Se loger à Bologne [Italie]

Ciao! Aujourd’hui je vous propose un bon plan pour loger en plein Bologne sans vous ruiner… Il s’agit de l’hôtel que nous avions réservé en août 2016, pour une nuit seulement.

*

Pour rappel, mon article sur Bologne se trouve ici

*

L’Elite Suite hôtel se trouve à Bologne même, près du centre ville.

On rejoint la place principale en vingt minutes de marche rapide. Cependant le chemin est répétitif car on longe une rue sous arcades, dans laquelle il n’y a que des boutiques de fruits et légumes ou presque.

Bologna #Italia #Emilia

Des bus passent à 100 m environ de l’hôtel, et le ticket coûte 1,50 €.

 

Un bel hôtel, pour moins de 50 €/nuit !

Nous avions réservé une chambre matrimoniale sur le net (c’est le terme employé en Italie pour désigner une chambre double avec un grand lit), en envoyant un mail à l’établissement. Il nous en avait coûté 48 €, petit dèj buffet inclus ; 51 € avec la taxe de séjour, et ce en plein mois d’août. Le paiement s’est effectué sur place, au check-out.

Le check-in fut efficace, bien que nous soyons arrivés à 10 h 35. Une chambre a pu nous être attribuée immédiatement, au troisième étage.

Le personnel est très pro, multilingue et serviable. La demoiselle du check in a proposé de nous expliquer le fonctionnement de l’hôtel en français mais nous avons demandé en italien !

Seul point d’amélioration possible, l’accueil très pro manque peut-être un peu de chaleur. Un petit sourire par ci par là serait bienvenu !

Ayri Hotel - Bologna

Ayri Hotel - Bologna

Parking inclus…

En face de l’hôtel, un parking avec barrières est à disposition. Mais nous n’avons pas bien compris… En fait il y a une dizaine de places dans un parking couvert non protégé, sous l’hôtel. L’endroit est exigu et il faut manœuvrer car la C3 ne braque pas assez pour se faufiler en une seule fois. Cela peut expliquer que ces places soient gratuites.

Nous avons vu des polonais galérer longuement avec un break de location, pour se retourner et ressortir du parking…

Des garages fermés sont proposés, à 6 € la journée (hors du parking en question, donc plus faciles d’accès).

Ayri Hotel - Bologna

Ayri Hotel - Bologna

Des installations agréables…

Les communs sont propres, moquettés. La moquette n’empêche pas d’entendre les bruits de talons et de valises à roulettes depuis les chambres, mais cela reste assez calme.

Globalement, cet hôtel était pas mal fréquenté pendant notre séjour et nous avons dormi avec les boules Quies car des éléphants sauteurs avaient pris une chambre proche de la notre. Je déteste les éléphants sauteurs. Pas vous ?

 

Ayri Hotel - Bologna

 

La chambre est décorée avec goût. Le lit double est propre, et confortable. On trouve un minibar avec de l’eau au frais, des sodas. Je n’ai pas relevé les prix mais j’ai mis mes propres affaires dans le petit frigo !

Dans la chambre, on trouve un bureau, une chaise, deux chevets avec liseuses design, une lampe dont l’on peut régler la luminosité.

La carte de la chambre sert à activer l’électricité. Je n’aime pas trop ce système car lorsque l’on n’est pas dans la chambre, les prises ne fonctionnent plus… Impossible donc de laisser un appareil se recharger en notre absence (exemple, un téléphone que l’on voudrait charger pendant que l’on est dans la salle du petit dèj).

 

Ayri Hotel - Bologna

 

La salle de bain est grande, avec une belle cabine de douche, un bidet (Italie oblige !), un lavabo et une belle vasque bien pratique pour poser ses affaires ! Il y avait des produits d’accueil (gel douche, savon, bonnet de douche), des mouchoirs jetables dans un distributeur, et des sachets hygiéniques. Un sèche cheveux était également à disposition.

 

Ayri Hotel - Bologna

Ayri Hotel - Bologna

 

L’homme a apprécié la présence de volets roulants, permettant de plonger la chambre dans l’obscurité totale ! Pour dormir c’est quand-même appréciable ! Les double fenêtres coupent bien les bruits de la rue.

Dès 7 h 00 le petit dèj est servi au second étage. C’est un buffet avec : viennoiseries en pagaille, tartes et gâteaux faits maison, biscuits type Mulino Bianco, œufs brouillés (sans crème, 100 % œufs), œufs coque, prunes au sirop, carpaccio d’ananas, pastèque, melon, pain de mie, pain de mie complet, biscottes diet, pain blanc, céréales sucrées de toutes sortes, miel, confitures, charcuterie, beurre…

Les boissons chaudes sont servies au bar et j’ai eu la joie de trouver du lait de soja (sucré, malheureusement mais je n’oserais pas m’en plaindre :-p). Il y a aussi des distributeurs de boissons aux fruits.

Il y a un coin vegan avec des céréales (sucrées) et des biscuits industriels vegan. Et oui, la mode du vegan a atteint l’Italie, peut-être même avant la France. C’est impressionnant parfois !!

Nous nous sommes régalés, surtout avec les fruits frais. Le seul hic était d’arriver à accéder aux buffets car la salle est en longueur et le coin avec les aliments est vite bondé, d’autant que les gens sont un peu en mode zombie, à peine sortis du lit.

Globalement il y avait pas mal de choix. Il était possible de manger en salle ou sur une grande et jolie terrasse.

D’ailleurs, la belle terrasse est ouverte 24/24 h et nous avons pu y manger notre pic-nique du soir et profiter du micro-onde mis à disposition ! Nous étions tous seuls et avons apprécié le lieu. C’est bien plus sympa que de manger dans la chambre, assis sur la glacière !! :-p

Ayri Hotel - Bologna

Cet hôtel a été le plus classe de notre séjour en Italie. Le rapport qualité-prix est très bon. Les services sont à la hauteur de ce que l’on peut attendre d’un 4 étoiles italien. La situation n’est pas tout à fait centrale, mais permet malgré tout de visiter Bologne sans voiture.

 

Pour plus d’infos ou pour réserver, c’est par ici !

 

Publicités

Roma – première réaction à chaud

Cela faisait plusieurs années que l’envie de retourner à Rome nous titillait. Nous y avions tous deux été avec le collège, mais cela commençait à faire loin, très loin… Mon homme avait encore le souvenir d’avoir payé en lires. Et moi j’avais raté de peu la bénédiction de Jean-Paul II.

L’ennui, c’était que mes congés d’été tombent forcément en août, et que visiter la capitale italienne en pleine période haute nous emballait moyennement. Alors, nous avons décidé de ruser, et de nous rendre là-bas pendant les congés de fin d’année…

Grâce à Easyjet, nous avons déniché un aller-retour Lyon – Rome pour 80 €/personne. Le logement sur place en B&B nous a coûté une trentaine d’euros par nuit. C’était un beau cadeau de Noël pour pas trop cher… (Je vous détaillerai les bons plans dans un billet ultérieur !).

***

Noël au balcon

Roma

Il faut savoir que la période de Noël n’est pas inadaptée pour une visite, puisque la météo reste relativement clémente. Nous avions autour de 0°C le matin, mais les après-midi étaient doux, à 13-15°C en moyenne.

Bien habillés, sans nécessairement sortir les après-skis et le passe-montagne, nous avons bien profité !

Avant d’entrer dans le détail, j’aimerais vous exposer quelques impressions à vif sur mon séjour, et vous proposer une sorte de teaser pour les articles à venir !

 

A Rome en métro…

en bus, 

et à pied…

Cela peut sembler logique une fois que c’est dit, mais encore faut-il y penser… Rome n’est pas une ville au réseau de métro ultra développé. Vu les vestiges qui se cachent encore dans son sol, creuser pour faire passer un train est compliqué. La ligne C est encore en construction actuellement, et seules deux lignes complètes sont en fonctionnement, ce qui est suffisant pour se déplacer d’un quartier à l’autre, si l’on n’a pas peur de faire quelques pas par ci  par là !

Les lignes A et B se croisent à la gare de Termini. C’est à la gare que l’on trouvera… les trains bien-sûr, mais aussi les cars pour rejoindre les deux aéroports (Fiumicino et Ciampino). Différentes compagnies proposent d’acheminer les touristes vers ces destinations. Comptez environ 8 € pour Fiumicino-Termini en prenant les billets aller et retour en même temps (sinon 6 € chaque trajet).

A noter cependant, nous avons perdu un temps considérable dans les bouchons du 23 décembre, et avons regretté de ne pas payer un poil plus cher pour prendre le train… Une prochaine fois !

Pour en revenir au métro, il ne va pas partout, mais on complète au besoin par le bus et les trams. Mais nous ne les avons pas pris, et avons préféré faire marcher nos pieds, pour profiter au maximum de la ville. Cela se fait très bien !

Il faut bien voir que la balade n’est jamais ennuyante, vu que les parcours sont semés de monuments !

Je gardais un souvenir angoissé du métro romain, car lors de ma visite avec l’école, nous avions été sermonnés au sujet des pickpockets, qui étaient effectivement très présents. Mais cette année, je me suis sentie aussi à l’aise dans le métro romain que dans le métro lyonnais… On voyait des gens sortir leur Ipad et pianoter dans la foule. Les romaines ne s’agrippaient pas à leurs sacs. L’endroit n’est pas sublime, et les locaux du métro sont même souvent bien décrépis. Mais cela reste « potable », et bien pratique !

Seul hic, les machines qui distribuent les tickets ne prennent pas la carte de crédit. Il faut avoir de la monnaie, et si possible de la petite monnaie, car nos billets de 50, 20 et même 10 € étaient souvent refusés faute de fonds suffisants pour nous rendre la monnaie…

Nous n’étions pas les seuls touristes à pester contre les machines !

Le ticket simple coûte 1,50 € pour 100 minutes, et l’on peut acheter des tickets 24, 48 et 72 heures !

Dernier détail, mais pas des moindres… la plupart des stations annoncées comme accessibles pour les personnes à mobilité réduite, ne le sont pas réellement. Elles sont bien dotées d’ascenseurs, mais une fois sur deux, ceux-ci sont en panne. Nous l’avons constaté car parfois il y avait de grands escalators, dont j’ai une horreur absolue, et il n’a pas été possible de les contourner…

Nous n’avons pas vraiment fait de lèche-vitrine, faute de temps. La priorité est allée à la balade, et aux visites plus culturelles. Néanmoins, nous avons pu croiser quelques vitrines superbement décorées pour les fêtes…

Le touriste à la recherche d’articles de luxe se dirigera vers la Piazza di Spagna, où il trouvera Gucci, Dolce&Gabbana, Dior, Chanel, et autres marques de grande renommée…

 

Le touriste plus fauché pourra se rabattre sur des marques plus accessibles, et rapporter des souvenirs type Colisée en résine, pour 1 € seulement !

 

On trouve des boutiques de souvenirs, qui croulent sous les porte-clefs, magnets, torchons décorés avec les monuments romains, armures de gladiateurs pour enfants, et autres bidouilles du même style. Les prix ne sont pas forcément plus élevés qu’auprès des vendeurs ambulants.

Cette année, la mode était aux étoles imitation Burberry et aux perches à selfie. J’en étais au point de garder mon mini-trépied à la main, pour ne plus avoir à répondre aux vendeurs « no grazie » toutes les trente secondes !

Roma

Petit marché pour touristes, entre la station de métro et la piazza del Popolo

Colosseo di Roma

Una passeggiata romana…

A Noël, les romains sont massivement en vacances, et passent leur temps en famille. Mais, à Rome l’activité ne s’arrête pas totalement. Déjà, il faut voir que la promenade est d’origine italienne. C’est une habitude pour les italiens, de sortir, et de marcher, en famille, et ce depuis des siècles. On se fait beau, et on sort pour voir et être vu.

Ce n’est donc pas parce-que les gens sont en famille, que les rues sont vides, bien au contraire !

On croise beaucoup de monde dehors, notamment aux abords du Colisée, d’autant plus que les rues ont été rendues piétonnes pour Noël et le 26 décembre !

Les vendeurs de rue sont là également, à proposer des sortes de bombes à eau faites de ballons de baudruches, des châles à carreaux, des perches à selfies, bref les mêmes trucs que toute l’année !

***

A Noël, on trouve des marchés de Noël, bien-sûr, notamment piazza Navona, où est également installée une petite fête foraine. Ne cherchez pas un truc énorme, car ici point de grande roue, mais seulement un joli carrousel et quelques stands pour tenter de gagner des peluches géantes !

On croisera de nombreuses crêches (presepe), dans les églises et sur les places. Certaines sont totalement traditionnelles, et d’autres bien plus originales, comme cette crêche des artistes à proximité de la piazza del Popolo.

IMG_0343

IMG_0344

On peut déguster une glace, même si franchement, ce n’est pas la période rêvée… Chez eux les italiens accompagnent panettone et/ou pandoro de glace (au citron le plus souvent) mais dans la rue, les lécheurs de crème glacés sont souvent les touristes étrangers… Les marrons chauds font plus envie, à 3-4 € le cornet environ !

Je vous laisse et vous dis à très bientôt pour plus de détails sur mon séjour romain. Et vous, avez-vous déjà visité Rome ? Qu’avez-vous gardé comme souvenir ?

 

A la découverte de Monza [Italie]

Monza est une ville lombarde, dont le nom fait immédiatement penser à la F1, en raison de la présence d’un circuit automobile.
Mais Monza, c’est plus que cela…

Monza

Nous étions dans la région, et n’avions pas vraiment défini les villes que nous visiterions. En regardant la carte, nous nous sommes aperçu que Monza était à proximité de notre hôtel… et avons décidé de tenter une visite…

C’est une ville à taille humaine, qui compte environ 120 000 habitants. On est loin de l’agitation que l’on peut voir à Milan (même si en août la capitale lombarde est souvent desserte).

En arrivant, sans avoir rien préparé nous sommes tombés face à la Chiesa San Gerardo. Cette église vaut le détour pour ses peintures et sa coupole… On en fait rapidement le tour, mais je conseillerais malgré tout d’y faire un petit passage, car elle est richement décorée…

Monza

Monza

Nous avons ensuite croisé une autre église, plus récente, devant laquelle se trouvait une Statue de Padre Pio (Piazza Armando Diaz). Mais l’église était fermée.

Et puis, en continuant, devinez quoi… Une autre église : Santa Madalena (XIV ème siècle) et une quatrième : Santa Maria in Strada (XIV ème – photo ci-dessous), qui doit son nom au fait qu’elle était située sur la grande route Monza-Milan.

Monza

La ville de Monza est vraiment jolie et agréable. Elle est à taille humaine, avec une petite rue commerçante particulièrement soignée…

La fontaine en forme de pissenlit nous a bien plu !

Monza

Monza

La Piazza Trento e Trieste (rénovée en 2005-2009, photos ci-dessous) n’a pas un énorme intérêt mais on y trouve un imposant monument aux morts. Quelques cafés et leurs terrasses toujours très prisées des italiens apportent un peu d’animation, mais cela reste calme en ce mois d’août.

Monza

Monza

La Piazza Roma avec l’ancien marché couvert est à mon sens bien plus agréable. On peut passer sous les arcades, et admirer une jolie fontaine avec une enfant qui joue avec des grenouilles !

Monza

Monza

Ci-dessus : l’ancien marché couvert.

Le Duomo est en travaux… dommage car il est vraiment superbe… Sa place n’accueille aucun café, que des boutiques. Nous sommes le 16/08 et tout est fermé, à l’exception des franchises des rues commerçantes (OVS, Alcott, Promod,…). La Cathédrale San Giovanni Battista (duomo) a été édifiée entre le XIV et le XVIIème siècle.

Monza

La ville est assez petite mais elle nous a bien plu. Le fait de pouvoir alterner shopping et visites d’églises nous a permis de varier les plaisirs et de profiter pleinement de Monza en un seul après-midi. Il semblerait que la ville soit assez chic, si l’on se fie à l’ambiance générale et aux enseignes luxueuses qui y sont implantées.

Monza

Voilà pour ce petit tour rapide de la ville de Monza… N’hésitez pas à inonder ce billet de commentaires ! :-p

Si l’Italie vous plait voire vous passionne, de futurs billets sur d’autres villes, ne tarderont pas à pointer le bout de leur nez sur ce blog. Alors restez connectés ! ♥

Aoste ce n’est pas QUE le jambon !

Sur le chemin de retour de nos vacances, nous passions par Aoste. C’eut été dommage de ne faire que passer, et de ne pas nous arrêter pour découvrir la ville…

Les premiers stationnements que nous avons croisés étaient à 1,40 €/heure, mais en continuant, nous avons remarqué que dans certaines zones, on descendait à 0,80 €. Cela va tout de suite mieux…

Première impression, la ville fait très propre. Il n’y a aucun graffiti qui ne me saute aux yeux. Nous tombons rapidement sur un point d’informations touristiques, où nous prenons un plan de la ville. De toutes les villes visitées cet été (une petite quinzaine dans le nord de l’Italie), Aoste est la plus proprette, et de loin. Je ne dis pas que les autres étaient sales, loin de là, mais j’ai eu vraiment une sensation de ville bien soignée, ou tout est à sa place, sans graffiti, etc… Cela m’a réellement sauté aux yeux !

Pas vraiment besoin de plan pour découvrir Aoste car tout est bien fléché pour orienter les nombreux touristes et la ville n’est pas immense.

Ce qui nous surprend en cette fin de mois d’août, c’est l’impression d’une ville sans habitants, avec uniquement des touristes. Pourtant des habitants, il y en aurait au moins 35 000… mais où sont-ils ?!

1 (322).JPG

Les restos proposent des spécialités du coin, des menus touristiques, des pizze margherità à 8 € (oui pour l’Italie c’est un poil cher). On voit des magasins de souvenirs (0,40 € la carte postale) à tous les coins de rue.

Les monuments romains nous tentaient beaucoup mais l’entrée coûte 7 €… Dommage pour le théâtre romain, les remparts, l’arc Auguste et le cryptoportique… Vu que nous n’avons qu’une heure devant nous, nous laissons tomber car nous ne pourrons pas visiter comme il se doit…

AOSTE - Italia

Direction la Cathédrale ! En chemin on tourne dans des petites ruelles, d’où l’on peut apercevoir les vestiges romains. Finalement, nous en aurons un peu profité malgré tout… Nous ne sommes pas les seuls touristes à nous pencher et nous contorsionner pour essayer de voir les vestiges…

AOSTE - Italia

La cathédrale maintenant… De l’extérieur elle est superbe, avec un fronton orné de peintures. On s’attend à en prendre plein la vue. Mais en réalité l’intérieur est très simple… Il a été rénové… Trop, si vous voulez mon avis…

AOSTE - Italia

Au fond, des portes vitrées matérialisent l’entrée du musée (payant bien-sûr). Un espace a été aménagé, avec escaliers modernes, rampe et barrières, vers l’autel. C’est joli mais cela casse l’ambiance d’époque je trouve.

Les tableaux du chemin de croix sont intéressants, et on peut voir des reliques dans des coffres richement décorés.

1 (321).JPG

La crypte est jolie, mais elle aussi a été rénovée et a perdu son charme d’antan…

Au final, nous avons été légèrement déçus. Maintenant nous connaissons la cathédrale d’Aoste. Voilà… elle ne nous laissera pas un souvenir impérissable.

Aoste est une jolie ville, notamment car elle s’inscrit dans un chouette paysage de montagnes et que de beaux monuments témoignent de son passé romain. Mais comme à Vérone, trop de tourisme tue le touriste !

La ville nous a semblé trop lisse, trop rénovée et parfois trop factice, comme si elle avait été modelée pour le touriste lambda. Dommage… À refaire, nous aurions mieux fait de nous arrêter dans un village voisin, pour voir quelque chose de plus pittoresque !

 

AOSTE - Italia

Loin de moi l’idée de dire qu’il ne faut pas faire une étape à Aoste. Je dis simplement que je m’attendais à voir quelque chose de plus pittoresque…