Turin, ça se visite ?

Lorsque l’on évoque l’Italie, les mêmes villes reviennent souvent dans la bouche des gens : Florence, Pise, Venise, Rome… On pense assez rarement à Turin pour le tourisme ; éventuellement à sa voisine, Milan…

Turin n’est pas traditionnellement une ville touristique. Elle a un passé très industriel, intimement lié à FIAT (Fabbrica Italiana Automobili Torino). Longtemps, les gens venaient à Turin pour trouver un emploi, pas pour visiter.

Turin.png

J’avais visité Turin il y a quelques années, sur une seule journée. La ville m’avait moyennement plu. J’en avaissurtout gardé un souvenir gourmand, puisque j’avais mangé dans un fast food au pied de la mole, le monument le plus connu. Je me rappelle encore de mon burger artisanal au guacamole… Mais Beats (c’était le nom du fast food n’est plus).

Pour le reste, Turin m’était apparue sale, taguée et plutôt stressante, pas du tout en accord avec l’image de dolce vita italienne.

Mais parfois on peut se faire une opinion erronée d’une ville… Et une seconde visite peut permettre de rectifier le tir !

Cette année, j’avais envie de découvrir le musée de l’automobile, qui se trouve à Turin même, dans le quartier de la stazione Lingotto.

View this post on Instagram

Go go go #Torino !

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Gare d’Asti

Depuis Asti, le train régional desservait la gare de Lingotto, de façon régulière. Turin Lingotto est une gare secondaire, la principale étant Porta Nuova. Du coup, l’on arrive pas en plein centre, mais en périphérie de la ville, dans un quartier un peu tristounet.

Il faut ensuite emprunter la passerelle olympique, qui a été installée pour les JO de Turin, en 2006. Elle enjambe la gare de triage et se reconnait de loin à son arche rouge. C’est une passerelle piétonne.

View this post on Instagram

Passerelle olympique de #Torino

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Avouez, on dirait le Golden Gate… avec un peu d’imagination ! :-p

 

Le quartier à proximité de la passerelle

Cette visite a été pensée autour de la visite du musée. J’avais prévu d’arriver à l’ouverture, de visiter tranquillement et d’aviser ensuite… La visite du musée a finalement pris plus de trois heures ! Ensuite après un petit pic-nique (à l’arrache à côté d’un supermarché dans un coin paumé. C’est ça aussi les vacances !) j’ai enchaîné sur le visite du centre ville, avec étape métro (j’aime bien tester les métros quand je visite des villes qui en ont un !), et flâné.

Enfin. « Flâné » n’est pas forcément un terme adapté à Turin.

View this post on Instagram

#metro #Turin #torino

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Torino

Le ticket de métro est à 1,50 € et sur les stations que j’ai fréquentées, je l’ai trouvé très propre…

La ville est très industrielle. Je ne dirais pas qu’elle est moche, mais comparée à la moyenne des autres villes italiennes, je la trouve assez commune… Pas vraiment jolie.

Il y a de jolies choses. Mais l’ensemble n’est pas beau.

On voit des câbles de tram dans tous les sens. Cela manque d’arbres sur les places et globalement on sent que les turinois vivent probablement moins sur les places que les milanais par exemple… Nous n’avons pas ressenti un effort particulier pour rendre les rues agréables.

Torino

Piazza San Carlo

TORINO

Piazza Vittorio Veneto

TORINO

Piazza Castello

TORINO

Piazza Castello

Les places sont immenses, et souvent il y a de grandes terrasses avec des dizaines de chaises. Donc j’imagine que lorsque les turinois ne sont pas en vacances, ces places sont fréquentées. Mais malgré tout, on se sent dans une grande ville impersonnelle. Vous me direz « normal, c’est une grande ville ! ». Je vous répondrai « Et Milan alors ?!! ». Milan est beaucoup plus jolie. Lancez-moi des tomates si vous voulez. Je maintiens.

TORINO

Oui mais il y a un beau château…

TORINO

TORINO

Et un opéra…

Mais alors, je n’ai pas apprécié la visite ?

Siiii… J’ai aimé revoir la mole, jouer autour des fontaines de la place du Château (piazza Castello), regarder passer les trams vintage, et les enfants courir après les bulles de savon… mais un après-midi a suffit pour profiter de la ville. Il n’y avait pas une jolie chose à regarder tous les dix mètres.

La ville m’a semblé intéressante pour ses musées, par pour la flânerie.

TORINO

Ah, ça c’était beau par contre !

J’avais cherché s’il était possible de parcourir Turin en vélo. Mais il fallait appeler l’entreprise de location pour réserver et comme l’idée ne m’a effleuré l’esprit qu’à 23 h 00 la veille, c’était râpé.

Mais finalement, le lendemain j’ai pu constater qu’il y avait assez peu de cyclistes à Turin, et que les pistes cyclables n’étaient pas forcément topissimes.

Oui Turin se visite. Oui il y a des musées, des églises, des terrasses où boire de bons cafés. Mais la ville dans son ensemble, est plutôt grise et je n’ai pas eu le sentiment qu’il était plaisant d’y vivre…

TORINO

J’ai aimé admirer les façades des églises jumelles, San Carlo et Santa Christina, sur la place San Carlo. Elles étaient fermées lors de notre visite, donc nous n’avons pas pu voir l’intérieur.

Torino

En revanche, j’ai pu entrer dans la Chiesa della Grand Madre, une église toute ronde qui rappelle le Panthéon de Rome ! On y accède notamment par le pont Vittorio Emmanuele I, juste en face. C’est le pont le plus ancien de Turin ; commandé par Napoléon Ier, en 1807.

TORINO

TORINO

TORINO

Dans l’église, on peut voir une sorte de puis, dans lequel les visiteurs jettent une pièce, par superstition. Sous ce puis, sont enterrés de nombreux défunts ayant trouvé la mort pendant la première guerre mondiale.

Et puis bien-sûr, sur le parvis, il faut prendre le temps de profiter de la vue… Au bout du pont, la via Pô longe la place Vittorio Veneto, la plus grande piazza de Turin.

TORINO

Je ne suis pas retournée au Duomo, que j’avais déjà visité il y a trois ans. Mais j’ai pris un bon café glacé au pied de la mole, le monument emblématique de la ville…

La mole, quelle est belle ! On dirait une espèce de grosse cloche, posée là au milieu de la ville. Elle abrite le musée du cinéma, sous son dôme de 167,5 mètres… Elle ne vous dit rien ? Regardez un peu votre monnaie. Sur les pièces de 2 centimes italiennes, en euros donc, c’est elle qui est représentée !

TORINO

TORINO

TORINO

Le retour vers Asti s’est fait depuis la gare Porta Nuova, plus jolie que celle de Lingotto…

TORINO

TORINO

TORINO

Vous l’aurez compris, Turin n’est pas ma ville préférée d’Italie. Néanmoins, j’envisagerais d’y retourner pour visiter le musée du cinéma dans la mole. Loin de moi l’idée de vous dissuader de visiter Turin. La preuve, j’y suis allée deux fois et compte y repasser !

Publicités

Piacenza, une visite… plaisante [Italie]

Piacenza (Plaisance en version française) est une ville d’Emilie-Romagne, située à la frontière entre l’Emilie-Romagne et la Lombardie. Plus proche de Milan que de Bologne, la ville profite largement de l’influence de la capitale économique. D’ailleurs, c’est en rédigeant ce billet que je me suis aperçu que Piacenza était en Emilie-Romagne, et pas en Lombardie, comme je l’avais longtemps cru !

Nous sommes arrivés un mardi du mois d’août 2016, aux alentours de midi. Après une pause revigorante chez Naturone (billet spécifique à (re)découvrir en cliquant sur le lien), nous nous sommes lancés à la découverte de la ville.

Piacenza.png

Un peu d’Histoire…

Il faut savoir que Piacenza a longtemps été unie à sa voisine Parme, avec qui elle formait le duché de Parme et Plaisance, dominé par la famille Farnese, à compter du XVIème siècle.

On surnomme Piacenza la « primogenita« , la première née, autrement dit l’aînée, puisque cette ville fut la toute première à demander son annexion au royaume de Sardaigne, dans le cadre de l’unification italienne.

***

Un peu de gastronomie…

Continuons dans les généralités, car mine de rien, il y en a quelques-unes à énoncer, pour bien cibler Piacenza !

Piacenza est une province marquée par la production laitière. C’est dans la région que l’on produit le Grana Padano, fromage à pâte pressée cuite, cousin du Parmesan.

Le Grana diffère du Parmesan, non pas par sa technique de réalisation, mais par sa zone de production, bien plus étendue. D’autre part, les vaches qui produisent le lait pour sa fabrication ont une alimentation moins encadrée (les vaches laitières dont le lait sert pour le Parmesan ne peuvent manger que de l’herbe et du foin).

 

***

IMG_6698

Revenons maintenant à la ville elle-même…

Si les alentours du centre ville n’ont pas un grand intérêt, (et nous avons vraiment pu nous en rendre compte puisqu’une déviation nous a contraints à en faire plusieurs fois le tour !) le centre lui, est tout à fait plaisant, sans aucun jeu de mot. On s’y balade avec plaisir à pied, et je pense que nous aurions pu le faire également en vélo, surtout en août car la circulation était assez réduite.

Piacenza #Italia

Comme nous avions un hôtel avec parking à Piacenza même, nous avons laissé la voiture et pris un bus (« pullman » en italien) pour rejoindre le centre ville. Le ticket 1 h coûte 1,20 €.

Piacenza #Italia

Nous avons découvert le Palais Farnese, énormissime édifice dont la construction a débuté au XVIème siècle. Commandé par la duchesse de Parme, Marguerite d’Autriche, il a dû être repensé en cours de construction, pour faire face à un manque de fonds et reste encore aujourd’hui, inachevé. Malgré tout, ce palais est impressionnant par ses dimensions.

Le but de ce palais, était d’accueillir la famille Farnese, tout en symbolisant son pouvoir. Et je crois qu’il n’y a pas de doute là-dessus, le palais en impose totalement !

Il se visite, puisqu’il abrite différents musées, et nous aurions bien aimé le faire mais malheureusement en période estivale, il est fermé à compter de 13 h 00, et nous sommes arrivés à 14 h 00… Tant pis. Nous avons dû nous contenter d’un petit passage par sa cour.

Piacenza #Italia

Palazzo Farnese (1)

Cinéma de plein air - Pavia

Piacenza possède un joli centre ville, riche de nombreuses églises. Mais avant de nous adonner à notre passion, la visite de bâtiments religieux, nous avons fait un passage par la place qui nous semblait la plus représentative de la ville, celle que tous les sites, tous les guides qui parlent de Piacenza, utilisent pour illustrer leurs propos…

La Piazza dei Cavalli, doit son nom à deux statues équestres de Francesco Mochi (1580-1654) datant de 1626 et de 1622-1625.

Depuis la place, on peut admirer le Palazzo Gotico, que les habitants abrègent « Gotico » tout simplement. Sa construction remonte à 1281, et fut retardée par une grande épidémie de peste. De grandes arcades brisées (typiques du style gothique) forment sa base, en marbre rose vénitien et pierre blanche, tandis que l’étage supérieur contraste, puisqu’il est construit en briques.

Tout comme le palais Farnese, le Gotico n’est pas terminé. Les plans d’origine prévoyaient un bâtiment à base carré, plus vaste. De nos jours, ce bel édifice accueille des expos.

Piacenza

#Piacenza #Italia

Piacenza

Ci-dessus, la piazza dei Cavalli, le Gotico (vu du dessous, et de l’angle de la place).

*

La Piazza Duomo ne m’a pas totalement séduite car elle est assez ouverte, trop à mon goût et que l’on trouve peu de bars. Non, ma passion n’est pas de courir les bars, mais je trouve les places bien plus agréables quand elles sont bordés de terrasses ! Forcément, elles s’en retrouvent bien plus animées.

Cette place m’a semblé assez peu vivante comparée à d’autres places italiennes, qui sont clairement les centres de vie de ces villes.

Elle reste néanmoins jolie, avec un centre en gazon, et son Duomo, forcément !

Piacenza #Italia

IMG_6599

IMG_6602

IMG_6603

Ici, ce sont plutôt des gelaterie (glaciers) même si nous avons trouvé un petit café tout simple à l’accueil sympathique (toujours Piazza del Duomo). Malgré la chaleur j’ai pu boire un thé chaud (English Breakfast en sachet) alors que dans certains bars italiens c’est impossible.

Nos boissons sont arrivées avec deux mini tartines de fromage (?) / beurre (?) / huile (?) aux herbes. Nous n’avons pas su reconnaître la nature de cette tartinade mais c’était sympa ! En plus les prix étaient corrects : 1,50 € le thé et 2,50 € le Lemon soda.

Infusion en cours...

À noter, au Principessa, c’est le nom du café, on servait aussi des glaces aux légumes. Elles ont débarqué en Italie en 2015, et sont assez faciles à trouver en supermarché ou dans les cafés. Ce sont des glaces vegan, à la carotte et au citron, à la courge, ou encore à la tomate et fraise. Par contre il n’y a pas de miracle, elles contiennent sucre, sirop de glucose et huile de coco ! Nous n’avons pas testé.

*

Piacenza #Italia

Côté shopping…

Piacenza possède une petite rue commerçante, la rue du XX Settembre que vous trouverez près de la Piazza dei Cavali. OVS, Tally Weil, H&M… en août ce sont les soldes alors nous y avons fait un saut ! Chez OVS le rayon cosmétiques est énorme et il y a un corner Essence… Mais chut, cela reste entre nous.

Faut-il vous préciser que vous trouverez aussi un Kiko ?

*

Revenons-en à des aspects plus culturels…

 

La Basilica Catedrale Santa Maria Assunta (1122) abrite le cercueil de Giovanni Battista Scalabrini, un évêque canonisé. C’est le Duomo (la cathédrale) de la ville de Piacenza.

IMG_6600

Sur le campanile, levons les yeux et découvrons la cage dans laquelle les brigands du moyen-âge étaient enfermés ! So médiéval !

Le campanile justement, dont la construction est postérieure à celle du Duomo (le duomo a été commencé vers 1122 et le campanile en 1333), est surmonté d’un ange de cuivre doré. Son petit surnom est Angil dal Dom (ange du duomo). 

Piacenza - le campanile

La façade de la cathédrale romane, présente la particularité d’être de deux couleurs. En bas, elle est en marbre rose, et au dessus, en grès.

Trois portails permettent d’entrer dans l’édifice. Ils sont surmontés par une superbe rosace.

L’intérieur quant à lui, est décoré dans un style baroque.

IMG_6598

IMG_6642

Nous avons été surpris par l’espace dans la cathédrale. L’impression est renforcée par le fait qu’elle n’est pas remplie de bancs. On avance déjà sur une bonne longueur avant de trouver les premiers bancs. Et du coup, on se rend bien compte de la distance parcourue !

Duomo Piacenza

Duomo Piacenza

Duomo Piacenza

Piacenza - Duomo

La cathédrale possède également une impressionnante crypte riche de pas moins de 108 colonnes !

Piacenza - Duomo

Comme souvent dans les cryptes des cathédrales, on trouve des reliques, et notamment celles de Sainte Justine, martyre chrétienne.

Piacenza - Duomo

Piacenza - Duomo

*

Si vous n’en avez pas marre des églises, signalons la Chiesa di Santa Maria della Pace (XVIème s.) et la Salla dei Teatrini qui est une ancienne église.

La Basilica San Antonino (ci-dessous) est en travaux à l’intérieur, mais elle mérite malgré tout une visite.

Piacenza - San Antonino #Emilia-Romagna

À proximité, il y a le théâtre.

*

IMG_6646

IMG_6679

IMG_6687

Pour tout visiter en détails et découvrir les musées, une journée ne suffira clairement pas. Mais en une bonne demi-journée nous avons pu voir pas mal de choses et repartir sans nous sentir frustrés ! Piacenza nous a bien plu et nous sommes ravis de la découverte.

IMG_6696

La visite virtuelle vous a t-elle plu ? Je l’espère vivement. N’hésitez pas à réagir en commentaires ! A presto ! 🙂

Mantova, et si on y retournait ?

En 2016, nous avions préparé un petit road trip italien, qui nous avait menés de Biella tout au nord, jusqu’à Bologne, au nord-est. Nous avions beaucoup aimé les différentes villes visitées, mais avions parfois regretté de manquer de temps à certains endroits. A Mantova par exemple, nous n’étions restés qu’un après-midi, et étions repartis avec une sensation d’avoir un peu bâclé la visite…

C’est pourquoi quand l’occasion s’est présentée de revenir dans la ville, nous l’avons saisie !

Mantova est une ville du nord de la péninsule, capitale de la province du même nom, en Lombardie.

La grande originalité de Mantova, est son système de défense, imaginé au XIIème siècle par l’Architecte et Ingénieur Hydraulique Alberto Pitentino. En effet, la ville était entourée par des lacs artificiels, issus du fleuve Mincio !

Ces lacs portaient chacun un nom : Supérieur, du Milieu, Inférieur et Paiolo.

Mantova 2017

 

Mantova 2017

En arrivant à Mantova, cette configuration presque insulaire surprend, même s’il ne reste plus que trois des quatre lacs d’origine, les inondations du XVIIème siècle ayant contraint à assécher le lac Paiolo.

*

Mantova est touristique, donc même en août elle ne dort pas ! Certaines boutiques sont prises d’assaut, notamment celles qui vendent les spécialités de la ville.

Mantova 2017

La tour de la Gabbia, en travaux, vue de la piazza delle Erbe

 

Mais nous restons dans les terres, et en août, la plupart des habitants sont partis à la mer. Vous le voyez sur mes photos, ce n’est pas la cohue, et la visite reste vraiment plaisante !

Il y a des restos à touristes, qui proposent des pizze toute la journée (rappelons que la pizza vient de Naples, et se savoure plutôt le soir. Les italiens la mangent aussi le midi, mais en général ils l’achètent alors en tranche et à emporter).

Mantova 2017

Le Duomo est fort joli. Nous n’avons pas visité l’intérieur cette année, ni la Rotonda (surprenante église toute ronde, qu’il vous faudra absolument découvrir) mais avons préféré retourner à la basilique Sant’Andrea qui nous avait marqués l’an passé. Elle est très grande, avec un plafond peint en trompe l’œil. On pourrait le croire en relief, et finir par vraiment douter de ce que l’on voit.

Au bout de la nef, se trouve parait-il un échantillon du sang du Christ…

La construction de la basilique a débuté en 1472.

Mantova 2017

Mantova 2017

Mantova 2017

Mantova 2017

Mantova 2017

Basilique Sant’ Andrea

Croyants ou non, je vous conseille un petit passage par la basilique, car elle est réellement superbe et ne vous laissera pas… de marbre ! Personnellement, je la trouve encore plus belle que la cathédrale.

*

Retour au Duomo…

Parlons un peu de la Cathédrale, quand-même… Elle a quant à elle été reconstruite au XVIème siècle, après qu’un incendie a détruit le premier édifice. D’une façade gothique, elle est passé à une façade baroque, en marbre de Carrare, un marbre blanc presque dépourvu de veinage.

Si vous décidez de prendre un petit café glacé à Mantova, installez-vous en terrasse piazza Sordello. C’est d’ici que vous profiterez au maximum des beautés de la ville, puisque vous pourrez contempler à la fois la cathédrale, le palais ducal, et la torre della Gabbia.

Il est d’usage de donner la hauteur des tours, donc sachez que celle-ci mesure 52 mètres. C’est honorable, mais nous en avons vu de bien plus hautes pendant notre séjour italien.

Gabbia signifie cage en italien, et si la tour a hérité de ce nom, ce n’est pas un hasard, car il y a bien une cage qui fut installée sur sa façade au XVème siècle, à la demande de Guglielmo Gonzaga. La cage servait à enfermer les malfaiteurs, à la vue de tous. Des témoignages rapportent que l’un d’eux y est restés trois mois !

Jusqu’à présent, la tour de ne se visitait pas. Mais… depuis juin 2017 elle est en travaux, pour permettre justement d’accueillir les visiteurs, et leur offrir une belle vue sur la ville. Intéressant, non !?

Mantova 2017

La cathédrale de Mantova

MANTOVA (13)

Torre della Gabbia

Mantova 2017

Mantova est un petit bijou de la Renaissance, façonné par la famille Gonzague.

Le palazzo Ducale, situé à côté de la cathédrale, a été construit à partir du XIVème siècle. Un jour c’est certain, nous prendrons le temps de visiter l’intérieur, pour admirer les peintures qu’il abrite… Mais ce jour là, nous avons préféré déambuler en ville, et nous égarer volontairement dans les petites rues… S’égarer reste un bien grand mot, car Mantova n’est pas grande, et il faudrait vraiment le vouloir pour se perdre, même pour moi qui n’ai absolument aucun sens de l’orientation !

Mantova 2017

À Mantova, le centre est réellement petit et se parcourt facilement à pied. Il y a diverses boutiques, surtout des chaines (Jennyfer, Kiko). À noter : la librairie Libraccio vend de nombreux livres d’occaz !!

Mantova 2017

Mantova 2017

Oups… on dirait que j’ai un peu craqué…

J’ai passé un certain temps dans les rayons de Libraccio, toute frétillante ! Il faut dire qu’en Italie les livres sont assez chers et que le moindre « tascabille » (livre de poche) vaut tout de suite 9-10 €… Donc là je me suis fait plaisir !

https://www.flickr.com/photos/63296507@N04/35755362953/in/album-72157685143857214/

Un dernier panoramique du château San Giorgio, bâti à la fin du XIVème siècle, et hop nous sommes repartis, ravis de notre seconde visite… Oui, il faudra aussi que nous visitions le château un jour, car l’on entend énormément de bien des tableaux qui y sont exposés… C’est noté, nous reviendrons à Mantova !

Untitled

Le Grand Saint-Bernard – Suisse

Le col du Grand-Saint-Bernard, appelé précédemment col du Mont-Joux, est le point culminant de la via Francignea, qui menait du nord de l’Europe jusqu’à Rome. Il se situe à 2 473 mètres d’altitude, en Suisse.

Nous l’avons emprunté (en voiture) pour rentrer d’Italie, depuis Asti.

IMG_7428

Nous n’avions pas prévu de nous y arrêter, car nous avions déjà fait une pause peu de temps auparavant. Mais finalement, la beauté des paysages nous a saisis, et il absolument fallu que l’on fasse non pas un, mais deux arrêts photos !

IMG_7434

Et si nous avions eu chaud les quinze jours précédents, une fois en haut, nous avons chacun sorti une polaire du coffre de la voiture, car la température n’était pas la même qu’en bas !

Col du Grand Saint Bernard

Col du Grand Saint Bernard

Col du Grand Saint Bernard

Col du Grand Saint Bernard

Alors qu’en dites-vous ? C’est joli, non ?

En plus d’être superbe, ce passage permet d’économiser les 27,90 € du passage par le tunnel.

Les Sampietrini romains

Dans les premières pages de Volevo Solo Andare a Letto Presto de Chiara Moscardelli, l’héroïne du roman se retrouve avec une chaussure cassée, car l’un de ses talons s’est pris entre deux « sampietrini« . Ne connaissant pas ce terme, et bien que le contexte me permette de deviner son sens, j’avais interrogé le dictionnaire de ma liseur électronique.

Les sampietrini (ou Sanpietrini) sont en fait les pavés typiques de certaines villes italiennes, Rome en tête, faits de basaltes. Ce sont de gros blocs irréguliers, qui tirent leur nom de la place Saint-Pierre du Vatican, dont ils sont un emblème.

Sur le site officiel de la ville de Rome, une page leur est consacrée, et nous apprend que chaque bloc cubique mesure 12 centimètre de côté, pour 17 centimètres de haut, et pèse 3 kilos !

Ils offrent plusieurs avantages que l’on aurait tendance à oublier puisque l’on voit plus facilement les aspects négatifs : cela glisse, le sol est irrégulier, et les talons se prennent dans les interstices. Mais rappelons tout de même que ces pavés en plus d’être jolis, ne recouvrent pas totalement le sol, et laissent ainsi circuler l’eau. Ils s’adaptent aux irrégularités du terrain, et sont très très résistants.

A l’époque des carrosses, c’était fort pratique, bien qu’un peu bruyant… De nos jours, les sampietrini sont peu adaptés à la circulation des deux roues, ou  même des voitures… mais comme les Fiat 500 (les anciennes du moins), ils font partie du paysage romain, et personne (de sensé) ne voudrait les voir disparaître !

 

IMG_0336

[Bologne] Taj Mahal – manger végétarien

Pendant nos vacances estivales, nous avons fait étape une journée à Bologne. Je vous arrête de suite, ne pensez pas manger des spaghetti bolo à Bologne car 1) la bolognaise s’appelle ici « ragù » 2) les spaghetti sont napolitaines !

Bologna

Pour la visite de la ville, je vous renvoie à mon billet touristique, en cliquant ici. Aujourd’hui nous parlerons bouffe food, et uniquement bouffe food !

Nous avons été originaux puisque nous n’avons mangé ni pasta ni pizza. Nous fîmes le choix d’un resto indien ! En effet, les restos indiens sont souvent pratiques pour les végétariens de mon espèce, et le Taj Mahal ne fait pas exception à la règle.

Taj Mahal - resto indien

Ce resto était ouvert en août, malgré sa position un peu excentrée (il est à 15 mn de marche rapide du centre avec la Cathédrale, et la plupart des boutiques voisines étaient fermées pour congés).

Voici son adresse exacte :

Via S. Felice, 92, 40122 Bologna, Italie

***

Le Taj Mahal offre plusieurs plats végétariens voire végétaliens et même une assiette végétarienne à 18 €, et un menu complet avec dessert, nan etc à 34 €.

La salle est ultra grande et décorée à l’indienne, avec des lustres multicolores, des tissus au plafond et une chaîne de télé indienne en fond sonore.

Taj Mahal - resto indien

Préoccupation number 2 du touriste (la number 1 étant de remplir son estomac), les WC sont propres !

Mais revenons-en aux assiettes…

Après avoir dégusté la chips géante à la farine de pois chiches, que l’on trouve dans la plupart des restos indiens, et que l’on tartine de sauces typiques (une sauce piquante, une sorte de ketchup ultra sucré, et une sauce de yaourt à la menthe) nous avons découvert nos plats…

Taj Mahal - resto indien

J’ai opté pour l’assiette VG, qui incluait un pain (j’ai pris un chapati au blé complet) et mon homme nivore a choisi le poulet vindaloo avec du riz basmati, et un naan.

Taj Mahal - resto indien

Le serveur ne parle pas très bien italien. Nous non-plus (enfin, là je joue les modestes, cling cling !). Mais ce n’est nullement problématique ! Il est très souriant et soucieux de nous faire passer un bon moment !

Taj Mahal - resto indien

Ci-dessus, l’assiette végétarienne…

Les plats arrivent rapidement. Le resto a beau être super grand, nous sommes les premiers à débarquer vers midi, et seules deux autres tables se rempliront ce jour-là. C’est normal, nous sommes en plein mois d’août, et les habitants sont à la mer (on peut supputer que les touristes se restaurent dans les lieux plus « typiques ») !…

Pour moi c’est un plateau en aluminium avec des petits creux remplis des différents plats : soupe à la courgette, lentilles en curry, légumes indiens… Le serveur m’a tout présenté mais souvent dans ces cas là j’oublie aussi vite. Pas grave. C’était bon, et c’est tout ce qui compte !

Taj Mahal - resto indien

Taj Mahal - resto indien

Ci-dessus, le plat de Monsieur…

À aucun moment on ne nous a demandé si nous souhaitions manger pimenté. Nos plats étaient relevés, mais pas piquants. C’était très bon, mais nous aurions pu apprécier un peu plus de piment car nous adorons quand cela picote !

Au centre, le riz basmati aux épices vient compléter tout cela… Il est succulent.

L’homme ouvre de grands yeux devant sa plâtrée de riz. Nous avons la grosse dalle (tourisme et marche obligent !) mais il n’est pas dit que nous ferons assiette nette…

Les plats sont délicieux. Les naans le sont aussi… moelleux, goûteux… (voir photo à peine plus haut).

Plus de place pour un dessert, mais je commande un thé vert. Ce sera du Lipton en sachet (oups) mais servi dans une jolie théière en porcelaine. Et l’on nous apporte deux tasses. Donc monsieur se laisse tenter !

Taj Mahal - resto indien

Il est temps de repartir… On règle et on échange deux-trois mots avec le serveur qui a remarqué notre accent et s’enquiert de notre origine. C’est vraiment bien la France ? La langue ressemble à l’italien ?! C’est toujours super sympa de parler avec les locaux en vacances, même si en l’occurence notre serveur n’était pas un pur local !! :-p

Ciao. Arrivederci ! C’était une très bonne découverte que ce resto et pour moi maintenant Bologne a un petit goût de curry, vraiment délicieux ! 😉

Ajout de Monsieur : Il a pu faire recharger sa batterie d’appareil photos, et cela lui a beaucoup rendu service. En effet, la préoccupation number 4 du touriste (la number 3 étant de pouvoir dormir de temps en temps) est d’être capable de rapporter des photos, il est essentiel d’avoir toujours un appareil avec de la batterie…

Côté addition, nous nous en tirons pour environ 35 € pour deux plats bien complets, chacun un naan, et un thé à partager. C’est totalement dans la moyenne des restos indiens, et le rapport qualité-prix est fort correct car nous nous sommes régalés, et n’avons plus eu faim de tout l’après-midi !!

Notons à nouveau l’un des gros points forts du resto, en plus de la nourriture excellente : l’accueille vraiment sympathique !

Si nous repassons par Bologne, il se peut bien que le Taj Mahal revoie nos bobines !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Piazza del Popolo – Rome

De Rome, je me souvenais de la piazza de Spagna, avec son impressionnant escalier, et de la piazza di Navona, et de sa fontaine des quatre fleuves. Je n’avais pas le souvenir d’avoir vu la piazza del Popolo. Aussi, quand mon copain a proposé que nous allions la découvrir, j’ai accepté sans hésiter…

En italien, le « popolo » désigne le peuple, mais en réalité, la place du peuple tient son nom du « populus », le peuplier en latin !

Roma

Nous sortons du métro et traversons un petit marché à touristes, passons une porte. Et puis elle est là, la piazza…

Roma

Roma - Piazza del Popolo

 

Cette place est ovale, et surprend par son impressionnante dimension. Au centre, elle accueille un obélisque égyptien, rapporté d’Héliopolis et installé depuis 1589.

 

IMG_0335

 

Roma

 

Autour de l’obélisque, une fontaine orne la place (photo ci-dessus). Deux autres bassins sont installés sur les côtés (Fontana della Dea di Roma et Fontana del Nettuno – photo ci-dessous). Toutes ces fontaines sont des oeuvres baroques.

 

IMG_0334

En arrivant sur la place depuis la bouche de métro, on peut tomber sur le musée Leonardo da Vinci. Mais nous n’avions pas le temps de rajouter cette étape dans notre programme. Ce sera pour une prochaine fois.

Roma - Piazza del Popolo

Si l’on poursuit, en entrant sur la place, on remarque un escalier, qui amène jusqu’au jardin du Pincio, sur la colline du même nom. De là, on jouit d’une belle vue sur la place…

Roma

Roma - Piazza del Popolo

J’espère que cette visite vous a plu, et vous donne rendez-vous jeudi prochain pour une nouvelle virée italienne ! 😉