Celeri mon amour

Hello you ! C’est samedi et chez nous, le samedi est synonyme de courses. Alors si toi-aussi tu prévois de te rendre en magasin, prépare-toi à ajouter quelques ingrédients sur ta liste, à commencer par… un céleri !

*

Longtemps, j’ai cru que je n’aimais pas le céleri. Qu’il s’agisse de la partie souterraine, appelée céleri-rave, ou des tiges aériennes, céleri-branche, j’étais catégorique : c’était non-merci. Il faut dire que comme beaucoup, j’ai été profondément dégoûtée par le céleri rémoulade de la cantine, préparé avec trop de sauce, et servi trop froid dans des ramequins tristes à mourir.

Pour me réconcilier avec ce légume, il a fallu le pimper un petit peu…

Le #céleri c'est sexy ! #veganfood #vegetarien #miam

A post shared by Ana (@chiarastory) on

C’est chez Basilic Instant, la cantine végétarienne de ma ville, que j’ai goûté du céleri au curcuma… J’en ai pris dans mon assiette sans trop savoir de quoi il s’agissait. Et j’ai a-do-ré.

Du coup, j’en ai préparé chez moi…

Pour réaliser un saladier de céleri au curcuma, prévoyez… un céleri-rave, mais aussi :

*une bonne dose de curcuma (frais c’est le top, mais en poudre cela fait aussi l’affaire)

*de l’huile de sésame

*du tahin (en option)

*un peu de jus de citron

et c’est tout… par pitié, pas de sel, de poivre ou que sais-je ! A la rigueur, vous pouvez ajouter des graines de sésame…

Je n’indique pas les quantités, car je fais toujours approximativement, et je goutte.

Dans un premier temps, il faut éplucher le céleri, et le râper. La bête n’est pas des plus dociles, et je vous l’accorde, on commence ici par la partie la plus laborieuse, que je délègue autant que possible à l’homme.

Pour râper le céleri, si vous avez un robot, mettez-le à contribution ! Sinon, bon courage, et faites attention à vos doigts !

Ensuite, il suffit de verser un peu d’huile de sésame, un trait de jus de citron, et de saupoudrer un belle dose de curcuma dans un saladier, avant d’ajouter le céleri râpé par dessus, et de remuer à mains nues.

N’hésitez pas à ajouter du tahin (purée de sésame vendue en magasin bio), ou éventuellement de la sauce soja nature.

Le céleri doit devenir tout jaune, au contact du curcuma.

Vous pouvez manger de suite, mais l’idéal reste de placer le saladier au frigo, et de patienter… Nous mangeons généralement notre plat le lendemain et le consommons pendant 3-4 jours sans aucun souci. Chaque jour il est encore meilleur !

C’est une crudité délicieuse, facile à préparer, peu coûteuse, et même si elle contient du gras (huile de sésame et tahin) ce sont de bonnes graisses, qui consommées en quantités raisonnables, ne vous ferons que du bien ! 🙂 A titre indicatif, je prévois environ trois cuillères à soupe d’huile et deux cuillères à soupe de tahin pour un céleri entier.

Bon app !

Publicités

Buddy – bon buffet à volonté à Rome

En nous baladant à proximité du Largo Torre Argentina, à Rome, nous avons remarqué un resto qui proposait de quoi manger vegan (mais pas que : il y a aussi des plats omnivores).
Comme nous avions prévu de retourner dans le coin le lendemain, nous y sommes allés pour le déjeuner.

Buddy se retrouve Corso Vittorio Emanuele II, 107A, à ROME.

Pour réserver, voici leur numéro de téléphone : +39 06 8772 8433

J’ai opté pour le buffet à volonté (15 €) et l’homme a pris une assiette de pasta alla carbonara (10 €) et du tiramisù (5 €).

Pendant que nous attendions que l’homme soit servi, nous avons vu cette petite Fiat 500 passer dans la rue… (oui, nous y étions au moment de Noël !!).

IMG_0952

Le buffet à volonté était constitué ce jour là de : boulettes de viande à la sauce tomate, calamars, riz cantonais sans viande, artichauts, aubergines grillées, courgettes grillées, petits pois, pommes de terre sautées, focaccie en tranches, mozzarella,…
Pour la partie sucrée, j’ai fait honneur au carpaccio d’ananas frais. On trouvait aussi des viennoiseries, tartes diverses et variées et des petits morceaux de gâteaux crémeux façon tiramisù.
Le tout était à volonté, dessert inclus.

We are ready for lunch 🍴 #buddyroma

A post shared by Buddy Italian Restaurant Cafe (@buddyroma) on

J’aurais juste aimé que des petites pancartes indiquent le contenu des plats. Parfois je n’étais pas bien sûre de ce qui se trouvait dans tel ou tel plat. Mais bon, cela restait jouable pour les végétariens (moins pour un vegan car la présence de lait est parfois compliquée à deviner).

Nous nous sommes régalés et avons conclu le repas par un bon espresso.

Le service était assurée par une jeune femme super enthousiaste, qui virevoltait entre les tables. Elle était réellement super souriante et sa joie de vivre faisait plaisir à voir !!

Nous avons bien mangé et trouvé le rapport qualité-prix excellent. Les produits étaient bons ; les légumes grillés un peu trop huileux à mon goût mais il faut dire qu’ils sont souvent cuisinés ainsi en Italie. L’aubergine est une éponge à huile. C’est bien connu ! On ne peut pas s’en plaindre car ce n’est pas la faute du resto !

Last but not least : les WC étaient propres et spacieux. Je dirais que c’était les plus propres que nous avons pu « tester » à Rome. Et ça, c’est plutôt important quand on est touriste et que les plus gros soucis au quotidien sont de se nourrir sans se ruiner et de vider sa vessie !!

En tout cas l’adresse est à noter pour manger vegan mais pas que à Rome. C’est une belle idée pour régaler des vegans/végétariens et des omnivores dans un même resto !

Thaï Wok – Besançon (vegan friendly)

Manger végétarien au restaurant peut parfois sembler compliqué, surtout quand on ne vit pas dans une grande ville. Pourtant, je trouve que ces dernières années, c’est devenu de plus en plus facile, même chez moi, à Besançon.

je ne consomme ni viande, ni poisson, ni lait, mais cela reste possible d’aller au resto, et de varier !

Par exemple, il y a un fast food situé rue Claude Pouillet, en plein centre-ville, qui propose des plats thaï, dont certains sont végétariens, et d’autres carrément vegétaliens.

Il s’agit de Thaï Wok.

image

 

De l’extérieur, l’endroit ne paye pas de mine et l’on peut facilement passer devant sans le remarquer. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait pendant plusieurs années.

Mais si l’on pousse la porte de ce petit resto, on est immédiatement accueillis par la Cuisinière, toujours très souriante.

On nous remet la carte, sur laquelle les photos des plats font toutes plus envie les unes que les autres… il y a le classique mais néanmoins délicieux Pad Thaï (plat de nouilles accompagnées de cacahuètes, pousses de soja, haricots verts…), des riz frits, des soupes au lait de coco…

***

Le choix est vaste et on peut « customiser » son plat en ajoutant du tofu ou de la viande (pour les omnivores) en payant un supplément de 1 € (2 € pour les crevettes).

Voici un petit aperçu de ce que vous pourrez manger chez Thaï Wok. Les tarifs sont donnés à titre indicatifs, et peuvent bien-entendu évoluer.

*Entrée poulet satay ou salade thai : 4,50 €

*Pad Thaï œuf et tofu 9 €

*Preaw Wan : légumes sautés à la sauce aigre-douce et riz blanc 7,50 €

*Khaow Pad : riz sauté sauce soja, légumes et œuf : 7 €

*Khaw pad Kang keaw wan : riz sauté, curry vert, légumes 6 €

-supplément tofu ou poulet 1 € / crevettes ou calamar 2 €

***

image

Les soupes sont vendues 10 € et sont accompagnées de riz blanc ou de nouilles de riz. Aucune n’est végétarienne, mais j’imagine qu’il est possible de demander de remplacer le poulet par du tofu, ou de retirer la viande tout simplement, puisque tout est cuisiné à la demande…

Je n’ai pas relevé les desserts ni leurs prix, mais je peux vous dire qu’il y avait pas mal de choix pour un restaurant asiatique, avec notamment de la glace (mon amie a pris coco-ananas), du riz gluant, etc… Pour ma part j’ai opté pour une infusion thaï toute bleue, qui m’a coûté 2 €.

Les plats sont préparés à la demande comme je vous le disais, donc il arrive qu’il y ait un peu d’attente, surtout le soir, mais globalement c’est rapide, et en prime le sourire arrive en même temps que les plats. C’est vraiment super appréciable, d’où le fait que je le souligne deux fois !

Les plats sont simples, mais c’est bien connu, ce sont les choses les plus simples qui sont les meilleures. Et là encore le proverbe ne ment pas ! J’ai pu goûter à peu près tous les plats végétariens de la carte, et me suis régalée à chaque fois. Les portions sont généreuses, et vous ne ressortirez jamais de ce resto avec la faim ! (D’autant qu’il est possible de prendre entrée, plat et même dessert).

Ici on sert aussi du thé, notamment du matcha japonais et des infusions thaï très sympas.

Bref, c’est une belle petite adresse à connaître si vous souhaitez manger rapidement, sainement, et veganement à Besançon ! La cuisinière est aux petits soins, et ne manque jamais de demander si tout se passe bien.

Vous devez trouver que je m’enthousiasme bien facilement pour un simple resto de wok. Mais franchement, les restos de ce type qui proposent des plats faits maison, et sont capables de renseigner le client sur ce que contient l’assiette et même la sauce, c’est rare… Combien de fois ai-je dû poireauter pour avoir la confirmation que la sauce contenait de l’huître !

Plus d’infos par ici !

Desert Essence – Lotion corporelle sans parfum

J’ai tendance à souvent zapper l’étape hydratation après la douche, et ma peau me fait savoir que cela ne lui plait pas des masses… Si pendant mes jeunes années elle ne disait trop rien, dernièrement elle a tendance à montrer des signes de sécheresse, et j’ai été obligée d’y prêter attention, car ce n’est ni joli ni confortable !

J’ai opté pour une crème de chez Desert Essence, gagné grâce à un concours Facebook (merci Ma Boutique au Naturel !!) que j’utilise quotidiennement en sortant de la douche, pour hydrater mes gambettes et mes bras (notamment les coudes, toujours bien secs !).

Ce produit est une lotion pour peau sensible, certifiée bio, et sans parfum. Dit comme cela, c’est peu vendeur, car on aime généralement les crèmes qui embaument à des kilomètres à la ronde. Mais en réalité, la lotion a un parfum très discret qui se diffuse pendant l’application, puis disparaît. Il faut vraiment coller son nez contre la peau pour le détecter. Cela sent… la crème, un parfum doux, plutôt fleuri, assez neutre. J’aime bien.

Cela me laisse tout le loisir de me parfumer avec mes eaux de toilettes habituelles, sans craindre le conflit olfactif !

Le gros tube de 237 ml (pourquoi 237 ml, je l’ignore) coûte en moyenne 12 €.

Vous pourrez notamment le commander en suivant ce lien…

image

 

***

Question ingrédients, on n’a que du bon ! Et pour moi c’est un point essentiel. Et oui, si j’utilise une crème hydratante, c’est pour nourrir ma peau, pas pour lui apporter une sensation d’hydratation, et au final l’agresser avec des ingrédients douteux !

Aloe barbadensis (Aloe Vera)*, Camelia sinensis (Thé vert)*, Butyrospermum parkii (Beurre de Karité)*, SD alcohol 38-B*, Glycerin (Palm)*,Hydrolysed Jojoba esters, Jojoba esters, Stearic acid (coconut), Cetyl alcohol (coconut), Leuconostock radish root ferment filtrate, Helianthus annuus (huile de graine de Tournesol), Simmondsia chinensis (huile de Jojoba)*, Tocopherol (Vitamine E), Lonicera japonica (Chèvrefeuille du Japon), Lonicera caprifolium (Chèvrefeuille), Xantham gum, Sodium phytate, Water (aqua).

image

Vous pouvez le constater, ce produit contient de vrais ingrédients hydratants : beurre de karité en début de composition, mais également glycérine, huiles végétales, etc… On pourra regretter la présence d’ingrédients issus de l’huile de palme, même si celle-ci est certifiée bio… Mais globalement c’est une belle composition, pour notre peau et pour la planète.

***

Le produit est 100 % vegan, garanti sans test sur les animaux, aussi bien pour le produit fini que pour les ingrédients. Il est aussi sans gluten !

***

J’apprécie le packaging tube, muni d’un bouchon clapet. Le produit est pratique à utiliser en sortant de la douche. Je collecte une noix de crème dans ma main, et masse mes jambes, puis mes bras. C’est agréable, et cela pénètre suffisamment vite pour que je n’ai pas à poireauter plus de deux minutes avant d’enfiler mes vêtements.

Ma peau de croco est immédiatement plus confortable, plus souple, et plus douce. Pour une utilisation quotidienne, c’est parfait !

image

Je recommande donc ce produit, même si le prix peut sembler un peu élevé… Le tube est tout de même suffisamment big pour durer plusieurs mois, même avec une utilisation quotidienne. Donc au final, ce n’est pas si cher que cela…

Merci pour vos lectures et à très bientôt ! 🙂

Chacun son lait de soja !

Aujourd’hui, petit article pour comparer les laits de soja !

Je ne vous parlerai pas des laits végétaux en général, car il y aurait beaucoup à dire et que j’essaie dans la mesure du possible, de proposer des articles courts. Mais cela pourra faire l’objet d’un prochain billet !

Dans une autre vie, pas si lointaine que ma vie actuelle, je buvais du lait de vache avec six cuillères à café de poudre cacaotée sucrée. Mais dans cette autre vie, je souffrais de migraines atroces, qui me gâchaient l’existence. Et puis, j’ai découvert qu’en réduisant ma consommation de lait de vache, mes migraines s’espaçaient… jusqu’à totalement disparaître. Loin de moi l’idée de dire à tout le monde que le lait de vache est mauvais et qu’il faut le bannir. L’alimentation est un sujet très personnel, et chacun fera ses choix en fonction de ce qui lui convient ! Je vous dis juste cela pour que vous sachiez pourquoi je suis passée aux laits végétaux !

Le matin, j’aime désormais boire mon mug de lait de soja. Je le prends bien chaud, pour m’apporter une bonne dose de réconfort, en même temps que quelques protéines !

Au rayon des boissons végétales, le soja est roi. On trouve énormément de références, et il est parfois difficile de faire un choix. La première question à vous poser sera : à quoi va me servir ce lait ? Si vous souhaitez le boire tel quel, vous pourrez le choisir sucré. Si au contraire, vous désirez cuisiner avec, alors selon la recette, faites attention de ne pas choisir un lait sucré (pour une quiche c’est moyen).

Ensuite, il vous faudra vous décider entre lait de soja classique, et lait de soja enrichi en calcium… Souvent, les laits enrichis en calcium contiennent un peu de sucre, parfois même du jus de pomme, probablement pour améliorer leur goût. Personnellement, j’évite de consommer du sucre au petit-déjeuner, car j’ai remarqué que les jours où je déjeunais sucré, j’avais faim plus vite dans la matinée.

Sojasun.jpg

Chez Sojasun par exemple, le lait enrichi en calcium et en vitamine D contient du sucre, un arôme naturel, et même du sel.

bjorg.png

L’équivalent chez Bjorg contient également un arôme naturel et du sel, mais il est ici sucré avec du sirop d’agave, et on trouve aussi du jus de citron et de l’extrait d’algue.

Le lait de soja calcium de chez U contient du sucre de canne.

Au final, le seul lait de soja enrichi en calcium, qui ne contient pas de sucre ajouté, que je connais à ce jour, est celui de chez Casino. Mais je n’ai pas regardé toutes les références disponibles dans tous les magasins !

***

Si vous souhaitez un jus de soja nature, prêtez attention aux mentions sur la brique, et choisissiez un soja nature, qui sera fait à base de graine de soja et d’eau, et basta !

 

U

Bien-sûr, la plupart des marques (Bjorg et Sojasun notamment) proposent ce type de boisson.

bjorg.png

Si vous optez pour un lait de soja nature, les goûts varieront peu d’une marque à l’autre. En revanche, je trouve qu’il y a de grandes différences gustatives entre les laits de soja enrichis en calcium, tout simplement car différents ingrédients sont utilisés pour apporter le calcium (et éventuellement la vitamine D), et que les marques cherchent aussi à améliorer le goût. Du coup, il peut être intéressant de goûter les différentes références proposées afin de trouver la boisson qui vous plaira le plus !

Pendant des années j’ai bu du Sojasun Calcium et Vitamine D, que je trouvais délicieux. Et puis j’ai changé car mon magasin a cessé de le référencer, au profit de la marque Casino, qui propose un soja enrichi en calcium, sans sucre ajouté. Le goût est plus « plâtreux » certes, et plaira à moins de consommateurs, mais moi j’aime bien pour mes petits dèj salés !

bjorg.png

Les laits de soja sont globalement riches en protéines complètes, ce qui intéressera probablement les végétariens ! Ils sont aussi dépourvus de lactose et de cholestérol.

On compte une trentaine de kilos calories aux 100 millilitres, et environ 3 grammes de protéines.

Voilà pour cette petite entrée en matière… Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à commenter, pour que je sache comment orienter mes prochains billets ! @bientôt !

 

La Table du Petit Chaouens [manger végétalien à Nancy]

 

Nancy est une chouette ville, que j’ai eu l’occasion de découvrir à l’occasion d’un petit week-end en amoureux, au mois de mai.

Comme chaque fois, j’avais repéré les adresses proposant des options végétaliennes, pour pouvoir manger sur place…

Si certains restos classiques offrent des menus végétariens, voire végétariens, ils ne sont pas ultra nombreux, ou alors je n’ai pas su chercher… une adresse sortait du lot, car il s’agissait d’un resto 100 % végétarien, qui proposait une formule buffet à volonté à 9,90 € : La Table du Petit Chaouens.

***

IMG_4020

***

Le resto se trouve au centre ville, au 27 Rue des Sœurs Macarons.

Il accepte les réservations (06 85 83 19 83). Nous avions réservé pour midi le samedi, et finalement cela ne s’est pas avéré nécessaire, car lorsque nous sommes arrivés, nous étions les premiers. Ensuite, un autre couple s’est attablé, mais le resto restait presque vide.

Pourtant… nous avons très bien mangé.

***

Accueillis rapidement et avec le sourire par le Cuisinier – Serveur, on nous a expliqué le concept. Un buffet est divisé en deux : côté froid, côté chaud, et nous sommes invités à nous servir, et resservir à volonté. De grands panneaux en ardoise listent les plats, et indiquent clairement ce qui est végétarien ou végétalien.

On nous a apporté du pain, de l’eau en carafe, et nous avons pu commencer les réjouissances !

Nous avons du choix, avec beaucoup de céréales et légumineuses :

*quinoa,

*lentilles façon dal froid,

*aubergines cuisinées,

*pizza végétarienne,

*pâtes,

*patates,

*riz basmati,

*boulgour…

Nous avons quasiment tout goûté, en prenant un peu de tout, et c’était vraiment sympa… Cela nous a permis de découvrir de nouvelles saveurs, notamment car il y avait beaucoup d’épices et d’aromates que nous n’utilisons pas forcément à la maison (entendez par là que j’utilise énormément d’épices, mais pas nécessairement les mêmes que dans ce resto).

Les plats sont gardés au chaud (ou au froid me direz-vous) par des couvercles en aluminium.

J’ai juste eu un regret, le fait de ne pas trouver beaucoup de légumes. A part les aubergines, qui étaient succulentes, il y avait surtout des légumineuses, comme je l’ai dit plus haut. J’aime beaucoup les lentilles, les haricots rouges, etc… mais j’aime aussi les légumes ! 🙂

L’homme nivor s’est régalé, bien qu’il apprécie généralement d’avoir un peu de viande à chaque repas. Il s’est resservi, tout comme moi, et a particulièrement apprécié la pizza !

***

Des desserts (glaces, gâteaux vegan…) sont proposés, mais nous étions repus, et avons décliné…

En tout cas, nous avons très bien mangé, pour 9,90 € par personne seulement. Et il est clair que si nous habitions Nancy, cette adresse deviendrait un incontournable pour nous… Dommage d’être à plus de 2 heures de route !

 

***

Pour plus d’informations, la page Facebook officielle est ici !

Crumble d’épinards vegan

Aujourd’hui je vous propose une petite recette 100 % végétale à base d’épinards, tofu et farine de pois chiches.

La farine de pois chiches est facilement trouvable en magasin bio, mais aussi au rayon cuisine du monde des grands magasins. Elle n’est pas très coûteuse et surtout elle est bourrée de protéines, d’où son utilisation assez répandue chez les végétariens !

image

Cette recette je l’ai inventée et faite  « à l’arrache » donc les quantités sont approximatives. Désolée !

Tout d’abord, il vous faudra des épinards en branches. N’en ayant pas de frais j’ai opté pour des congelés que j’ai laissé à température ambiante une journée entière. Je les ai pressés pour retirer un maximum d’eau, puis les ai disposés dans deux petits plats à gratin. Si vous avez des épinards frais, je vous conseille de les utiliser en priorité par rapport aux congelés, bien-sûr !

image

J’ai ajouté une gousse d’ail par plat, coupée en trois, pour le goût ! Sur la photo ci-dessus il y en a bien plus, car j’adore l’ail, mais à la base, l’ail est à placer dans les épinards, pour rehausser les saveurs !

J’ai mélangé 50 grammes de farine de pois chiches dans l’équivalent d’un verre d’eau. J’ai ajouté quelques morceaux d’olives vertes. Puis j’ai émietté à la main 200 grammes de tofu ferme (Bjorg en l’occurence).

 

J’ai ajouté environ 1/2 verre de tonyu (lait de soja). Puis j’ai disposé la mixture par dessus les épinards.

J’ai ensuite mélangé 10 grammes de graines de sésame, 2 cuillères à soupe de flocons de seigle et 2 cuillères à soupe de son de blé, que j’ai étalé par dessus (le son d’avoine et les flocons d’avoine vont bien également, tout comme les germes de blé !).

j’ai enfourné 30 minutes à 200 degrés et… nous nous sommes régalés !

J’espère que cette recette vous plaira. Je la trouve originale, et elle permet de se faire plaisir en consommant un gratin 100 % végétalien, gourmand ET sain à la fois !

Je vous récapitule les ingrédients dont vous aurez besoin pour 2 portions :

*50 g de farine de pois chiches

*200 g de tofu ferme

*quelques olives vertes (disons 4-5 par personne)

*1/2 verre de lait de soja

*une poignée de flocons d’avoine/seigle (avec éventuellement un peu de son d’avoine ou de blé, selon ce que vous avez sous la main et vos goûts !)

*une cuillère à soupe de graines de sésame

*de l’ail

*des épinards (de quoi remplir vos plats, donc à vous de définir la quantité !)

A chacun de saler et poivrer selon les goûts. Pour ma part, à peine de poivre sur le gratin avant de servir, et c’était parfait !

À bientôt !

image