Celeri mon amour

Hello you ! C’est samedi et chez nous, le samedi est synonyme de courses. Alors si toi-aussi tu prévois de te rendre en magasin, prépare-toi à ajouter quelques ingrédients sur ta liste, à commencer par… un céleri !

*

Longtemps, j’ai cru que je n’aimais pas le céleri. Qu’il s’agisse de la partie souterraine, appelée céleri-rave, ou des tiges aériennes, céleri-branche, j’étais catégorique : c’était non-merci. Il faut dire que comme beaucoup, j’ai été profondément dégoûtée par le céleri rémoulade de la cantine, préparé avec trop de sauce, et servi trop froid dans des ramequins tristes à mourir.

Pour me réconcilier avec ce légume, il a fallu le pimper un petit peu…

Le #céleri c'est sexy ! #veganfood #vegetarien #miam

A post shared by Ana (@chiarastory) on

C’est chez Basilic Instant, la cantine végétarienne de ma ville, que j’ai goûté du céleri au curcuma… J’en ai pris dans mon assiette sans trop savoir de quoi il s’agissait. Et j’ai a-do-ré.

Du coup, j’en ai préparé chez moi…

Pour réaliser un saladier de céleri au curcuma, prévoyez… un céleri-rave, mais aussi :

*une bonne dose de curcuma (frais c’est le top, mais en poudre cela fait aussi l’affaire)

*de l’huile de sésame

*du tahin (en option)

*un peu de jus de citron

et c’est tout… par pitié, pas de sel, de poivre ou que sais-je ! A la rigueur, vous pouvez ajouter des graines de sésame…

Je n’indique pas les quantités, car je fais toujours approximativement, et je goutte.

Dans un premier temps, il faut éplucher le céleri, et le râper. La bête n’est pas des plus dociles, et je vous l’accorde, on commence ici par la partie la plus laborieuse, que je délègue autant que possible à l’homme.

Pour râper le céleri, si vous avez un robot, mettez-le à contribution ! Sinon, bon courage, et faites attention à vos doigts !

Ensuite, il suffit de verser un peu d’huile de sésame, un trait de jus de citron, et de saupoudrer un belle dose de curcuma dans un saladier, avant d’ajouter le céleri râpé par dessus, et de remuer à mains nues.

N’hésitez pas à ajouter du tahin (purée de sésame vendue en magasin bio), ou éventuellement de la sauce soja nature.

Le céleri doit devenir tout jaune, au contact du curcuma.

Vous pouvez manger de suite, mais l’idéal reste de placer le saladier au frigo, et de patienter… Nous mangeons généralement notre plat le lendemain et le consommons pendant 3-4 jours sans aucun souci. Chaque jour il est encore meilleur !

C’est une crudité délicieuse, facile à préparer, peu coûteuse, et même si elle contient du gras (huile de sésame et tahin) ce sont de bonnes graisses, qui consommées en quantités raisonnables, ne vous ferons que du bien ! 🙂 A titre indicatif, je prévois environ trois cuillères à soupe d’huile et deux cuillères à soupe de tahin pour un céleri entier.

Bon app !

Manger des pâtes à Rome

Nous sommes tombés sur ce resto rapide en nous baladant à Rome. Nous cherchions de quoi manger rapidement, sans opter pour une classique pizza. Les pâtes et les pizze, ce n’est pas ce qui manque dans la capitale romaine, mais nous voulions faire rapide, et ne pas en avoir pour 20 € par personne.

Alors nous avons laissé de côté les restos à touristes, ceux aux terrasses desquels un serveur ultra sapé alpague les clients ! Rien ne me donne plus envie de fuir que les restos devant lesquels on vient m’embêter alors que je lis le menu… Pas vous ? J’ai instantanément la sensation que je vais me faire couillonner, pour dire les choses franchement !

Nous sommes passés notamment devant un restaurant, où une dame est venue nous raconter sa vie dans le détail alors que nous essayions simplement de lire le menu. Elle est sortie nous dire « Bonjour ! Aujourd’hui tout ce que vous voyez sur la carte est fait maison et frais ! » (heureusement que l’on n’est pas venu hier car ça devait être avarié ?!), avant de rentrer et de revenir deux secondes plus tard, pour nous montrer une bouteille de vin produit par sa famille, et de nous parler ensuite de son tiramisù… Cela aurait pu être tentant, si le menu n’avait pas été traduit en 5 langues, que la dame ne s’entêtait pas à nous parler anglais alors que nous répondions en italien, et que le prix de la moindre assiette de pâtes n’était pas supérieur à 15 €… Là cela sentait franchement l’attrape touristes…

IMG_0419

 

Du choix en veux-tu, en voilà !

 

Bref, nous avons continué nos recherches et sommes tombés sur un petit local qui ne payait pas de mine… Pastaway est un fast food situé via della Mercede, 19, (00187 Roma, Italie).

Ce fast food propose un large choix de plats simples : pasta, faites à la demande, ou déjà prêtes (lasagnes, gratins), légumes grillés à l’huile d’olive, brocolis, riz cantonais…

On peut opter pour un plat simple (secondo piatto) ou pour un menu. Dans tous les cas, la boisson est incluse : un verre de vin ou un verre d’Evian !

IMG_0420

Les prix sont notés de façon très claire, en dehors du resto, et à l’intérieur, près du comptoir. L’on peut voir les plats à réchauffer, ce qui aide à choisir. Et on peut choisir la quantité souhaitée, puisque la personne prépare les assiettes devant nous (sauf pour les pâtes faites à la minute).

 

Un accueil au top !

La dame qui nous a servi était ultra prévenante et patiente. Nous ne comprenions pas tout du fonctionnement et elle a su nous expliquer ce qui était proposé ce jour là, sans la moindre once d’agacement.^^

La salle est bien décorée. On mange sur des tables faites en palettes. Et aux murs, des photos d’amateurs de pâtes, illustres ou inconnus, sont encadrées.

J’ai choisi des légumes grillés (aubergines, poivrons, assortiment de choux), avec deux grosses polpette* de légumes (qui contenaient du fromage, et étaient donc végétariennes et non végétaLiennes).

L’homme a pris des pâtes aux lardons et pecorino. Avec mes légumes, j’ai eu droit à du pain, sans supplément (2 tranches).

Le tout nous a coûté 11,40 € (pour deux !!).

*Les polpette (au singulier « polpetta ») sont des boulettes initialiement proposées à base de viande, mais déclinées de plus en plus en version légumes. On en trouve énormément à Rome, alors que dans le nord je n’en avais encore jamais goûté… Généralement, elles sont frites, mais peuvent aussi être cuites à la poêle. Par défaut, elles ne sont pas végétariennes, mais il arrive qu’elles le soient, et de plus en plus, des restos en proposent des versions carrément véganes. Attention toutefois car sans précision contraire, la panure contient de l’œuf.

 

https://www.instagram.com/p/BOmjFUGDFZZ/

Le rapport qualité-prix était imbattable. Les WC étaient propres. Nous avons mangé rapidement mais en nous régalant. Pastaway n’est certes pas le lieu idéal pour découvrir la gastronomie romaine, mais c’est une excellente adresse pour manger de façon relativement saine et économique, dans un cadre agréable. Pour le touriste pressé et affamé, c’est clairement une adresse à noter !

 

Pastaway

L’endroit propose aussi des salades composées (insalatone, en italien), des Calamars frits, et différents desserts (salades de fruits, tiramisù).

Nous avons été ravis de trouver cet endroit, pour nous restaurer correctement sans craquer notre PEL ! 🙂

Mélange gourmand, les céréales par Carrefour

Le riz et les pâtes c’est la base. Et je suis la première à dire que l’on peut en trouver énormément de sortes différentes, que l’on cuisinera selon une infinité de recettes sans jamais se lasser. Je pourrais sans problème manger du riz ou des pâtes chaque jour sans jamais me lasser. Oui mais, ouvrir le champ des possibles et diversifier son alimentation est plutôt une bonne chose, surtout si comme moi, vous êtes végétarien !

Chez Carrefour, existe une gamme baptisée Nos Mélanges Gourmands, au sein de laquelle on trouve un paquet cartonné qui contient deux sachets de 200 grammes chacun à base de…

Épeautre, petits pois, lentilles vertes, soja, lentilles blondes, et lentilles corail.

Voilà ce que cela donne avant cuisson… (nul besoin de laisser tremper avant de passer à la cuisson).

En 7-8 minutes au micro-ondes dans mon cuiseur Tupperware, les céréales sont prêtes comme je les aime. Elles sont encore fermes, et croquantes sous la dent. Si vous les aimez plus fondantes, vous pouvez les cuire différemment bien-sûr ! Et si vous n’avez pas de cuiseur Tupp, à la casserole cela marche aussi !

Toutes seules, elles peuvent vous sembler fades. Pour ma part je les déguste avec un bon wok de légumes et du gingembre. Mais libre à vous de les napper de sauce tomate, de les « pimper » avec quelques pois chiches, ou encore de les servir en accompagnement de crudités !

En tout cas ce petit mix me plait bien et à 1,99 € la boîte, il présente un rapport qualité-prix tout à fait intéressant. Seule piste d’amélioration… proposer l’équivalent en bio… !

Bonus : Pour 362 kilocalories les 100 grammes, ce produit apporte 20 grammes de protéines végétales et 11 grammes de fibres ! 

 

Buddy – bon buffet à volonté à Rome

En nous baladant à proximité du Largo Torre Argentina, à Rome, nous avons remarqué un resto qui proposait de quoi manger vegan (mais pas que : il y a aussi des plats omnivores).
Comme nous avions prévu de retourner dans le coin le lendemain, nous y sommes allés pour le déjeuner.

Buddy se retrouve Corso Vittorio Emanuele II, 107A, à ROME.

Pour réserver, voici leur numéro de téléphone : +39 06 8772 8433

J’ai opté pour le buffet à volonté (15 €) et l’homme a pris une assiette de pasta alla carbonara (10 €) et du tiramisù (5 €).

Pendant que nous attendions que l’homme soit servi, nous avons vu cette petite Fiat 500 passer dans la rue… (oui, nous y étions au moment de Noël !!).

IMG_0952

Le buffet à volonté était constitué ce jour là de : boulettes de viande à la sauce tomate, calamars, riz cantonais sans viande, artichauts, aubergines grillées, courgettes grillées, petits pois, pommes de terre sautées, focaccie en tranches, mozzarella,…
Pour la partie sucrée, j’ai fait honneur au carpaccio d’ananas frais. On trouvait aussi des viennoiseries, tartes diverses et variées et des petits morceaux de gâteaux crémeux façon tiramisù.
Le tout était à volonté, dessert inclus.

We are ready for lunch 🍴 #buddyroma

A post shared by Buddy Italian Restaurant Cafe (@buddyroma) on

J’aurais juste aimé que des petites pancartes indiquent le contenu des plats. Parfois je n’étais pas bien sûre de ce qui se trouvait dans tel ou tel plat. Mais bon, cela restait jouable pour les végétariens (moins pour un vegan car la présence de lait est parfois compliquée à deviner).

Nous nous sommes régalés et avons conclu le repas par un bon espresso.

Crea la tua insalata 🌱 #buddyroma #healthyfood #green #spring

A post shared by Buddy Italian Restaurant Cafe (@buddyroma) on

Le service était assurée par une jeune femme super enthousiaste, qui virevoltait entre les tables. Elle était réellement super souriante et sa joie de vivre faisait plaisir à voir !!

Nous avons bien mangé et trouvé le rapport qualité-prix excellent. Les produits étaient bons ; les légumes grillés un peu trop huileux à mon goût mais il faut dire qu’ils sont souvent cuisinés ainsi en Italie. L’aubergine est une éponge à huile. C’est bien connu ! On ne peut pas s’en plaindre car ce n’est pas la faute du resto !

Last but not least : les WC étaient propres et spacieux. Je dirais que c’était les plus propres que nous avons pu « tester » à Rome. Et ça, c’est plutôt important quand on est touriste et que les plus gros soucis au quotidien sont de se nourrir sans se ruiner et de vider sa vessie !!

En tout cas l’adresse est à noter pour manger vegan mais pas que à Rome. C’est une belle idée pour régaler des vegans/végétariens et des omnivores dans un même resto !

Manger des polpette à Roma…

Lors d’un court séjour à Rome au moment de Noël (décembre 2016) nous avions dû trouver à nous nourrir, sainement et pas trop cher… En débarquant le premier soir, nous avions prévu de nous rendre dans un resto un peu éloigné de notre B&B, mais retardés par les bouchons, nous sommes arrivés totalement exténués, et n’avions qu’une envie, manger rapidos, pour pouvoir rejoindre notre lit !

C’est ainsi que nous avons trouvé un peu par hasard, le resto dont je vais vous parler, juste à côté de notre hébergement.

16 cibi tondi (c’est le nom du resto) signifie « 16 nourritures rondes » grosso modo. Et si on y réfléchit, on comprend qu’il s’agit d’un resto qui place la polpetta à l’honneur. Polpetta cos’è? Et bien les polpette sont des boulettes, des falafels si vous préférez, et ici, on les décline version viande, poisson, et végétarien.

Pourquoi 16 ? Parce-qu’en italien cela se lit « seidici » et que cela peut s’entendre « se dici » (si tu dis)… Il y a un jeu de mot avec « se dici cibi tondi » –> si tu dis boulette… Vous me suivez ?

Voici la salle du haut, celle par laquelle on entre dans le resto… Au sous-sol, une autre salle est dédiée aux soirées, et accueille parfois des groupes musicaux…

Roma
Pour en revenir aux polpette, je n’ai pas creusé la question, mais a priori ce sont des boulettes végétariennes et non végétaliennes (potentiellement avec du lait/des œufs).

On peut choisir les boulettes au bœuf, à l’agneau et romarin, au poulet au curry, mais aussi au saumon, aux poivrons, ou encore aux pois chiches.

On peut opter pour 5 ou 10 polpette, soit identiques (prix dégressif), soit de différentes sortes.

Roma

Voici ci-dessus, les boulettes de viande dévorées par l’homme Nivore.
J’ai pris 5 boulettes de pois chiches et 5 de poivrons (4,50 € x 2), avec une salade composée (5 €) que j’ai demandée sans thon. Aucune salade n’était végétarienne de base, et rien ne pouvait « remplacer » la viande ou le poisson. Mais avec mes boulettes j’ai eu largement assez ! A noter, le midi il est possible de prendre une salade buffet, à composer soi-même avec les ingrédients mis à disposition. Cela coûte 5 €.

Roma

L’homme a commandé 5 boulettes de bœuf, 5 de poulet au curry (5 € x 2), des tempuras de légumes (4,50 €) et des patates sautées (3,50 €).

Roma
Nous nous sommes laissés guider par la serveuse qui nous a conseillé de prendre toutes ces choses, car les boulettes étaient petites. Mais au final, nous avons eu largement !

En boisson, nous aurions pu choisir des bières artisanales. Mais une bouteille d’eau pétillante chacun nous a suffi (0,80 € la bouteille) !

Le tout était bon, surtout les polpette. Mais les tempuras étaient super huileuses (normal pour des beignets) donc l’homme n’a pas pu les finir.

Roma

Nous avons trouvé la note un poil salée : 35 € ! Pour du fast food c’est un peu (beaucoup) cher… Mais bon, le service était sympa et les produits bons. Donc il est difficile de critiquer. Cela reste une petite adresse à noter, pour manger rapidement, et assez sainement !

Leclerc fait des boulettes et j’aime ça !

Il est loin le temps où les végétariens devaient apprendre à équilibrer leurs repas, et à veiller à leurs apports de protéines, en mangeant des céréales complètes et légumineuses. Depuis quelques années, le végétarisme a le vent en poupe, et on peut trouver des similis carnés dans tous les magasins ou presque.

Oui mais, si gustativement il y a de quoi se faire vraiment plaisir, il faudrait toutefois garder à l’esprit que « végétarien » ne rime pas forcément avec « sain ». Certains produits marketés comme des « remplaçants » de la viande, sont en effet assez peu équilibrés.

 

Petit rappel…

Un repas équilibré doit apporter des glucides, des protéines et des lipides. Ce sont trois éléments dont nous avons besoin pour que notre corps (cerveau inclus) fonctionne correctement. Et bien-sûr, il y a un équilibre à respecter, car si vous ingérez 50 % de lipides (= graisses), vous allez vite vous rendre compte que ça ne marche pas si bien que cela.

Bref, à mon sens un steak végétarien devrait apporter à peu de chose près les mêmes proportions glucides/lipides/protéines qu’un steak de viande. Il devrait en tout cas constituer votre part de protéines. C’est l’idée, puisque vous l’achetez pour « remplacer » la viande, non ?

L’ennui, c’est que parfois ce n’est pas le cas, et un coup d’œil à l’étiquette vous prouvera que ce steak de céréales est finalement plus un substitut des glucides que du steak… En gros, si vous mangez votre steak avec des pâtes, vous faites un repas quasiment 100 % glucides, et n’avez pas assez de protéines par rapport aux apports recommandés… Dommage…

Sans virer obsédé de l’étiquette, je vous recommande de regarder rapidement les infos nutritionnelles des aliments de temps en temps, juste pour savoir, et acheter en connaissance de cause. 10 grammes de protéines pour 100 grammes de produit, quand on parle d’un steak VG, c’est peu…

*

Et les boulettes dans tout ça ?

Assez parlé des généralités. Je souhaite vous présenter des boulettes veggies de chez Leclerc, que j’ai achetées car elles m’ont convaincues sur le papier… et que je les voulais dans mon assiette (et même dans mon estomac gna gna gna !)

Il y a 12 boulettes dans la barquette, vendues au rayon frais, pour un prix de 2,40 €.

Le paquet contient 250 grammes de produit. Vous pourrez donc vous régaler à plusieurs, ou si vous n’êtes pas partageurs, les savourer en plusieurs fois !

100 grammes de boulettes vous apporteront seulement 168 kcalories (comptez en moyenne 100 kcals de plus pour un steak de boeuf), réparties de la façon suivante :

*4,3 g de matières grasses (dont 0,6 g d’acides gras saturés),

*12 g de glucides (dont 0,6 g de sucres),

*4,4 grammes de fibres,

*18 g de protéines,

*1,5 g de sel.

On nous précise aussi la teneur en vitamine B12 et en fer, pour 15 % des VNR (valeurs nutritionnelles de référence) dans les deux cas.

#vegetarien

A post shared by Ana (@chiarastory) on

*

Côté recette, le produit se compose d’ingrédients majoritairement végétaux, mais contient aussi de l’œuf. Donc non, il n’est pas adapté aux personnes suivant un régime végétalien. En revanche, il ne contient ni lait ni dérivé. (Traces possibles de lait, comme souvent…).

*

Ces boulettes se préparent facilement, en suivant les indications de l’emballage. Pour ma part, c’est au micro-onde qu’elles sont passées, pour plus de rapidité !

Ces boulettes sont vraiment délicieuses… pas du tout farineuses comme certaines peuvent l’être parfois. Elles ont beau être bien compactes, elles n’emboquent pas du tout. Accompagnées de légumes (des haricots verts aux petits oignons par exemple) elles m’ont régalée !

*

Alors pour le coup, et malgré ma méfiance générale vis à vis des produits tous prêts pour végétariens, je dois dire que j’ai été séduite, et que si un Leclerc venait à ouvrir à proximité de chez moi, ces boulettes pourraient trouver un refuge temporaire dans mon frigo, avant de finir dans mon ventre ! Malheureusement, à l’heure actuelle, point de Leclerc en vue, et c’est fort dommage !

Boulettes #vegetariennes de Leclerc

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Steak Nat & Vie, le végétal par E. Leclerc

Allez, en ce dimanche pluvieux (oui chez nous il tombe actuellement des cordes) j’en profiter pour finaliser des brouillons qui traînaient… !

Le végétarisme est à la mode. C’est plutôt une bonne chose, mais cela amène aussi quelques inconvénients à mon sens… L’inconvénient majeur est que les marques se mettent quasiment toutes à proposer des produits de végétarisme, et que forcément, certains ne valent pas grand chose… j’entends par là que faire un produit en forme de steak à partir d’ingrédients végétaux n’est pas bien compliqué. Mais il faudrait tout de même que le produit en question soit proche nutritionnellement parlant, de la viande à laquelle il est sensé se substituer.

Or, de plus en plus, je tombe sur des similis qui sont blindés de glucides, mais apportent à peine 5-6 grammes de protéines aux 100 grammes. C’est peu, et je trouve cela fort trompeur pour les végétariens en herbe, qui risquent de se retrouver carencés…

Chez Leclerc, on trouve une gamme de produits végétariens, proposée au rayon frais. Et dans cette gamme, il y a les steaks à burger Nat & Vie. Ils sont vendus par lot de deux, au prix de 2,72 €.

*

#vegetarien #leclerc

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

Au vu de ce que j’ai écrit plus haut, vous vous doutez que la mention « riche en protéines » doit être assez vraie. Et je le confirme : 18 grammes de protéines pour 100 grammes !

 

veg.png

Et en plus c’est bon… oui il ne faudrait pas l’oublier ! Ces steaks sont rapides à réchauffer. Pour ma part je les passe au micro-onde, car c’est le plus rapide et cela m’évite de salir une poêle.

C’est bon, même sans les préparer en burger, juste en accompagnement d’un mix de légumes par exemple. Non, à l’aveugle vous ne risquez pas de confondre avec un steak, car le goût et la texture n’ont rien à voir. Mais cela reste vraiment sympathique !

 

#steack végétarien, dans son environnement naturel !

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

Seul petit bémol… ce produit contient de l’œuf, et n’est donc pas végétalien. En plus, l’emballage a beau être vert, il n’est pas biologique. Donc on ignore d’où viennent les œufs… sont-ce des œufs de poules élevées en cage ? Nous ne pouvons pas le savoir…

Et voilà… je crois que je vous ai à peu près tout dit. CiaoOoOo !