisée. Mais il faisait assez doux le jour de notre passage, donc nous n’avons pas eu à utiliser la clim.

Nous avons fort bien dormi dans un lit large, au matelas super confortable.

Sans boules Quies on entend les voitures qui passent le long de l’hôtel et cela peut potentiellement déranger. On entend aussi l’activité dans les couloirs (le resto est au rez de chaussée et nous étions au troisième étage donc pas de souci de ce côté là), les autres clients etc. Mais ce n’est vraiment pas un gros dérangement !

Par précaution je dors toujours avec des bouchons d’oreilles en vacances, et du coup j’ai dormi comme un bébé !

Mulino delle Orti

L’hôtel est bien situé, car on trouve un arrêt de bus juste en face. Il suffit d’acheter des billets dans le bus ou au bureau de tabac (moins cher, et il y a un tabac à quelques pas de l’arrêt) et on peut rejoindre le centre ville via les lignes 2 et 3. C’est ce que nous avons fait, pour 1,20 € chacun. Nous sommes ensuite revenus à pieds, et c’était largement faisable !

Ce n’est qu’une fois rentrés en France, en visitant à nouveau le site web, que j’ai constaté qu’il était possible d’emprunter gratuitement des vélos ! Cela aurait pu être sympa de le faire.

Mulino delle Orti

Nous étions presque déçus de n’avoir réservé qu’une nuit dans cet établissement. Tout était parfait, avec une chambre très grande, propre, et bien équipée. Rien à redire ni sur les prestations ni sur le prix !

Si vous souhaitez en savoir plus sur cet endroit, et pourquoi pas… réserver à votre tour, alors le site officiel se trouve ici !

 

Plus d’infos ? C’est par ici !

Let’s go to… Milano!

Milan est une ville que j’aime beaucoup. Ce n’est pas la plus belle d’Italie, loin de là. Mais elle a quelque chose de spécial, qui la distingue de toutes les autres.

Milan est énorme et toute petite à la fois. Elle se visite facilement à pied, et l’on peut sans trop de difficultés la traverser, aller d’un bout à l’autre, en prenant si besoin le tram ou le métro, si les jambes commencent à fatiguer.

Milano (44)

Milano (155)

L’on n’a pas la sensation de ne jamais pouvoir en faire le tour, comme c’est le cas à Paris par exemple. En revanche, si l’on commence à visiter les musées, le château, la scala, les églises, alors là en effet il faudra beaucoup beaucoup beaucoup de temps !

Car la vie culturelle de Milan est tourbillonnante. Vous trouverez toujours un musée, une expo, à aller voir. Et si ce n’est pas votre dada, alors vous pourrez vous rabattre sur l’admiration des vieilles pierres, lever le nez pour regarder les bâtiments, ou découvrir l’impressionnant cimetière monumental.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Si vous avez vraiment envie de loger à Milan-même, prévoyez un budget assez conséquent, car même en août, la nuit d’hôtel n’est pas donnée… Nous n’avons jamais sauté le pas, car nous avons un peu des oursins dans les poches… Notre solution est de loger à quelques kilomètres de là, et de prendre le train, puisque celui-ci n’est pas cher en Italie ! Depuis notre point de chute à Domodossola, il faut une heure de train environ, et 20 € par personne pour un aller-retour. Cela solutionne aussi la question du stationnement.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Petit aperçu de la gare Milano Centrale

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Sephora, Milano Centrale

 

Milan est grande. Milan est haute.
Ses bâtiments sont hauts et nous font sentir tous piccoli, tous minuscules. Le meilleur exemple est la Cathédrale (le fameux Duomo) qui se dresse, immense et toute fine à la fois, avec ses flèches de pierre qui paraissent percer les nuages.

Milano (153)

Le duomo est la troisième plus grande église du monde, après Saint-Pierre et Notre Dame du Siège, à Séville.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

***

Avant de nous rendre au Duomo, nous voulions découvrir le Bosco Verticale, un duo de bâtiments d’habitation sur lequel poussent presque une centaine d’espèces végétales différentes, créant à elles seules un véritable écosystème.

C’est une forêt qui grimpe depuis les balcons des appartements ; une forêt d’un hectare, sur 80 et 112 mètres de haut ! Les arbres, arbustes et plantes ont été cultivés au sol, dans des pépinières, puis hissés sur les balcons, avec leur bloc de terre, une fois le bâtiment construit.

On trouve des chênes, frênes, hêtres, des oliviers, des pruniers, des cerisiers, tous sélectionnés selon différents critères, notamment celui de ne pas être allergènes… logique !

Milano (19)

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Milano (23)

Milano (31)

Les deux tours en elles-mêmes sont impressionnantes, mais nous nous attendions à être plus impressionnés encore. Il faut dire qu’il y a de nombreux bâtiments milanais qui sont très verts, avec des arbres sur les toits et balcons. Du coup ces immeubles ne nous ont pas totalement coupé le souffle.

Je pense qu’il serait intéressant de le voir au printemps, quand les fruitiers sont en fleurs… Et j’aimerais aussi découvrir comment il va évoluer, et si les ménages qui y sont installés sauront cohabiter avec les autres occupants, les petits animaux et insectes qui font partie de cet écosystème…

Le nouveau quartier auquel appartiennent ces drôles de tours est superbe. Il s’agit de la Porta Nuova et il est en pleine mutation. Je vous en parlerai plus en détails…

Si vous avez l’occasion de le visiter, je pense qu’il vaut le détour !

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Milano #Lombardia #Italia #Milano

***

Revenons-en au Duomo à présent…

Depuis le parvi, on se brise la nuque à le contempler. Mais ce n’est à mon sens qu’en montant sur la terrasse, que l’on peut réellement goûter toute la beauté de l’édifice.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Construit sur les vestiges de deux édifices ravagés par un incendie (la cathédrale Santa Maria Maggiore et de la basilique Santa Tecla), la Cathédrale est sortie de terre en 1386. Sa construction s’est étalée sur plusieurs siècles, et a été rendue compliquée notamment par les difficultés à acheminer d’énormes blocs de marbre rose depuis la Toscane.

Des chars en bois tirés par des bœufs étaient utilisés pour cette tâche particulièrement ardue.

Au sommet de l’édifice, une statue en cuivre doré de la Vierge culmine. Les milanais la surnomment affectueusement « La Madonnina » (la petite Madonne).

Milano (55)

***

Milano (63)

Visiter les terrasses…

L’entrée dans le Duomo est gratuite. Mais il y a des sections payantes, notamment l’accès aux terrasses. Comptez 7 € par personne à pied, 12 € en ascenseur.

En août, nous n’avons pas patienté longtemps pour pouvoir accéder à l’escalier. Pendant que nous faisions la queue pour passer les contrôles; nous pouvions visionner des pubs sur l’écran géant qui recouvre une partie de la façade… J’ai beau avoir vu ces écrans publicitaires une bonne dizaine de fois, à chaque fois je me dis que c’est tout de même surprenant sur un édifice religieux.

Bon, ne crachons pas dans la soupe. Dans un pays aussi riche en monuments que l’Italie, recevoir l’aide des grandes marques pour entretenir le patrimoine n’est pas forcément une mauvaise chose…

Pour en revenir au Duomo, si vous avez de bonnes jambes, préférez la montée par les escaliers. Elle n’est pas compliquée car les marches sont régulières.

Milano (68)

Milano (90)

Milano (111)

Milano (119)

Certes il faut parfois se serrer un peu car l’on croise les gens qui redescendent, mais il n’y a rien d’infaisable.

Et puis on profite vraiment de l’expérience, bien plus qu’en montant par l’ascenseur !

Seul point un peu dommage, l’on ne rejoint pas l’intérieur de la cathédrale ensuite. Si on desire visiter l’intérieur (gratuit), il faut refaire la queue depuis le parvis, et cela peut être long… En août les milanais ont massivement quitté la ville, et les touristes sont moins nombreux qu’en juillet. Ne vous attendez pas à une file d’attente comme pour voir le David de Florence. Mais ne pensez pas entrer dans le Duomo comme à la Foir’ Fouille !

Milano (117)

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Une cathédrale en dentelle de pierre…

***

Juste à côté du Duomo, les galeries Vittorio Emmanuele II sont un incontournable de Milan. Prada, Vuitton, Versace, Borsalino, Tod’s, ce n’est pas là que vous ferez vos menues emplettes (a priori). Mais vous pourrez en revanche admirer le sol en marbre coloré ainsi que le superbe plafond en verre.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Giuseppe Mengoni fut chargé de la construction, qui dura onze ans (de 867 à 1878) et s’acheva par l’arc de triomphe, qui donne sur la place du Duomo.

Certains trouvent incroyablement chic de boire un espresso chez Gucci. Mais honnêtement, je doute qu’il soit meilleur que dans les autres cafés milanais, où bien sûr on boit de délicieux cafés dignes de ce nom.

Milano #Lombardia #Italia #Milano

 

Petite astuce culturelle, évitez le cappuccino l’aprem… Celui-ci se boit au petit-dèj uniquement… allez, jusqu’à 10-11 heures admettons. Mais pas plus tard. Ensuite mieux vaut passer à l’espresso, au café d’orge (orzo), ou au café froid préparé au shaker (shakerato) s’il fait chaud !

Le shakerato peut être sucré d’office. Si vous le préférez sans sucre précisez-le bien à la commande, en demandant un « shakerato amaro » !

Milano #Lombardia #Italia #Milano

Nous avons apprécié un bon café servi avec le sourire et un mot gentil du serveur, à quelques rues du Duomo, chez J&B (1,50 € le café, avec recommandations de Tripadvisor et autres guides). L’endroit propose aussi des sandwichs (5 €), et plus globalement de la petite restauration.

Une fois le café avalé, on peut continuer et se lancer dans une activité parfaitement recommandée à Milan : le shopping !

Pour le shopping des classes moyennes, le Corso Buenos Aires est tout indiqué. Là, on trouve les boutiques des chaines : OVS (fringues, make up), Kiko, … Je vous recommande Kasanova pour les petits objets de la maison pratiques, sympas et peu coûteux !

Milano #Lombardia #Italia #Milano

J’espère que la visite vous aura plu. Il y a énormément de choses à écrire sur Milan. J’aurais pu vous parler des quartiers divers et variés, et notamment du quartier chinois. J’aurais pu vous présenter le cimetière monumental, les trams en bois, le châteaux de Sforza. J’aurais pu aussi vous dire que Milan est une ville étonnamment verte, qui compte de nombreux parcs. Mais cela aurait été très très long. Alors je vais m’arrêter ici, et vous proposer d’autres billets par la suite… Merci à tous pour vos lectures et votre fidélité !